Vallet (Loire-Atlantique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vallet.
Vallet
Église Notre-Dame (1875), au cœur du vignoble.
Église Notre-Dame (1875), au cœur du vignoble.
Blason de Vallet
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Arrondissement Nantes
Canton Vallet
Intercommunalité Communauté de communes de Vallet
Maire
Mandat
Jérôme Marchais
2014-2020
Code postal 44330
Code commune 44212
Démographie
Gentilé Valletais
Population
municipale
8 549 hab. (2011)
Densité 145 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 09′ 44″ N 1° 15′ 56″ O / 47.1622222222, -1.26555555556 ()47° 09′ 44″ Nord 1° 15′ 56″ Ouest / 47.1622222222, -1.26555555556 ()  
Altitude Min. 6 m – Max. 98 m
Superficie 58,96 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte administrative de Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Vallet

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte topographique de Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Vallet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vallet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vallet
Liens
Site web http://www.cc-vallet.fr/

Vallet est une commune de l'Ouest de la France, dans le département de la Loire-Atlantique (région Pays de la Loire).

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de la commune de Vallet dans le département de la Loire-Atlantique.

Vallet est située dans le Vignoble nantais, à 25 km au sud-est de Nantes et à 8 km au nord de Clisson.

Les communes limitrophes sont La Regrippière, Le Landreau, La Chapelle-Heulin, Le Pallet, et Mouzillon en Loire-Atlantique, Tillières en Maine-et-Loire.

Selon le classement établi par l'Insee en 1999, Vallet est une commune urbaine sans banlieue (ville isolée) multipolarisée par l'aire urbaine de Nantes et l'aire urbaine de Clisson ; elle fait partie de l'espace urbain de Nantes-Saint-Nazaire (cf. Liste des communes de la Loire-Atlantique).

Vallet comptait alors 6 807 habitants.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Sanguèze traverse la commune.

Climatologie[modifier | modifier le code]

Le climat de la Loire-Atlantique, est de type tempéré océanique. L'influence de ce climat est largement facilitée par l'estuaire de la Loire et l'absence de relief notable[1]. Les hivers sont doux (min -5 °C / max 10 °C) et pluvieux et les étés relativement beaux et doux également (min 17 °C / max 35 °C). Les pluies sont fréquentes mais peu intenses. Les précipitations annuelles sont d'environ 820 mm[2] et peuvent fortement varier d'une année à l'autre. Les chutes de neige y sont exceptionnelles.

Histoire[modifier | modifier le code]

Vers 1160, la chapelle et le dîme de Vallet sont données aux moines du Prieuré de Sainte-Croix de Nantes. Le territoire de la commune de Vallet était jadis beaucoup plus étendu que de nos jours, puisqu'il englobait celui de La Regrippière.

En 1188, la seigneurie du Vallet appartient à Lucas de Vallet. Il aurait existé au XIIe siècle un château fort. Cette seigneurie passe en 1264 entre les mains du sire de Clisson, puis de la famille des Seigneurs du Pallet. La châtellenie du Pallet avait droit de haute, moyenne et basse justice. Les instruments de supplice étaient installés contre le mur de l'ancien cimetière (actuelle place de l'Hôtel de Ville, côté sud). Presque toutes les terres de Vallet passèrent ensuite au marquisat de La Galissonnière.

La paroisse de Vallet, créée en 1272, possédait jadis deux cures (la Petite Cure et la Grande Cure). Ces deux cures sont réunies par le recteur René Le Peigné de La Charouillère en 1612. Il y eut d'abord une desserte, contemporaine de la fondation du prieuré de La Regrippière (1110) et peut-être aussi, de celle du prieuré d'Iseron (ou Izeron). Ce n'est qu'en 1272, que le vaste territoire compris entre l'Anjou, La Remaudière, Le Loroux, La Chapelle-Heulin est détaché de la paroisse du Pallet et devient la paroisse de Vallet, dont le chapitre Saint-Pierre de Nantes se réserve le patronage. Au temps des guerres de religion, le régiment De Jarsay est vaincu entre Monnières et Vallet. Le prieuré de Saint-Léonard d'Yseron est fondé en 1450, il possédait La Vézinière, Les Courères, Le Coudray, Bétais, Le Rogon ainsi qu'une parcelle de vigne dans le clos des Dorices. Au bord de l'étang de Fromenteau existait jadis la léproserie Sainte-Catherine. La léproserie de « Saint-Michel au grand cimetière » est antérieure à la fondation de la paroisse. Pendant la guerre de Vendée, les moines vont être chassés et le bourg de Vallet est partiellement détruit par les colonnes infernales du général Turreau. De sanglants combats entre Bleus et Blancs ont lieu au XIXe siècle en Vallet comme à Clisson, entraînant meurtres, ravages et incendies.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Les dernières élections et les tendances politiques de la commune de Vallet :

Election Droite Gauche
Élection présidentielle de 2007 (2ndtour) 58,31 % (Nicolas Sarkozy) 41,69 % (Ségolène Royal)
Élection législative de 2007(2ndtour) 63,64 % (Serge Poignant) 36,46 % (Martine L'Hostis)
Élection cantonale de 2008 (2ndtour) 49,33 % (Paul Dalon) 50,67 % (René Baron)
Élection municipale de 2008 45,84 % (Liste Dalon) 54,16 % (Liste Lacoste)
Élection régionale de 2004 (2ndtour) 57,89 % (Liste Fillon) 42,11 % (Liste Auxiette)
Élection européenne de 2004 51,39 % (Listes UMP-MPF-Divers Droite-UDF) 34,31 % (Listes PS-PCF-Les Verts-Divers Gauche)
Élection législative de 2002 (1ertour) 61,10 % (Serge Poignant) 18,05 % (Martine L'Hostis)
Élection européenne de 1999 42,91 % (Listes RPR-UDF-RPF) 27,39 % (Listes PS-PCF-Les Verts)
Élection présidentielle de 2002 (1ertour) 51,25 % (Jacques Chirac RPR, François Bayrou UDF, Alain Madelin DL, Christine Boutin FRS, Corinne Lepage CAP 21, Jean Saint-Josse CPNT) + 13,10 % Extrême-Droite (Jean-Marie Le Pen FN, Bruno Megret MNR) 25,25 % (Lionel Jospin PS, Jean-Pierre Chevènement MRC, Christiane Taubira PRG, Robert Hue PCF, Noël Mamère LES VERTS) + 10,40 % Extrême-Gauche (Arlette Laguiller LO, Olivier Besancenot LCR, Daniel Gluckstein PT)
Élection européenne de 2009 56,81 % (Listes UMP-MPF-DLR-DVD-MoDem) 31,35 % (Listes PS-Europe Ecologie-Front de Gauche)
Élection régionale de 2010 (2ndtour) 51,32 % (Liste Béchu) 48,68 % (Liste Auxiette)

La commune de Vallet a approuvé le Traité établissant une constitution pour l'Europe lors du référendum de mai 2005 par 54,56 % des voix mais a rejeté le Traité de Maastricht en 1992 par 53,68 % des voix.

Administration[modifier | modifier le code]

Nicole Lacoste, maire de Vallet de 2008 à 2014, lors du discours d'ouverture de la 66e édition de la foire exposition ExpoVall' (2014).
L'article histoire des maires de France retrace l'évolution des modalités d'élection ou de nomination des maires de la commune.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1995 mars 2008 Paul Dalon[Note 1] UDF (1995-2001), puis UMP (2001-2008) conseiller régional (1998-2004)
président de la Communauté de Communes de Vallet (CCV)
mars 2008 mars 2014 Nicole Lacoste Divers gauche professeur d'économie et de gestion
vice-présidente de la Communauté de Communes de Vallet (CCV)
mars 2014 en cours Jérôme Marchais Divers droite responsable de site commercial
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Vallet est jumelée avec :

Démographie[modifier | modifier le code]

La commune de Vallet est la 21e commune la plus peuplée de la Loire-Atlantique devant notamment Ancenis, une des sous-préfectures du département.

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

La commune est démembrée partiellement en 1863 pour la création de La Regrippière.

En 2011, la commune comptait 8 549 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
5 880 3 638 4 887 5 723 5 967 5 672 5 583 5 425 6 268
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
6 199 6 476 5 346 5 091 5 200 4 961 4 916 4 901 4 739
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 655 4 609 4 502 4 010 4 040 4 024 4 054 4 161 4 376
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
4 476 4 603 4 984 5 717 6 116 6 807 7 906 8 549 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4], pour le recensement de 1836, archives départementales de la Loire-Atlantique[5])
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (18,2 %) est en effet inférieur au taux national (22,7 %) et au taux départemental (20,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,8 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,9 %).

Pyramide des âges à Vallet en 2009 en pourcentage[6]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,9 
75 à 89 ans
7,5 
11,3 
60 à 74 ans
11,7 
19,8 
45 à 59 ans
18,5 
23,0 
30 à 44 ans
22,5 
17,6 
15 à 29 ans
16,0 
23,2 
0 à 14 ans
23,0 
Pyramide des âges du département de la Loire-Atlantique en 2009 en pourcentage[7]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
1,0 
5,6 
75 à 89 ans
9,1 
12,1 
60 à 74 ans
13,4 
20,1 
45 à 59 ans
19,7 
21,3 
30 à 44 ans
20,1 
20,1 
15 à 29 ans
18,5 
20,5 
0 à 14 ans
18,3 

Économie[modifier | modifier le code]

La présence de l'usine Lactalis-Nestlé (Desserts laitiers frais, yaourts) sur le site de la commune est notable[8].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Parmi les activités touristiques se trouve le labyrinthe du vin.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Monuments[modifier | modifier le code]

Monuments civils[modifier | modifier le code]

  • La tourelle du logis Bregeon, datant du XVIe siècle[9].
  • Château de la Noë Bel-Air[10].
  • Château du Cleray
  • Seigneurie du Bois Benoît, datant du XVe siècle.
  • Château de Fromenteau, où est situé le labyrinthe des vignes.
  • Château de Vénéran.
  • Château de la Pommeraie.
  • Moulin à vent Honoré, datant du XVIIIe siècle.

Monuments religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Notre-Dame du XIXe siècle, de style néogothique.
  • Chapelle de la Sauvionnière datant du XVIIe siècle
  • Chapelle de la Botinière datant du XVIIe siècle
  • Calvaire celte à 2 faces du village de la Fécunière

Enseignement[modifier | modifier le code]

Culture, sports et loisirs[modifier | modifier le code]

  • Le Champilambart est une salle multi-usage où ont parfois lieu des expositions.
  • La commune possède une médiathèque et un cinéma.
  • Vallet Tennis Club qui dispose de 4 terrains (2 couverts + 2 extérieur)
  • club Escrime valletais
  • club Pampres Valletais Basket
  • club de Football
  • club de Karaté
  • club de Lutte
  • Piscine Naïadolis
  • club de Danse
  • club Vallet Handball
  • club de BMX
  • club de Judo Jujitsu Club du Vignoble
  • centre équestre de Vallet
  • écuries de la sanguèze

Emblèmes[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
De gueules au cep arraché d'or, tigé, feuillé avec ses grappes du même ; au chef d'hermine.
Commentaires : Le chef d'hermine évoque le blasonnement d'hermine plain de la Bretagne, rappelant l'appartenance passée de la ville au duché de Bretagne. Blason conçu par Mlle Lebas (dite « Sœur Marie-Josèphe ») en 1933, adapté en 1942 par la Commission des Sceaux de l'État Français, enregistré le .

Devise[modifier | modifier le code]

La devise de Vallet : Ego Sum Vitis Vos Palmites.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Famille Barrin ;
  • Adrien Fabré (1756-1847), chirurgien de la marine royale à bord de l'Hermione, né à Vallet, enterré à Férolles-Attilly ;
  • Émile Gabory, né et mort à Vallet, historien-écrivain de la Vendée, archiviste départemental de Vendée, puis de la Loire-Atlantique (fait construire l'immeuble des Archives départementales, rue de Bouillé, à Nantes), prix Gobert en 1931, refuse sa promotion aux archives de la Seine et refuse de postuler un fauteuil à l'Institut, conseiller municipal et conseiller général de Vallet, un vigneron distingué.
  • Jean-François Simon, condisciple à Saint-Stanislas, à Nantes.
  • Denys de La Patellière (1921-2013), réalisateur et scénariste français y est inhumé (sa famille possède la seigneurie du Bois-Benoist).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Réélu en mars 2008.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]