La Haie-Fouassière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Haie-Fouassière
Image illustrative de l'article La Haie-Fouassière
Blason de La Haie-Fouassière
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Arrondissement Nantes
Canton Vertou-Vignoble
Intercommunalité Communauté de communes Sèvre, Maine et Goulaine
Maire
Mandat
Jean-Pierre Bouillant
2014-2020
Code postal 44690
Code commune 44070
Démographie
Gentilé Hayonnais
Population
municipale
4 339 hab. (2011)
Densité 367 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 09′ 23″ N 1° 23′ 53″ O / 47.1563888889, -1.3980555555647° 09′ 23″ Nord 1° 23′ 53″ Ouest / 47.1563888889, -1.39805555556  
Altitude Min. 2 m – Max. 62 m
Superficie 11,81 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte administrative de la Loire-Atlantique
City locator 14.svg
La Haie-Fouassière

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte topographique de la Loire-Atlantique
City locator 14.svg
La Haie-Fouassière

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Haie-Fouassière

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Haie-Fouassière
Liens
Site web la-haye-fouassiere.fr

La Haie-Fouassière[1], également nommée La Haye-Fouassière[2], est une commune française du vignoble nantais, située dans le département de la Loire-Atlantique en région Pays de la Loire.

L'une des neuf usines de production des biscuits LU est implantée sur le territoire de la commune.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de la commune de la Haie-Fouassière dans le département de la Loire-Atlantique.

La Haie-Fouassière est située sur les bords de la Sèvre nantaise, à une quinzaine de kilomètres au sud-est de Nantes. Constituée de deux pôles urbanisés, celui du bourg et celui de la Gare-Croix Moriceau, séparés par environ 300 mètres de terres agricoles, la commune est traversée par la voie express Nantes-Cholet et la ligne de chemin de fer de Nantes-Orléans à Saintes, permettant à la commune d'être desservie par une gare.

Les communes limitrophes sont Vertou, Haute-Goulaine, La Chapelle-Heulin, Le Pallet, Maisdon-sur-Sèvre et Saint-Fiacre-sur-Maine.

Selon le classement établi par l'Insee en 1999, La Haie-Fouassière est une commune rurale monopolarisée qui fait partie de l'aire urbaine de Nantes et de l'espace urbain de Nantes-Saint-Nazaire (cf. Liste des communes de la Loire-Atlantique).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Avant la Révolution française, le village portait les noms de Saint-Jean-de-la-Haie puis de Notre-Dame-de-la-Haye[3]. Au moment de sa création, la commune prend le nom de La Haye, puis La Haie-Fouassière en 1801[4].

Le toponyme La Haie-Fouassière est basé sur le mot haie (haye en ancien français) au sens actuel du terme, bien qu'il ait pu avoir celui de « lisière de forêt, bois » en toponymie. L'élément -Fouassière est celui d'un lieu contigu. Il existe également plusieurs formations toponymiques analogues dans l'ouest, à savoir : la Fouassière à Saint-Martin-du-Fouilloux (Maine-et-Loire), la Fouassière à La Chapelle-Anthenaise (Mayenne), etc.. Les noms en -ière sont généralement des formations toponymiques médiévales, dont le premier élément est le nom du propriétaire[5]. Les formations en -ière sont courantes dans les environs immédiats de la Haie-Fouassière, comme en témoignent la Caillaudière, la Cornillère, la Bourchinière, la Pétière, la Gosselière, la Patouillère etc., basés respectivement sur les patronymes Caillaud, Cornille, Bourgine, Péty, Gossel et Patouille. Le premier élément Fouass- représente le patronyme Fouasse fréquemment attesté dans la région (7 actes recensés entre 1656 et 1725 dans le département de la Loire-Atlantique, 575 actes dans celui d'Ille-et-Vilaine et 48 dans le Maine-et-Loire[6]) ou encore Fouassier (8 actes dans la Loire-Atlantique entre 1712 et 1917[7]), dont la finale est traitée comme le suffixe -ière. Il semble que les patronymes Fouasse (variante Fouace) et Fouassier (attesté dès le XVIe siècle) désignent au départ des fabricants de fouace[8].

La Haye-Fouassière se trouve sur la limite entre poitevin et gallo. En gallo, son nom est La Haè-Fóacierr (écriture ELG)[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
L'article histoire des maires de France retrace l'évolution des modalités d'élection ou de nomination des maires de la commune.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1792 1792 Alexis Marion    
1793 1793 Joseph Chenard   agent municipal
1793 1801 Jean Cormerais   agent municipal
1800 1815 François Cathelineau    
1815 1834 Athanase Hallouin    
1834 1840 M. Delavauguyon    
1840 1844 Jean Gabory    
1844 1848 M. Delavauguyon    
1848 1850 André Giraud    
1850 1859 Étienne Cassard    
1859 1865 Édouard Cormerais    
1865 1870 René Heron    
1870 1871 Camille Jacquet    
1871 1876 Athanase Jules Emmanuel Hallouin de la Pénissière    
1876 1892 Pierre Louis Girard de la Cantrie    
1892 1922 Gabriel Gaudin    
1922 1937 Ferdinand Baud    
1937 1965 Bernard Verlynde    
1965 1973 Charles Gifard    
1973 2001 Sylvain Vinet Divers droite  
mars 2001 en cours
(au avril 2014)
Jean-Pierre Bouillant Divers droite retraité de banque

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune de La Haie-Fouassière est jumelée avec :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 4 339 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 550 955 1 510 1 566 1 566 1 700 1 650 1 709 1 818
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 765 1 804 1 839 1 796 1 789 1 710 1 703 1 589 1 558
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 608 1 669 1 577 1 454 1 555 1 515 1 547 1 564 1 717
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
1 813 1 919 2 157 2 674 2 911 3 337 3 917 4 065 4 298
2011 - - - - - - - -
4 339 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2004[11]. , pour le recensement de 1836, archives départementales de la Loire-Atlantique[12], pour le recensement 2004 : base Cassini de l'EHESS)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (15,6 %) est en effet inférieur au taux national (22,7 %) et au taux départemental (20,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,4 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,9 %).

Pyramide des âges à La Haie-Fouassière en 2009 en pourcentage[13]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90 ans ou +
0,4 
4,0 
75 à 89 ans
6,4 
10,0 
60 à 74 ans
10,2 
21,6 
45 à 59 ans
19,1 
24,0 
30 à 44 ans
24,4 
17,4 
15 à 29 ans
15,8 
22,9 
0 à 14 ans
23,6 
Pyramide des âges du département de la Loire-Atlantique en 2009 en pourcentage[14]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
1,0 
5,6 
75 à 89 ans
9,1 
12,1 
60 à 74 ans
13,4 
20,1 
45 à 59 ans
19,7 
21,3 
30 à 44 ans
20,1 
20,1 
15 à 29 ans
18,5 
20,5 
0 à 14 ans
18,3 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

La ville reçoit l'arrivée de la course cycliste Classic Loire-Atlantique depuis 2000.

Médias[modifier | modifier le code]

Depuis avril 2014, la commune dispose d'une web radio animée par six adolescents[15].

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

  • Usine LU (groupe Kraft Foods) spécialisée en biscuits secs simples et crackers - 500 personnes - 44 000 T/an.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le pont sur la Sèvre nantaise.

Monuments civils[modifier | modifier le code]

Le château de Rochefort.

Monuments religieux[modifier | modifier le code]

Autres lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Siège de la Maison des Vins de Nantes.
  • Rond-point de l'Espace : suite à la construction d'un rond-point à l'entrée de la commune, près de l'usine LU, le conseil municipal, afin de faire connaître leur commune, décide d'embellir ce rond-point d'un décor faisant la différence avec les autres ronds-points des communes avoisinantes et leur décor de pressoir à vin. En 1993, il est décidé de créer un décor futuriste, une soucoupe volante de cinq mètres de diamètre entourée de trois spationautes de deux mètres de hauts portant chacun un emblème de la commune : une fouace pour le premier, une bouteille de muscadet pour le second et un Petit beurre pour le troisième. L'histoire veut que cet engin spatial fasse ces provisions de nourritures avant de quitter la Terre pour un voyage galactique à La Haie-Fouassière.
    Le rond-point se nomme le « rond-point de l'Espace » et son décor a coûté à l'époque 800 000 francs. La soucoupe s'illumine de différentes couleurs à la tombée de la nuit.
    L'objectif premier du maire de l'époque a été atteint, puisque ce rond-point a été l'objet de reportages télévisés populaires tels que Combien ça coûte ? et Y'a pas photo.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

La commune est une ville fleurie ayant obtenu quatre fleurs au concours des villes et villages fleuris au palmarès 2006.

Quatre lieux méritent le détour : le jardin de la cure, les jardins de Los Corrales, le square de la Paix et le jardin de la maison des vins.

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

Bibliothèque[modifier | modifier le code]

La bibliothèque municipale, située à côté de la mairie, dispose de plus de 10 000 documents , livres et périodiques.

Orchestre d'harmonie Sainte-Cécile[modifier | modifier le code]

La commune bénéficie d'un ensemble permanent de musiciens amateurs depuis 1870. Tout d'abord simple fanfare (avec uniquement des cuivres), cet ensemble, qui change plusieurs fois de nom, devient une harmonie complète[16] :

  • 1860 : À l’initiative de l’abbé Moyon (vicaire), un groupe de jeunes commence à faire de la musique instrumentale.
  • 1870 : La société musicale est créée et se produit pour la première fois.
  • 1909 : La société devient Fanfare municipale de La Haye-Fouassière (association loi 1901)
  • 1923 : Après un litige avec la municipalité, la société devient Fanfare Sainte-Cécile de La Haye-Fouassière.
  • 1970 : Ayant maintenant des flûtes et des clarinettes en plus des cuivres la Fanfare devient Harmonie.
  • 2000 : Trois concerts sont donnés chaque année : décembre, avril en salle, et fin juin dans la cour d’honneur du château de Rochefort.
  • Depuis 2003 : Travail avec l'Harmonie de l'Echo de Saint Sébastien pour former l'Orchestre OH-N149.

L'ensemble participe aux fêtes religieuses (fêtes Dieu, communion, 15 août, Pâques, Noël), aux kermesses et aux fêtes nationales 14 juillet, 11 novembre et plus tard 8 mai. A partir des années 1970, l’harmonie se spécialise dans l’animation de défilés.

En 1987, avec l’arrivée d'un chef d'orchestre professionnel, les concerts prirent de l’importance et sont devenus l’unique activité de l’orchestre d’harmonie.

Depuis 1870, huit instrumentistes se sont succédé à la direction musicale :

  • 1870-1908 : Joseph Olivier (joueur de cornet à pistons et tonnelier de métier) ;
  • 1908-1914 : M. Brouquer (jardinier au Hallay) ;
  • 1914-? : Louis Olivier (joueur de cornet à pistons et négociant en vins, neveu de Joseph Olivier) ;
  • 1964-1986 : Henri Hery (saxophoniste et sabotier) ;
  • 1986 : Gilbert Pavageau (tromboniste et chirurgien-dentiste) ;
  • 1987-1997 : Philippe Meslet (tromboniste professionnel) ;
  • 1997 : Alain Rousseau (trompettiste professionnel) ;
  • depuis 1998 : Francis Vantomme (clarinettiste professionnel).

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'azur à la barre ondée accompagnée à dextre d'une grappe de raisins feuillée, à senestre d'une fouace, le tout d'or ; au chef d'hermine.
Commentaires : La fouace nantaise est un gâteau étoilé, sec, au goût brioché, qui accompagne la dégustation du Muscadet et autres vins du pays du Nantais lors de vendanges de septembre. Cette fouace a donné son nom à la commune. Le chef d'hermine évoque le blasonnement d'hermine plain de la Bretagne, rappelant l'appartenance de la ville au duché de Bretagne. Blason conçu par Henri Gaudin et la mairie (délibération municipale du 11 décembre 1987).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Luc Flohic (dir.) et Sandrine Garcia, « La Haie-Fouassière », dans Le Patrimoine des communes de la Loire-Atlantique, vol. 2, Charenton-le-pont, Flohic éditions,‎ 1999, 1383 p. (ISBN 2-84234-040-X), p. 1366-1368.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Orthographe reconnue par l'Insee
  2. cf les Site officiel de la mairie.
  3. Flohic et Garcia 1999, p. 1366.
  4. « Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui », sur cassini.ehess.fr, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 14 décembre 2012).
  5. Charles Rostaing, Les noms de lieux, Collection Que sais-je ?, Presses Universitaires de France, 10e édition 1985, p. 89, Chapitre VII « Les formations de l'époque féodale », III « L'habitation ».
  6. Site de géopatronyme : répartition et actes au nom de Fouasse
  7. Site de géopatronyme : répartition et actes relatifs au patronyme Fouassier
  8. Albert Dauzat (préface de Marie-Thérèse Morlet), Noms et prénoms de France, éditions Larousse 1980, p. 263.
  9. « Villes bretonnes, noms gallo », Geobreizh (consulté le 18 mars 2013)
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  12. « La Haie-Fouassière 1836 », sur Archinoë, portail d'indexation collaborative, archives départementales de la Loire-Atlantique (consulté le 31 décembre 2012).
  13. « Résultats du recensement de la population - La Haie-Fouassière - POP T3 - Population par sexe et âge en 2009 », sur recensement-2009.insee.fr, Insee (consulté le 10 décembre 2012).
  14. « Résultats du recensement de la population de la Loire-Atlantique - POP T3 - Population par sexe et âge en 2009 », sur recensement-2009.insee.fr, Insee (consulté le 10 décembre 2012).
  15. Site de la webradio HFm.
  16. Site de l'orchestre d'harmonie.