Pulligny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pulligny
Image illustrative de l'article Pulligny
Blason de Pulligny
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Nancy
Canton Vézelise
Intercommunalité Communauté de communes Moselle et Madon
Maire
Mandat
Jean-Luc Dussaucy
2014-2020
Code postal 54160
Code commune 54437
Démographie
Population
municipale
1 216 hab. (2011)
Densité 131 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 32′ 34″ N 6° 08′ 32″ E / 48.5428, 6.142248° 32′ 34″ Nord 6° 08′ 32″ Est / 48.5428, 6.1422  
Altitude Min. 225 m – Max. 340 m
Superficie 9,3 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pulligny

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pulligny

Pulligny est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle en région Lorraine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

    • Le 21 juin 1940, la 212e division d'infanterie allemande du Generalleutnant Theodor Endres dont le poste de commandement se trouve à Ceintrey prend possession du village, les transmissions ayant signalé des francs-tireurs qui auraient abattu un gradé allemand sur la route de la gare. Émile Jacquemin, un ouvrier aux aciéries de Neuves-Maisons, dont Roger Bruge indique qu'il a été désigné comme asocial (terminologie nazie pour désigner ceux qui étaient considérés comme bolchéviques ) par le maire de la commune, sommé de faire une liste d'otages[1], est fusillé devant la maison de M. Menet sur l'ordre du Général Endres. Après avoir fait évacuer les habitants sur les hauteurs d'Autrey, les Allemands incendient Pulligny. Cinquante-huit maisons sont totalement détruites, quarante-deux sont très endommagées. Pulligny a reçu la croix de guerre le 31 juillet 1949 des mains du ministre Paul Ramadier[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008   Jean-Luc Dussaucy    
mars 2001 mars 2008 Denis Gardel    
mars 1995 mars 2001 Denis Gardel    
mars 1982 mars 1995 Andrée Colin    
février 1939 avril 1945 Henri Trotot    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 216 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
754 829 884 876 874 866 855 850 770
1856 1861 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
769 734 711 682 628 662 640 623 639
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
649 677 689 725 719 705 592 608 776
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011 -
764 792 846 1 113 1 171 1 225 1 243 1 216 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Trésor de monnaies romaines trouvé au lieu-dit la Plaine.
  • Substructions gallo-romaines sous les ruines du château fondé en 1187.
  • Château fort construit en 1187, par Jean Ier de Pulligny et détruit sans doute pendant la guerre de Trente ans, était situé dans le bas du village près des rives du Madon ; son enceinte constituait un carré de soixante mètres de côté avec quatre tours d'angle ; la dernière au nord-est n'a complètement disparu qu'au XIXe siècle ; le château était entouré de fossés artificiels alimentés par le ruisseau de Revry.
  • Mairie: cette ferme du XVIe siècle a été donnée vers 1890 à l'abbé Piant, curé de Pulligny de 1883 à 1936, par Élisabeth Robaine. En 1892, on y créa des écoles maternelle et primaire libres confiées aux religieuses de la doctrine chrétienne ; ces établissements furent supprimés en 1905 ; l'immeuble fut inauguré en tant que maison paroissiale en 1908 ; l'abbé Piant transforma les engrangements à gauche, supprimant la porte charretière, créant un théâtre à l'étage, éclairé par des fenêtres jumelles qui remplacèrent une gerbière; son successeur y fit ouvrir une porte de garage. l'immeuble fut transformé en mairie en 1983.
  • La Maison des Loups XIVe/XVIe, maison seigneuriale.
  • Maison Pierret, située 2 rue des Loups, du XVe siècle.
  • Moulin à blé, Moulin à foulon, scierie, usine de construction mécanique, centrale hydro-électrique. Moulin très ancien mentionné dès 1314, occupé par les reîtres allemands en 1587, loué par les co-seigneurs de Pulligny en 1792 puis vendu comme bien d'immigré en 1794 ; après 1870, transformé en atelier de construction et réparation de petit matériel agricole ; une scie à grumes, une génératrice qui produira l'électricité pour les particuliers du village jusqu'en 1946, un atelier de construction mécanique et métallique remplaceront le moulin à grains ; la force motrice nécessaire sera produite par une turbine de type « fontaine » qui remplacera la roue à aubes ; les nouvelles activités du moulin disparaîtront les unes après les autres.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • Église paroissiale Saint-Pierre-aux-Liens de style gothique élevée au XVe siècle ; plusieurs chapelles ont été accolées aux XVe et XVIe siècles au bas-côté nord ; la base de la tour est contemporaine de l'église, mais la partie supérieure a été rebâtie en 1721, et surmontée d'une flèche dont la charpente a été restaurée en 1886, date portée.
  • Chapelle de Notre-Dame de Pitié, de style gothique flamboyant, construite à l'emplacement d'un ancien oratoire dit de Savignon en 1868, et bénit le 24 juin 1868.

Croyances liées à la commune[modifier | modifier le code]

Une légende dit que Jeanne d'Arc ne serait pas morte brûlée mais aurait été remplacée par une autre femme sur le bûcher et qu'elle serait enterrée dans le chœur de l'église.

Une inscription en vieux français en lettres rouges portant ses initiales est visible sur un des murs du chœur côté sacristie.

Une autre légende dit que Jeanne des Armoises (postulante Jeanne d'Arc) aurait épousé Robert des Armoises et qu'elle aurait fini ses jours à Autrey, village voisin de Pulligny.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les combattants du 18 juin, tome 4 : Le Cessez-le-feu, Fayard, 1988, p. 111
  2. Roger Bruge, Juin 1940 le mois maudit, Fayard, 1980
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :