Écuelles (Seine-et-Marne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Écuelles.
Écuelles
regroupée à Orvanne
La mairie.
La mairie.
Administration
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
(Melun)
Arrondissement Fontainebleau
Canton Moret-sur-Loing
Démographie
Gentilé Écuellois
Population 2 489 hab. (2012)
Densité 211 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 21′ 09″ N 2° 49′ 18″ E / 48.3525, 2.821748° 21′ 09″ Nord 2° 49′ 18″ Est / 48.3525, 2.8217  
Superficie 1 181 ha = 11,81 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Écuelles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Écuelles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Écuelles

Écuelles est une ancienne commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Écuellois[1],[2].

Elle a fusionné le 1er janvier 2015[3] avec Moret-sur-Loing, sous le régime juridique des communes nouvelles instauré par la loi no 2010-1563 du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales pour créer la commune nouvelle d'Orvanne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Située au sud-ouest du département, à quelques kilomètres de Fontainebleau, Écuelles s'étend sur une superficie de 1 181 hectares. Il s'agit d'une commune située à proximité de Moret-sur-Loing, dont elle constitue une extension. Un sous-sol composé de calcaire y permet l’exploitation d’une imposante carrière

Communes limitrophes de Écuelles
Moret-sur-Loing Saint-Mammès La Grande-Paroisse
Vernou-la-Celle-sur-Seine
Écuelles Montarlot
Épisy Villecerf

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Écuelles est administrativement rattachée au canton de Moret-sur-Loing et à l’arrondissement de Fontainebleau. La commune est membre fondateur de la communauté de communes Moret Seine et Loing.

Lors des élections municipales du 23 mars 2014, deux listes se sont présenté aux suffrages des électeurs, la liste "une nouvelle étape", du maire sortant, Jean-Christophe Paquier, qui a recueilli 60,3 % des voix, et une liste conduite par l'ancien premier adjoint avant 2008, Alain Girault, qui a obtenu 39,7 %.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  1879 Antoine Cossinet    
1879 1879 Gabriel Comet-Dâage    
1879 1888 Auguste Cornabé    
1888 1892 Jules Bastard    
1892 1919 François-Joseph-Adrien Cochin    
1919 1931 Vincent Tanneur    
1931 1935 Gustave Rabotin    
1935 1935 Charles Panier    
1937 1944 Alexandre Dumont    
1944 mai 1945 Henri Gustave Godard    
mai 1945 mars 1959 Noé Refauvelet    
mars 1959 1960 Roland Coulon    
1960 mars 1977 Robert Saint-Hilaire DVD  
mars 1977 2000 Yvonne Coutenceau PCF  
2000 mars 2008 Jacques Maréchal DVG employé de banque
mars 2008 en cours Jean-Christophe Paquier PS ingénieur agronome

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 2 489 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
362 404 378 457 560 634 592 630 595
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
380 351 361 345 312 303 334 309 361
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
450 488 483 449 544 686 734 765 927
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2012
1 036 1 098 1 206 1 410 1 940 2 463 2 553 2 443 2 489
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

Écuelles accueille l'école maternelle des Lilas, située rue de l'Église, ainsi qu'une école primaire dans la rue de Ravanne.

Sports[modifier | modifier le code]

Gymnase, rue Georges Villette.

Économie[modifier | modifier le code]

Un des trois centres de recherches d’Électricité de France, Les Renardières, est situé à Écuelles.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Rémi.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]