Bayon (Meurthe-et-Moselle)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bayon.
Bayon
Vue aérienne du centre
Vue aérienne du centre
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Lunéville
Canton Bayon
Intercommunalité Communauté de communes du Bayonnais
Maire
Mandat
Jacques Baudoin
2014-2020
Code postal 54290
Code commune 54054
Démographie
Population
municipale
1 597 hab. (2011)
Densité 264 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 28′ 32″ N 6° 18′ 57″ E / 48.4756, 6.3158 ()48° 28′ 32″ Nord 6° 18′ 57″ Est / 48.4756, 6.3158 ()  
Altitude Min. 242 m – Max. 397 m
Superficie 6,05 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bayon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bayon

Bayon est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle en région Lorraine.

Ses habitants sont appelés les Bayonnais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le site géographique dans lequel la ville de Bayon s'est élevée a la forme d'une falaise dominant la rive droite de la Moselle. Un affluent de cette dernière, l'Euron, borde la cité historique à l'est, lui offrant une seconde protection naturelle. Il conflue un peu en aval, à Lorey.

Bayon est un carrefour routier important qui dessert les directions de Nancy, Lunéville, Haroué, Vézelise, Charmes, Rambervillerset Épinal. L'arrivée du chemin de fer en 1860 entraînera une extension de la ville vers la gare. Aujourd'hui cette gare, implantée en fait sur le territoire de Virecourt, est très bien desservie.

De nouvelles constructions sur la rive droite de l'Euron composent le quartier des Évelottes. Vers le nord-est, l'altitude croît rapidement, atteignant 397 mètres à Autreval. La départementale 9 vers Lunéville prend cependant cette direction, mettant le chef-lieu d'arrondissement à 20 km. Pour les autres directions, il est rapide de rejoindre le nouveau tracé à quatre voies de la RN 57, 6 km vers l'ouest, à Laneuveville-devant-Bayon. Ainsi, Nancy est à 33 km, Charmes à 13 km et Épinal à 48 km.

La cité, adossée à des collines boisées, nichée dans la verdure, a préservé un patrimoine architectural intéressant. Le développement ne s'y est pas effectué de façon anarchique. Les différentes époques ont chacune leur quartier mais l'ensemble est homogène. C'est la diversité dans l'unité.

Bayon et la Moselle vus par Jean-Baptiste Claudot (~1800)

Histoire[modifier | modifier le code]

Ce site privilégié, appelé autrefois "La Côte Lebel", fut un camp fortifié de l'Âge du fer. Défendu d'un côté par la Moselle et de l'autre par l'Euron, ce camp fut longuement occupé comme en témoignent les nombreuses monnaies et débris de poteries.

Au XIIIe siècle Henri le Lombard, fils du duc Ferry Ier de Lorraine, prend le nom de Bayon dont il est seigneur. Il y construit un château entouré de solides murailles flanquées de fortes tours dont on voyait encore les vestiges à la fin du XIXe siècle. La famille de Bayon s'éteint rapidement et, après un partage en 1422, la seigneurie passe entre les mains de la Maison de Haraucourt. Profitant de sa position, la ville s'enrichit aux dépens des voyageurs.

Un moment alliée aux Bourguignons, la forteresse va subir les assauts des comtes de Vaudémont, des ducs de Lorraine, pour finir comme la plupart des forteresses lorraines, démantelée par les Français en 1636, sur ordre de Louis XIII et Richelieu. Seules les trois portes (de Moselle, de Lunéville, de Charmes) ont subsisté jusqu'au dernier tiers du XIXe siècle (cadastre de 1824).

Bayon est érigé en marquisat en 1720 en faveur de Marie Isabelle de Ludres, et devient la propriété de Chaumont de la Galaizière en 1757.

À la Révolution, Bayon devient chef-lieu de canton dans le district puis l'arrondissement de Lunéville.

Blason Blasonnement :
D'or à la croix de gueules, au franc-quartier d'argent chargé d'un lion de sable armé lampassé de gueules, couronné du champ, sur le tout, d'argent à la bande de gueules chargée de trois alérions d'or.
Commentaires : Ces armoiries figurent sur un sceau de la seigneurie de Bayon de 1556, conservé aux archives départementales de Meurthe et Moselle. Henri le Lombard brisa les armes ducales en inversant les émaux du champ et des alérions. La terre de Bayon passa par mariage dans la famille de Haraucourt. La seigneurie prit alors les armes de Haraucourt chargées en abîme de celles de ses anciens seigneurs, cadets de Lorraine[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Hôtel de ville de Bayon
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2014 en cours Jacques Baudoin SE  
mars 2008 mars 2014 Michel Claire SE  
mars 2002 mars 2008 Jean-Daniel Blot SE  
mars 1995 mars 2002 Louis Uhlrich SE  
mars 1983 mars 1995 Jean-Paul Moog SE  
1971 mars 1983 Pierre Goetzmann    
1965 1971 Joseph Najean    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 597 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
708 793 757 779 812 911 910 913 924
1856 1861 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
960 956 970 1 004 1 023 1 053 1 171 1 251 1 187
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 256 1 249 1 226 1 317 1 243 1 211 1 161 1 217 1 343
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010 2011
1 421 1 515 1 530 1 464 1 404 1 408 1 444 1 566 1 597
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Château XIXe néo-Renaissance

Édifice religieux[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Le Bienheureux Antoine de Ravinel, prêtre mort en martyr, à la Révolution, à la chapelle des Carmes à Paris VI, rue de Vaugirard
  • Émile Badel né en 1861, érudit lorrain, mort à Bayon en 1936
  • Jean Masson, né en 1907 à Bayon, homme politique mort en 1964

Animation[modifier | modifier le code]

Jumelage 
Drapeau de l'Allemagne Straelen (Allemagne) depuis le 7 juillet 1963

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site de l'UCGL
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :