Xermaménil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Xermaménil
Église Saint-Mansuy
Église Saint-Mansuy
Blason de Xermaménil
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Arrondissement de Lunéville
Canton Canton de Gerbéviller
Intercommunalité Communauté de communes de la Mortagne
Maire
Mandat
Laurent Gellenoncourt
2014-2020
Code postal 54300
Code commune 54595
Démographie
Population
municipale
563 hab. (2011)
Densité 52 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 31′ 59″ N 6° 27′ 48″ E / 48.5331, 6.463348° 31′ 59″ Nord 6° 27′ 48″ Est / 48.5331, 6.4633  
Altitude Min. 218 m – Max. 293 m
Superficie 10,84 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lorraine

Voir sur la carte administrative de Lorraine
City locator 14.svg
Xermaménil

Géolocalisation sur la carte : Lorraine

Voir sur la carte topographique de Lorraine
City locator 14.svg
Xermaménil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Xermaménil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Xermaménil

Xermaménil est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle en région Lorraine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Première mention au XIIe siècle.
  • Passa du seigneur de Nomény à celui de Riste au XVIIIe siècle.

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • En Lorrain : Chaméni[1].
  • Sarmanmasnil (1178-1186), Xarmamenil (1296), Xarmanmengny (1304), Xarmanmesny (1315), Xermamesny (1316), Xermanmesnil (1427), Xermaménil ou Chemaménil (1787).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1983 mars 2008 Jean Albert    
mars 2008 en cours
(au 16 avril 2014)
Laurent Gellenoncourt    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 563 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
337 436 416 395 398 447 469 467 464
1856 1861 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
440 374 359 371 390 413 368 354 334
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
318 327 299 298 292 281 289 273 297
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011 -
283 273 305 410 423 504 527 563 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Gare de Xermaménil - Lamath
    la gare vers 1966 vue depuis la route
  • Château dit "le Magasin" XIXe siècle (appartenait jadis à un fermier de la Gabelle, propriété par la suite de la famille Hogard).
  • Château Froment XIXe siècle.
  • Moulin à blé, puis moulin à tan, moulin à foulon et plâtrière, puis minoterie, actuellement entrepôt commercial et centrale hydroélectrique, atteste dès la première moitié du XVIIIe siècle. Acquis en 1809 par Sébastien Keller, propriétaire de la faïencerie de Lunéville, qui, outre la mouture du blé, y pratique le foulage du drap et la mouture du tan dans un bâtiment construit dans le deuxième quart XIXe siècle. Adjonction d'un four à plâtre dans le deuxième quart du XIXe siècle de type tunnel à sole inclinée qui constitue l'unique spécimen existant dans l'ensemble du canton de Gerbéviller. L'ensemble est acquis par la famille Hogard de Blainville-sur-l'Eau vers 1840 qui le consacre exclusivement à la mouture du blé. Transformation en minoterie dans le premier quart du XXe siècle : surélévation et agrandissement de l'ancien moulin à foulon et à tan, construction d'un entrepôt industriel dans le deuxième quartdu XXe siècle lui-même surélevé en 1960. La minoterie est transformée en 1981 en entrepôt commercial et en centrale hydroélectrique.

Édifice religieux[modifier | modifier le code]

  • Église XIXe siècle néo-gothique : croix de procession et Christ de bois XVIe siècle, chandeliers de bronze provenant de l'abbaye de Belchamps.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal de Xermaménil a donné aux deux rues principales du village le nom de deux familles de militaires issues de la commune qui se sont illustrées au XXe siècle : les familles des généraux

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire géographique de la Meurthe - Henri Lepage
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011