Sphenophyta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Prêles.

Les prêles (Sphenophyta synonyme de Equisetophyta, Équisétinées ou Arthrophyta, Articulées) forment une division ou sous-division des végétaux vasculaires (Tracheophyta lato sensu, paraphylétique).

Elles ne contiennent qu'une seule classe Equisetopsida qui était classiquement incluse dans l’embranchement paraphylétique des fougères lato sensu ou ptéridophytes (Pteridophyta).

Seul le genre Equisetum a survécu, mais au moins trois ordres et quatre familles d'espèces éteintes sont connues.

Les prêles sont apparues au Dévonien avec une diversité très importante au Carbonifère. Pendant cette période, plusieurs ordres étaient représentés comme les Calamites (forme arborescente) mais aujourd'hui, les prêles ne comprennent plus qu'une quinzaine d'espèces réparties en un seul genre.

Classifications[modifier | modifier le code]

En classification phylogénétique (basée, entre autres, sur les caractères génétiques), ce taxon monophylétique, bien que toujours classé comme sous-clade dans le super-clade des chlorobiontes lato sensu ou « plantes vertes » (Viridiplantae), ne fait plus partie du clade des trachéobiontes stricto sensu (végétaux vasculaires) mais du clade supérieur où il est classé embryophytes stomatophytes polysporangées euphyllophytes moniliformes dans le clade des sphénophytes (Sphenophyta, qui comprend aussi d’autres genres comme Spaciinodum collinsonii, une espèce rare conservée du Trias de l’Antarctique, et d'autres ordres éteints comme Sphenophyllum obovatum du Permien au Kansas, États-Unis). Le caractère vasculaire du végétal n’est donc plus pertinent pour la classification de ce taxon.

En classification taxonymique actuelle, elles forment donc maintenant un embranchement à part entière, séparé même des autres fougères lato sensu (Pteridophyta), mais encore classé directement comme division dans le règne végétal (Plantae, maintenant défini dans la Lignée verte du vivant). Les fougères stricto sensu sont les autres polysporangées euphyllophytes non moniliformes (Filicopsida), elles aussi déplacées dans les classifications phylogénétiques et phénétiques actuelles.

Cependant certaines sources de taxonymie moderne indiquent encore que l’embranchement fait partie du sous-règne des Tracheobionta (bien que ce sous-règne ainsi défini sur le caractère morphologique vasculaire soit alors paraphylétique). Au bout de leurs "tiges" se trouvent des spores.

Étymologie[modifier | modifier le code]

  • Le mot prêle est la contraction de asprele qui dérive du latin asper [rude, rugueux] en rapport avec la propriété abrasive de ces plantes riches en silice.
  • Equisetum vient du latin equus [cheval] et seta [soie, crin], les Prêles étaient autrefois connues sous le nom de Queue-de-cheval.

Description[modifier | modifier le code]

strobiles

Les prêles sont des plantes herbacées vivaces, rhizomateuses, qui ont une tige nettement articulée, des microphylles écailleuses en verticille au niveau des nœuds. C'est aussi sur ces nœuds que viennent s'insérer les rameaux des espèces ramifiées. Les tiges sont cannelées et présentent un épiderme siliceux. L'anatomie des tiges est complexe et montre un cordon de canaux carinaux entourant l'espace interne du chaume.

Les prêles sont hétérosporés mais dotées d'une isosporie apparente. Selon les espèces, on observe soit des tiges fertiles particulières peu chlorophylliennes portant des strobiles à leur sommet, soit le développement de strobiles à l'extrémité des tiges végétatives. Les gamétophytes issus des spores sont soit bisexués, soit mâles uniquement et la fécondation est la plupart du temps croisée.

Ce sont les tiges stériles vertes qui viennent ensuite qui sont consommées.

La multiplication végétative importante et la résistance aux herbicides rendent les prêles parfois envahissantes…

Écologie des Equisetum[modifier | modifier le code]

Distribution spaciale[modifier | modifier le code]

Les Equisetum sont naturellement dispersés à travers le monde entier, à l’exception de l’Australie, la Nouvelle-Zélande et des îles de l’océan Indien, de l’océan Pacifique Central et des îles de l’océan Atlantique Sud. Elles vont croître dans des environnements humides, tels que les fossés, les terres humides, les forêts humides et en bordures des routes (lorsque l’apport en eau souterraines est disponible en quantité suffisante). (Husby.2013)

Modes de reproduction[modifier | modifier le code]

Les ptéridophytes de genre Equisetum possèdent plusieurs moyens de reproduction. D’abord, ils peuvent faire une reproduction sexuée en produisant des spores. Leurs spores possèdent des structures hydroscopiques, donc ils prennent de l’expansion et se contractent au contact de l’eau. Ces structures ont probablement pour fonction d’aider à la dispersion dans l’environnement. Les spores des Equisetum ont une vie de courte durée et ils ont une capacité de germination très rapide. En effet, ils peuvent germer à l’intérieur de 24 heures après avoir été relâchés. Pour ce qui est de leur longévité, dépendamment de l’humidité de l’environnement dans lequel ils sont relâchés, ils ont une période de 5 à 17 jours pour germer. S’ils dépassent cet intervalle de temps, ils perdent leur capacité de germination. Il existe cependant certaines conditions où une spore peut conserver sa capacité germinatrice jusqu’à un intervalle de deux ans ou même plus longtemps. Ceci se produit lorsqu’elle est conservée à des températures très froides. Les environnements perturbés sont les optimaux pour que les spores germent. Ce qui explique que dans la plupart des espèces du genre Equisetum, la capacité à se reproduire de façon sexuée est relativement faible. (Husby.2013) 

Ensuite, certaines espèces de ce genre possèdent une capacité remarquable de se reproduire de façon végétative. Cette capacité leur permet de compenser l’inefficacité de la reproduction sexuée en produisant des rhizomes pour rapidement coloniser un environnement perturbé. Ces plantes produisent des réseaux de rhizomes extensifs et profonds, ce qui leur permet d’atteindre des sources d’eaux profondes, et aussi,  de survivre à des incendies et de recoloniser les sites incendiés très rapidement. (Husby.2013) 

Adaptations aux sols saturés en eau[modifier | modifier le code]

Dans un sol saturé en eau, les conditions sont habituellement anoxique. Les plantes doivent donc posséder des adaptations morphologiques et physiologiques pour faciliter le transport de l’oxygène provenant de l’atmosphère vers les organes souterrains de la plante. Chez beaucoup de plantes de terres humides, des structures spécialisées permettent le transport de l’oxygène (O2) et du dioxyde de carbone (CO2) d’une partie de la plante à une autre. Chez les Equisetum des terres humides, les rhizomes et les racines possèdent de larges canaux, dont la fonction possible est celle de faciliter le transport de l’oxygène. (Hubsy.2013)

Importance du Silicium[modifier | modifier le code]

Une autre remarquable caractéristique des membres du genre Equisetum est leur capacité d’intégrer le silicium et de l’accumuler dans leurs tissus. Cette accumulation confère une certaine rigidité et stabilité à la plante. Plusieurs recherches indiquent que la silice peut procurer une protection contre les champignons pathogènes et contre les attaques des insectes. (Hubsy.2013) 

Utilisation[modifier | modifier le code]

La prêle était autrefois utilisée fraîche pour récurer les casseroles ou séchée comme abrasif fin pour poncer finement des pièces d'ébénisterie ou de métal. Cette action de ponçage avait pour verbe : prêler. Cette utilisation ne persiste qu'auprès de certains musiciens qui utilisent encore la prêle pour poncer finement les anches en roseau de leurs instruments à vent (hautbois, clarinettes…). Ces propriétés abrasives viennent de la forte teneur en silice de la plante.

Alimentaire[modifier | modifier le code]

En tisane, la prêle s'utilise en mélange de façon à cacher son amertume.

Les jeunes pousses coupées en morceaux peuvent s'ajouter aux salades.

Au Japon, elles se cuisent à la vapeur puis sont sautées à l'huile. Elles sont aussi conservées dans le vinaigre.

En agriculture biologique[modifier | modifier le code]

En décoction (aussi appelée purin), la prêle a un effet préventif et curatif sur plusieurs maladies cryptogamiques : cloque du pêcher, mildiou, monilia, oïdiums, tavelures, rouille, maladie des taches noires sur le rosier, botrytis, etc.

Elle s'utilise en pulvérisation, diluée à 20 %, d'une décoction réalisée en portant à ébullition 10 litres d'eau contenant 1 kg de tiges finement coupées. Cette décoction est prête après avoir laissé le mélange refroidir pendant au moins 12 heures.

Si on trouve beaucoup de prêles sur un terrain, on peut sonder pour installer un puits : la prêle est indicatrice d'eau affleurante.

Médicinale[modifier | modifier le code]

Les tiges stériles sont utilisées comme diurétique, hémostatique, reminéralisant et antirhumatismal.

La prêle est riche en sels minéraux utiles pour la santé, et en silice qui est bienfaisante pour la peau. Elle est alors utilisée en tisane et en compresses dans tous les cas de processus dégénératif du collagène (rides, vergetures, acné, etc.).

La prêle est aussi une plante aux vertus hémostatiques reconnues.

Identification[modifier | modifier le code]

En hiver…
...au printemps

L'identification des Equisetum demande le plus souvent l'examen à la loupe des cavités de la tige. On devra donc, soit sectionner la tige à l'état frais sur le terrain et noter le croquis de la section, soit ramollir après coup un fragment de tige dans l'eau très chaude, et sectionner.

Familles[modifier | modifier le code]

Espèces[modifier | modifier le code]

Parmi ces taxons, il y a dix espèces présentes en France, neuf en Suisse, et sept en Belgique ainsi qu'un hybride présent dans les trois pays.

Hybrides[modifier | modifier le code]

Calendrier[modifier | modifier le code]

Dans le calendrier républicain français, le 6e jour du mois de Thermidor est dénommé jour de la Prêle[1].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Mémoires d'un herboriste, Didier Lanterborn, équinoxe (ISBN 2.84135.423.7[à vérifier : ISBN invalide])
  • Guide des plantes sauvages comestibles et toxiques, François Couplan Eva Styner, Les guides du naturaliste, Dealachaux et Niestlé (ISBN 2.603.00952.4[à vérifier : ISBN invalide])

Référence[modifier | modifier le code]

Husby, C. (2013). Biology and functional ecology of equisetum with emphasis on the giant horsetails.Botanical Review, 79(2), 147-177.

Références taxonomiques[modifier | modifier le code]

Equisetophyta

Arthrophyta

Equisetopsida

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ph. Fr. Na. Fabre d'Églantine, Rapport fait à la Convention nationale dans la séance du 3 du second mois de la seconde année de la République Française, p. 29.