Veneux-les-Sablons

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Veneux-les-Sablons
La porte Nadon
La porte Nadon
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Fontainebleau
Canton Moret-sur-Loing
Intercommunalité Communauté de communes Moret Seine et Loing
Maire
Mandat
Michel Bénard
2014-2020
Code postal 77250
Code commune 77491
Démographie
Gentilé Veneusiens
Population
municipale
4 820 hab. (2011)
Densité 1 196 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 22′ 34″ N 2° 47′ 59″ E / 48.376207, 2.79971148° 22′ 34″ Nord 2° 47′ 59″ Est / 48.376207, 2.799711  
Altitude Min. 42 m – Max. 93 m
Superficie 4,03 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Veneux-les-Sablons

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Veneux-les-Sablons

Veneux-les-Sablons est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Veneusiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est situé dans le canton de Moret-sur-Loing, au sud-ouest de la Seine-et-Marne. Elle est délimitée à l'ouest par la forêt de Fontainebleau, à l'est par la Seine et le Loing, au nord par Thomery et au sud par Moret-sur-Loing.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Fontainebleau Champagne-sur-Seine
Thomery
Saint-Mammès Rose des vents
N
O    Veneux-les-Sablons    E
S
Épisy
Montigny-sur-Loing
Écuelles
Moret-sur-Loing

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est située le long de la rive gauche de la Seine et de la rive gauche du Loing, à leur confluent.

Climat[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

La rue principale (avenue de Fontainebleau) est l'ancien passage de la N6, laquelle contourne maintenant Veneux-les-Sablons et Moret-sur-Loing par une déviation (1955)[1].

La Route de Bourgogne, où se situent la mairie, l'église et la poste, est l'ancienne voie romaine reliant Autun à Lutèce, délaissée à la suite du percement par Henri IV de la future N6 entre Moret-sur-Loing et Fontainebleau[1].

Voies ferroviaires[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Gare de Moret - Veneux-les-Sablons.
Le viaduc du chemin de fer

Le chemin de fer est un élément très important de Veneux-les-Sablons, puisque RFF possède environ 5 % du territoire de la commune.

Lors de la construction de la ligne vers Dijon (1851) puis Marseille (1856), la gare était celle de Saint-Mammès (à l'époque nommée Moret-Saint-Mammès). Ce n'est qu'à la création de la ligne du Bourbonnais vers Clermont-Ferrand (1858) que fut construite la gare de Moret-les-Sablons.

Pistes cyclables[modifier | modifier le code]

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Article connexe : Réseau de bus STILL.

La commune est desservie par onze lignes de bus[2].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

La commune est la réunion des trois anciens hameaux « Les Sablons », « Nadon » et « Veneux ».

Logement[modifier | modifier le code]

En 2009, la commune comptait 2 369 logements dont 2 070 résidences principales, 107 résidences secondaires et 184 logements vacants. Parmi eux, on dénombrait 1 791 maisons et 503 appartements[3].

Projets d'aménagements[modifier | modifier le code]

En 2012, un projet de gare routière avec 3 arrêts est en cours de finalisation[4].

Toponymie[modifier | modifier le code]

La première mention écrite de Veneux date de 1220, sous Philippe-Auguste : « Hugo de Herespiriaco est homo domini de hoc tenet apud Venoors »[5]. Le mot roman venoors serait le même qui donnera veneur, et Veneux serait donc à l'origine un village de chasseurs.

Le hameau des Sablons doit son nom à la présence de dunes, qui ont disparu du fait de l'exploitation du sable.

La commune s'est d'abord appelée Veneux-Nadon, mais on disait encore récemment Les Sablons plutôt que Veneux-les-Sablons, comme en témoigne l'ancien nom de la gare (Moret – Les Sablons). La tendance actuelle est plutôt de l'appeler Veneux.

Selon le code officiel géographique, le nom de la commune s'écrit « Veneux-les-Sablons »[6]. Mais la commune étant composée de la réunion des deux hameaux « Veneux » et « Les Sablons », le nom est souvent typographié « Veneux – Les Sablons », en particulier dans tous les documents de la mairie[7], ou de ses anciens maires[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant la Révolution française, les hameaux composant Veneux-les-Sablons étaient généralement rattachés à Moret. La paroisse a été créée par une lettre patente de Louis XVI le 16 décembre 1789, sous le nom de Veneux-Nadon. La commune prit son nom actuel le 4 février 1922.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants de la commune étant compris entre 3 500 et 5 000, le nombre de membres du conseil municipal est de 27.

Depuis 1989, la commune a mis en place un conseil municipal des jeunes[8].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1845 1848 Etienne Moussard
1848 1848 Joseph Prieur
1848 1850 Joachim Dubouloy
1850 1852 Toussaint Moncourt
1852 1852 Etienne Moussard
1852 1866 Théodore Guerin
1866 1875 Joachim Dubouloy
1875 1876 Louis Lafosse
1876 1885 Auguste Renoult
1885 1888 Bénomi Moncourt[Note 1]
1888 1896 Eugène Labaume
1896 1904 Jules Prieur
1904 1904 Edouard Périchon
1904 1919 Edouard Félix Dubouloy
1919 1921 Jules Alphonse Roussel
1921 1925 Pierre Alphonse Senance
1925 1929 Charles Henri Carnault
1929 1942 Jean-Alexandre Chevrier
1942 1944 André Mouchard[Note 2]
1944 1945 Maurice Leblanc
1945 1958 Pierre Albert Lasnier
1958 mars 1959 Marceau Leclaire
mars 1959 mars 1977 René Gresser
mars 1977 mars 1983 Bernard Ridoux PCF
mars 1983 9 mars 1989 Jean-Michel Regnault RPR député suppléant de Seine-et-Marne
mars 1989 en cours Michel Bénard PS vice-président du conseil général de Seine-et-Marne

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Veneux-les-Sablons relève du tribunal d'instance de Fontainebleau, du tribunal de grande instance de Fontainebleau, de la cour d'appel de Paris, du tribunal pour enfants de Melun, du conseil de prud'hommes de Fontainebleau, du tribunal de commerce de Melun, du tribunal administratif de Melun et de la cour administrative d'appel de Paris[9].

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

En novembre 2009, la commune a lancé son Agenda 21, programme d’actions s’inscrivant dans le développement durable. Le syndicat de collecte des déchets du territoire (SMICTOM) de la région de Fontainebleau a lancé un programme local de prévention des déchets et assure la promotion du compostage. L'objectif est de réduire la production de déchets de 5 kg par habitant et par an[10].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Au 28 septembre 2012, Veneux-les-Sablons est jumelée avec[11] :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2009, Veneux-les-Sablons comptait 4 788 habitants (soit une augmentation de 3 % par rapport à 1999).

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués à Veneux-les-Sablons depuis 1793.

Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par loi du 27 février 2002, dite loi de démocratie de proximité[12], afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises.

Pour les communes dont la population est inférieure à 10 000 habitants, les enquêtes sont exhaustives et ont lieu chaque année par roulement au cours d'une période de cinq ans[13]. Pour Veneux-les-Sablons, le premier recensement a été fait en 2005[14], les suivants étant en 2010, 2015, etc. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006, qui, pour Veneux-les-Sablons, est une évaluation intermédiaire[15].

Le maximum de la population a été atteint en 2009 avec 4 788 habitants.


En 2011, la commune comptait 4 820 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 3],[Note 4].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
770 781 778 821 960 937 948 945 977
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
986 970 911 903 980 1 031 953 1 006 1 122
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 219 1 371 1 451 1 506 1 602 1 666 1 872 2 055 2 297
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
2 725 3 158 3 797 4 051 4 298 4 617 4 713 4 736 4 799
2011 - - - - - - - -
4 820 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2004[17].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (24,2 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (15,4 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52,9 %) est supérieur au taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 47,1 % d’hommes (0 à 14 ans = 18,8 %, 15 à 29 ans = 15,4 %, 30 à 44 ans = 22,3 %, 45 à 59 ans = 22,2 %, plus de 60 ans = 21,3 %) ;
  • 52,9 % de femmes (0 à 14 ans = 15,5 %, 15 à 29 ans = 15,5 %, 30 à 44 ans = 20,1 %, 45 à 59 ans = 22 %, plus de 60 ans = 26,9 %).
Pyramide des âges à Veneux-les-Sablons en 2007 en pourcentage[18]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,6 
90  ans ou +
1,9 
6,1 
75 à 89 ans
9,5 
14,6 
60 à 74 ans
15,5 
22,2 
45 à 59 ans
22,0 
22,3 
30 à 44 ans
20,1 
15,4 
15 à 29 ans
15,5 
18,8 
0 à 14 ans
15,5 
Pyramide des âges du département de la Seine-et-Marne en 2007 en pourcentage[19]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
3,7 
75 à 89 ans
6,0 
9,9 
60 à 74 ans
10,2 
20,7 
45 à 59 ans
20,3 
22,4 
30 à 44 ans
22,4 
20,8 
15 à 29 ans
19,8 
22,2 
0 à 14 ans
20,5 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Veneux-les-Sablons est située dans l'académie de Créteil.

Établissements scolaires[modifier | modifier le code]

La ville administre une école maternelle et une école élémentaire communales[20]. L'école élémentaire Alexandre Chevrier a été inaugurée en 1934 et l'école maternelle en 2000[21].

Les collèges et lycées les plus proches sont à Moret-sur-Loing (collège Alfred Sisley) Fontainebleau (Lycée François Ier et Lycée François-Couperin) et à Avon (Lycée Uruguay France).

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

La « Foire aux fromages et aux vins » a lieu le premier week-end de septembre[22].

Le « Salon des peintres de Veneux » se déroule chaque année en mai depuis 1985 (salle Jean Michel Regnault). Il est réservé aux peintres résidant à Veneux-les-Sablons.

Santé[modifier | modifier le code]

Aucun centre hospitalier n'est installé sur le territoire, les plus proches étant situés sur les communes de Fontainebleau et de Montereau-Fault-Yonne.

Sports[modifier | modifier le code]

La commune possède une équipe de football partagée avec la commune de Moret-sur-Loing.

Cultes[modifier | modifier le code]

Les Veneusiens disposent de lieux de culte bouddhique, catholique et protestant.

Culte bouddhique[modifier | modifier le code]

C'est à Veneux-les-Sablons qu'est installé la première congrégation bouddhiste d’obédience Gelugpa en France : l’institut Ganden Ling poursuit l’œuvre entreprise en 1978 par son fondateur Dagpo Rinpotché[23].

Culte catholique[modifier | modifier le code]

La commune de Veneux-les-Sablons dépend de la paroisse « Pôle missionnaire de Montereau », au sein du diocèse de Meaux et dispose d'un lieu de culte : l'église Saints-Philippe-et-Jacques[24].

Culte protestant[modifier | modifier le code]

Une église évangélique baptiste[25] regroupant la communauté baptiste est présente à Veneux-les-Sablons.

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 36 192 €, ce qui plaçait Veneux-les-Sablons au 5 316e rang parmi les 31 347 communes de plus de 50 ménages en métropole[26].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2009, la commune comptait 184 chômeurs pour 2 258 personnes actives de 15 ans ou plus, soit un taux de chomage de 8,1 %[27].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

La commune ne comporte aucune industrie significative. Les commerces sont essentiellement concentrés sur l'avenue de Fontainebleau, à l'exception notable de deux supermarchés.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Une venelle.
  • Église Saint-Philippe-et-Saint-Jacques (1828, agrandie au XXe siècle).
  • Mur de pommiers (XVIIIe siècle) - 134 bis avenue de Fontainebleau.
  • Villa les Greffières (fin XVIIe siècle) - 35 rue Victor Hugo.
  • Villa l'Aiglon (XIXe siècle) - 35 avenue de Fontainebleau.
  • Lavoir (XIXe siècle, restauré en 1985 par le maire Jean Michel Regnault), alimenté par la source Nadon - chemin du Lavoir.
  • Viaduc du chemin de fer au-dessus du Loing (1849).
  • Passerelle de l'aqueduc de la Voulzie (1926) reliant la ville à Champagne-sur-Seine en traversant la Seine.

Dans la salle d'honneur de la mairie, on peut admirer des œuvres de Dropsy, Montezin et Varlet.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

La Forêt de Fontainebleau limitrophe est le principal attrait de la ville. On y trouve aussi de pittoresques venelles serpentant entre les anciens murs à vigne (chasselas de Thomery).

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Chemin dans Veneux-Nadon au printemps par Alfred Sisley.

Beaucoup de peintres sont passés par Veneux-les-Sablons au XIXe siècle et au début du XXe siècle (les six premiers ont leur rue dans la commune) :


Mais aussi d'autres artistes:

Célébrités locales :

  • Claude Bernard, député de Seine-et-Marne en 1792, a voté la mort avec sursis de Louis XVI (la rue qui porte son nom ne fait pas référence au célèbre physiologiste).
  • Jean Alexandre Chevrier, maire (1929-1942) qui a particulièrement marqué la commune. Homme d'affaires (il fut propriétaire du buffet de la Gare de Paris-Est), il fit construire le groupe scolaire qui porte son nom.
  • Jean Michel Regnault : Maire de 1983 à 1989, Conseiller municipal de 1965 à 1994 et député suppléant de Seine et Marne (député Didier Julia) de 1967 à 1986. Secrétaire général des Conseils de Prud'hommes et Chevalier de l'Ordre National du Mérite. Homme de culture et historien il fit agrandir la mairie de Veneux-Les Sabons, fit construire une salle de spectacles et d'expositions qui porte son nom et restaura le lavoir du XIXe siècle. Auteur du livre de référence de la commune et un autre sur la commune de sa naissance Champagne sur Seine, il termina son troisième livre avant sa mort. Il fut aussi le directeur de la Revue Culturelle des Amis de Moret. Né à Champagne sur Seine en 1924, il est mort à Fontainebleau en mai 1994. En 2011 six générations de Regnault ont vécu ou vivent à Veneux-les-Sablons.

Personnalités liées à une tradition spirituelle :

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Adjoint faisant fonction de maire.
  2. Maire nommé par délégation spéciale.
  3. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  4. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Page d'accueil », sur le site de la mairie (consulté le 28 septembre 2012).
  2. « Transports en commun à Veneux-les-Sablons », sur le site vianavigo.com du Syndicat des transports d'Île-de-France (STIF) (consulté le 28 septembre 2012).
  3. « LOG2 - Logements par type, catégorie et nombre de pièces », sur le site de l'Insee (consulté le 28 septembre 2012).
  4. « Transport », sur le site de la mairie (consulté le 28 septembre 2012).
  5. a et b Voir le livre de J-M Régnault, cité en source.
  6. « Informations relatives à la commune de Veneux-les-Sablons au sein du [[code officiel géographique]] », sur le site de l'Insee (consulté le 28 septembre 2012).
  7. , [lire en ligne]
  8. « Conseil municipal des jeunes », sur le site de la mairie (consulté le 28 septembre 2012).
  9. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », sur le site du ministère de la Justice et ds libertés (consulté le 28 septembre 2012).
  10. « Déchets », sur le site de la mairie (consulté le 28 septembre 2012).
  11. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur le site du ministère des Affaires étrangères (consulté le 28 septembre 2012).
  12. Loi no 2002-276 du 27 février 2002 relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V "des opérations de recensement".
  13. INSEE : Les grandes étapes : 2002 – 2009
  14. « Calendrier des recensements des communes du département de la Seine-et-Marne », sur le site de l'Insee (consulté le 24 août 2011)
  15. Par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de 5 ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 d’afficher dans le tableau des recensements : la population 2006, première population légale connue post-1999, les populations légales suivantes correspondant aux années réelles de recensement et enfin la dernière population légale publiée par l’INSEE. Dans le graphique sont par contre représentés l’ensemble des populations légales connues
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  18. « Évolution et structure de la population à Veneux-les-Sablons en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 24 août 2011).
  19. « Résultats du recensement de la population de la Seine-et-Marne en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 24 août 2011).
  20. « Seine-et-Marne (77), Veneux-les-Sablons, écoles », sur le site du ministère de l'éducation nationale (consulté le 28 septembre 2012).
  21. « Les écoles, quelques dates », sur le site de la mairie (consulté le 28 septembre 2012).
  22. « Veneux-les-Sablons », sur le site de la communauté de communes (consulté le 28 septembre 2012).
  23. « Présentation générale », sur le site de l'Institut Ganden Ling (consulté le 28 septembre 2012).
  24. « Les écoles, quelques dates », sur le site egliseinfo.catholique.fr de la Conférence des évêques de France (consulté le 28 septembre 2012).
  25. « Page d'accueil », sur le site de l'église évangélique baptiste de Veneux-les-Sablons (consulté le 28 septembre 2012).
  26. « Fichier RFDM2010COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 15 septembre 2012)
  27. « ACT1 - Population active de 15 ans ou plus par sexe, âge et type d'activité », sur le site de l'Insee (consulté le 28 septembre 2012)