Yaroslav Popovych

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Yaroslav Popovych
Image illustrative de l'article Yaroslav Popovych
Yaroslav Popovych sur le Tour de France 2009.
Informations
Nom Yaroslav Popovych
Date de naissance 4 janvier 1980 (34 ans)
Pays Drapeau de l'Ukraine Ukraine
Équipe actuelle Trek Factory Racing
Spécialité Rouleur/Grimpeur/Équipier
Équipes amateurs
2000-2001 Zoccorinese-Vellutex
Équipes professionnelles
2002-2004
2005-2007
2008
2009
2010-2011
2012
2013
2014-
Landbouwkrediet-Colnago
Discovery Channel
Silence-Lotto
Astana
RadioShack
RadioShack-Nissan
RadioShack-Leopard
Trek Factory Racing
Principales victoires
1 championnat

MaillotMundial.PNG Champion du monde sur route espoirs 2001
1 course à étapes
Tour de Catalogne 2005
1 classement annexe de grand tour
Jersey white.svg Meilleur jeune du Tour de France 2005
1 étape de grand tour

Tour de France (1 étape)

Yaroslav Popovych (en ukrainien : Ярослав Попович, Iaroslav Popovytch) est un coureur cycliste ukrainien, né le 4 janvier 1980 à Drohobytch, en RSS d'Ukraine (Union soviétique). Professionnel depuis 2002, il est membre de l'équipe Trek Factory Racing.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et carrière amateur[modifier | modifier le code]

En 2000 et 2001, Yaroslav Popovych évolue dans l'équipe amateur italienne Vellutex-Zoccorinese. En octobre 2000, il est vice-champion du monde du contre-la-montre espoirs, à Plouay, en France, battu par le Russe Evgueni Petrov qui remporte également le titre de la course en ligne[1]. En 2001, il domine la catégorie des moins de 23 ans durant cette saison, terminant la saison à la première place du classement UCI de cette catégorie[2], avec des victoires notamment sur Paris-Roubaix espoirs, le Tour des régions italiennes, le Tour de la vallée d'Aoste. En octobre, il remporte le championnat du monde des moins de 23 ans à Lisbonne au Portugal, devant deux de ses coéquipiers de Vellutex-Zoccorinese : Giampaolo Caruso et Ruslan Gryschenko[3]. Il prend la 4e place du contre-la-montre de sa catégorie[4].

Début de carrière chez Landbouwkrediet[modifier | modifier le code]

Yaroslav Popovych devient professionnel en 2002 dans l'équipe belge Landbouwkrediet-Colnago, avec laquelle il se révèle sur le Tour d'Italie, terminant douzième en 2002, troisième en 2003 et cinquième en 2004.

Discovery Channel (2005-2007)[modifier | modifier le code]

En 2005, Yaroslav Popovych est recruté pour trois ans[5] par l'équipe américaine Discovery Channel, dont le leader est Lance Armstrong, alors vainqueur des six derniers Tours de France. Johan Bruyneel, qui dirige cette équipe, voit en Popovych un vainqueur du Tour de France potentiel, « [ayant] toutes les qualités pour gagner une grande course à étapes »[6]. Après avoir remporté le Tour de Catalogne 2005, il réussit un bon Tour de France 2005, où il aide son leader américain à remporter son septième et dernier Tour et obtient le maillot blanc de meilleur jeune.

En 2006, Armstrong arrêtant sa carrière, Popovych est appelé à devenir un des leaders de l'équipe[7],[8]. Comme les autres coureurs de Discovery Channel, il n'est pas à hauteur des attentes placées en lui lors du Tour de France 2006, malgré l'éviction de plusieurs favoris à la suite de l'affaire Puerto. Distancé en montagne, il finit à la 24e place et remporte néanmoins une étape à Carcassonne[9].

En début d'année 2007, il gagne une étape du Paris-Nice. Après une campagne de classiques ardennaises où on l'a souvent vu à l'attaque mais trop limité sur ces parcours vallonnés pour lutter avec les meilleurs[réf. souhaitée], il est désigné leader de l'équipe pour le Tour d'Italie 2007, suite à la non-participation de celui qui devait être son leader, Ivan Basso[10]. Mais victime de deux chutes, Popovych est contraint à un abandon au soir de la douzième étape[11].

En juillet, il dispute le Tour de France, où le leader désigné de Discovery Channel est Levi Leipheimer[12]. C'est finalement son coéquipier Alberto Contador, attendu au classement du meilleur jeune[13], qui remporte cette « grande boucle ». Popovych est huitième du classement général et prend part à la victoire de Discovery Channel au classement par équipes.

Suite à la disparition de la formation Discovery Channel, il s'engage en 2008 pour l'équipe Silence-Lotto.

Silence-Lotto (2008)[modifier | modifier le code]

Sa saison débute bien à Paris-Nice, où il termine à la troisième place du classement général. Il attaque notamment au Col d'Èze, la dernière difficulté de Paris-Nice pour reprendre du terrain sur Davide Rebellin, le maillot jaune. Mais le reste de sa saison sera très difficile, avec une 24e place sur le Tour de France, et une 52e place au tour d'Espagne. Mais surtout, il n'a pas pu aider Cadel Evans à remporter le Tour de France, ce pourquoi il a été embauché[14]. Il est donc remercié à la fin de l'année et rejoint l'équipe Astana, dirigée par Johan Bruyneel, ex directeur sportif de Discovery Channel et où il retrouve ses ex coéquipiers, notamment Alberto Contador, Lance Armstrong, Levi Leipheimer[15].

Astana (2009)[modifier | modifier le code]

Il participe alors, au mois de juillet 2009, au Tour de France au sein de l'équipe kazakh Astana. Équipier des leaders Alberto Contador (vainqueur du Tour 2007), Lance Armstrong (recordman des victoires sur la Grande Boucle), Andreas Klöden (deux fois sur le podium à Paris) et Levi Leipheimer (3e du Tour 2007), il contribue à la victoire de l'Espagnol dans cette édition du Tour de France. Son aide permettra également à son équipe d'obtenir la troisième place du podium avec l'américain Lance Armstrong ainsi qu'une victoire sur le classement par équipes. Il finit ce Tour de France en 41e position avec une victoire obtenue dans le contre-la-montre par équipes situé autour de la ville de Montpellier.

RadioShack puis Trek (2010-)[modifier | modifier le code]

En 2010, Popovych rejoint la nouvelle équipe Team RadioShack, créée par Lance Armstrong et son entourage, et composée essentiellement d'anciens membres de l'équipe Astana, tant parmi les coureurs que dans son encadrement. Il participe au Tour de France, dont RadioShack gagne le classement par équipes. En 2011, Popovych prend part aux Giro et au Tour de France, qu'il quitte fiévreux[16].

En 2012, l'équipe RadioShack fusionne avec l'équipe luxembourgeoise Leopard-Trek et devient RadioShack-Nissan. Jusqu'alors spécialisé dans les courses à étapes[17], Popovych doit désormais épauler Fabian Cancellara lors des classiques flandriennes[18]. Il est ainsi à ses côtés lors du triplé Grand Prix E3-Tour des Flandres-Paris-Roubaix en 2013[19]. En 2012, Popovych participe au Tour de France, et aux championnats du monde sur route. Avec RadioShack, il est huitième du premier championnat du contre-la-montre par équipes de marques. En 2013, il est neuvième de Gand-Wevelgem, et dispute les Tours d'Italie et d'Espagne. Il participe ainsi à la victoire de son coéquipier Christopher Horner, qui devient à 41 ans le plus vieux vainqueur d'un grand tour. Aux championnats du monde sur route à Florence, il prend la cinquième place du contre-la-montre par équipes avec ses coéquipiers de RadioShack-Leopard.

En 2014, l'équipe RadioShack est achetée par l'entreprise Trek et renommée Trek Factory Racing. Elle engage Popovych pour deux ans[20]. Fin 2014, La Gazzetta dello Sport révèle qu'il fait partie des clients du controversé médecin italien Michele Ferrari[21].

Style[modifier | modifier le code]

Après ses performances au Tour d'Italie en début de carrière, Yaroslav Popovych est considéré comme un possible futur vainqueur du Tour de France, appelé à devenir « l'une des stars du cyclisme »[22]. Au fil des ans, il s'est cependant davantage fait apprécier en tant qu'équipier que leader. Ainsi Johan Bruyneel, qui l'a dirigé durant la majeure partie de sa carrière[23], dit de lui en 2012 : « Il y a peu de gars aussi forts et loyaux que « Popo » dans le peloton. Il est toujours là lorsque l'on a besoin de lui et est devenu un des piliers de l'équipe[24]. » Pour Dirk Demol, un autre de ses directeurs sportifs, « Popovych a toujours été un équipier modèle. [...] Il excelle véritablement dans le placement et sait ainsi comment positionner son homme fort au mieux au pied d’un secteur clé ou d’une difficulté[17]. »

Palmarès et résultats[modifier | modifier le code]

Palmarès par années[modifier | modifier le code]

Palmarès amateur[modifier | modifier le code]

Palmarès professionnel[modifier | modifier le code]

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

8 participations

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

7 participations

Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

3 participations

Classements mondiaux[modifier | modifier le code]

Année 2011 2012 2013 2014
UCI World Tour 209e[27] nc[28] 160e[29] nc[30]
Légende : nc = non classé

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Bear bites twice as Petrov captures road race title », sur cyclingnews.com,‎ 13 octobre 2000 (consulté le 30 juin 2011)
  2. « 12.10.2001 : Rankings / Classements - U23 - Men / Hommes », sur uci.ch (consulté le 1er juillet 2011)
  3. (en) « Popovych pops to World Title », sur cyclingnews.com,‎ 12 octobre 2001 (consulté le 30 juin 2011)
  4. (en) « Pate wins Espoirs world title », sur cyclingnews.com,‎ 9 octobre 2001 (consulté le 30 juin 2011)
  5. « Popovych passe à l'ouest », sur cyclismag.com,‎ 3 août 2004 (consulté le 9 février 2014)
  6. (en) « Keeping the spirit alive: Confident about Discovery & 2005 », sur cyclingnews.com,‎ 8 novembre 2004 (consulté le 9 février 2014)
  7. (en) « Discovery announces 2006 roster », sur cyclingnews.com,‎ 13 octobre 2005 (consulté le 9 février 2014)
  8. « Popovych et Hincapie seront les leaders en 2006 », sur cyclismag.com,‎ 10 janvier 2006 (consulté le 9 février 2014)
  9. « Tour de France : La déroute des ex-boys d’Armstrong », sur cyclismag.com,‎ 21 juillet 2006 (consulté le 9 février 2014)
  10. (en) « Popovych to lead Discovery for Giro », sur cyclingnews.com,‎ 6 mai 2007 (consulté le 9 février 2014)
  11. « Italian Champ Bruseghin conquers Oropa », sur cyclingnews.com,‎ 25 mai 2007 (consulté le 9 février 2014)
  12. (en) « Discovery tunes in to Tour channel », sur cyclingnews.com,‎ 30 juin 2007 (consulté le 21 mai 2013)
  13. (en) « Bruyneel's eighth with Kid Contador? », sur cyclingnews.com,‎ 25 juillet 2007 (consulté le 21 mai 2013)
  14. « Popovych, la grosse déception », sur dhnet.be,‎ 26 juillet 2012 (consulté le 8 février 2014)
  15. « Popovych rapatrié », sur radio-canada.ca,‎ 13 novembre 2008 (consulté le 8 février 2014)
  16. (en) « Tour de France 2011: RadioShack down to six riders after Popovych exit », sur theguardian.com,‎ 12 juillet 2011 (consulté le 8 février 2014)
  17. a et b Quentin Finné, « RadioShack Leopard : « On formera un véritable bloc » », La Dernière Heure/Les Sports - Spécial classiques,‎ mars 2013, p. 48
  18. (en) « Popovych to help Cancellara at Flanders and Roubaix », sur cyclingnews.com,‎ 21 novembre 2011 (consulté le 8 février 2014)
  19. « Cancellara et ses lieutenants », sur lequipe.fr,‎ 5 avril 2013 (consulté le 8 février 2013)
  20. (en) « Devolder, Popovych, Demol, others confirm with Trek », sur velonews.competitor.com,‎ 26 août 2013 (consulté le 8 février 2014)
  21. (it) I corridori coinvolti, tra i 38 c'è Marcato sur gazzetta.it
  22. « Godart pense à la succession », sur cyclismag.com,‎ 6 juillet 2005 (consulté le 9 février 2014)
  23. « Popovych, altruiste tout-terrain », sur velochrono.fr,‎ 23 décembre 2011 (consulté le 9 février 2014)
  24. (en) « RadioShack-Nissan extend with Nizzolo and Popovych » (consulté le 9 février 2014)
  25. (en) « 09 May-31 May 2009 - General classification: Lido di Venezia - Rome », sur uci.ch (consulté le 11 octobre 2012)
  26. Initialement 15e, Yaroslav Popovych se voit attribuer la 11e place après le déclassement de plusieurs coureurs pour dopage.
  27. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2011 - Individual », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 14 décembre 2014)
  28. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2012 - Individual », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 30 novembre 2014)
  29. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2013 - Individual », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 10 novembre 2014)
  30. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2014 - Individual », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 10 novembre 2014)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :