Paladru

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Paladru
Image illustrative de l'article Paladru
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement La Tour-du-Pin
Canton Saint-Geoire-en-Valdaine
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Pays Voironnais
Maire
Mandat
Gérard Seigle-Vatte
2014-2020
Code postal 38850
Code commune 38292
Démographie
Population
municipale
1 130 hab. (2011)
Densité 97 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 28′ 27″ N 5° 33′ 03″ E / 45.47417, 5.5508345° 28′ 27″ Nord 5° 33′ 03″ Est / 45.47417, 5.55083  
Altitude 503 m (min. : 488 m) (max. : 711 m)
Superficie 11,64 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative d'Isère
City locator 14.svg
Paladru

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique d'Isère
City locator 14.svg
Paladru

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Paladru

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Paladru
Liens
Site web http://www.paladru.fr/

Paladru est une commune de l'Isère surtout connue pour son lac : le lac de Paladru aussi appelé le lac bleu.

Le lac de Paladru recèle un très important site du Néolithique avec les villages néolithiques immergés des Baigneurs à Charavines, fouillés à partir de 1972 jusqu'en 1986[Note 1]. L'architecture, la vie quotidienne, les activités domestiques, l'artisanat, etc. ont été étudiés par plus de soixante spécialistes divers. L'habitat immergé de Colletières à Charavines est une très importante illustration du Moyen Âge européen. Une exposition permanente des deux sites est visible au musée archéologique de Charavines.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge un château de terre se dressait sur la commune. Ce château transformé en château de pierre fut le chef-lieu du mandement de Paladru cité comme tel en 1107 dans le partage du comté de Sermorens[1]. La chapelle de calvaire « les Trois-Croix » est l'ancienne chapelle castrale du château probablement érigée dans la basse-cour de ce dernier[1].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason à dessiner Blason De gueules à l'ombre chevalier d’or posé en bande.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 130 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
599 704 827 1 023 1 004 1 077 1 034 1 043 984
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
867 810 831 908 890 830 811 742 725
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
662 624 593 483 501 492 457 489 451
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
408 468 503 621 770 863 1 002 1 130 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune est jumelée avec :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Voir l'ouvrage de vulgarisation de Aimé Bocquet, Les oubliés du lac de Paladru, Éditions Fontaine de Siloé, 73800 Montmélian.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Action thématique programmée en archéologie métropolitaine : "inventaire des fortifications de terre" (groupe Rhône-Alpes), Château de Terre : de la motte à la maison-forte - histoire et archéologie médiévales dans la région Rhône-Alpes, Juin 1987-décembre 1988, p. 49.
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  4. Annuaire des Villes Jumelées > Pays : _ > Région : RHONE-ALPES > Collectivité : ISERE, sur le site de l'AFCCRE, consulté le 15 novembre 2014.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :