Lino Brocka

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Lino Brocka

Description de l'image  Lino brocka.jpg.
Naissance 7 avril, 1939
Pilar
Drapeau des Philippines Philippines
Nationalité Philippine
Décès 22 mai 1991 (à 52 ans)
Quezon City
Drapeau des Philippines Philippines
Profession Réalisateur
Films notables Insiang

Lino Brocka est un réalisateur philippin, né le 7 avril 1939 à Pilar aux Philippines et décédé le 22 mai 1991 à Quezon City aux Philippines.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études à l'université des Philippines, Lino Brocka se convertit à la religion mormonne en réaction au catholicisme de son pays[1] et passe deux ans, en tant que missionnaire, dans une colonie de lépreux[1] à Hawaii. De retour aux Philippines, il participe à des spectacles d'une compagnie théâtrale : il monte des pièces du répertoire contemporain (Tennessee Williams[1], Jean-Paul Sartre), mais également des spectacles reflétant les problèmes de son pays.

À l'orée des années 1970, il commence à tourner des films à petits budgets avant de créer sa propre société de production, la Cinémanila. Les films de Lino Brocka s'adressent, pour l'essentiel, à un public populaire. Toutefois, certains d'entre eux, marqués par des préoccupations sociales et politiques, apparaissent plus ambitieux. Cette alternance, délibérée, s'explique par sa volonté de « développer un grand public philippin[2] » et « d'élever le niveau du cinéma local en introduisant des changements progressifs[3] ».

Des films comme Insiang (1976) ou Bayan ko (1985) lui ont ouvert les portes de la renommée en Europe.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Bernard Eisenschitz, « L'insoumis de Manille », Le Monde diplomatique, mai 2013, page 27
  2. Raya Martin, in « A tribute to Lino Brocka », catalogue de la 47e Viennale, Vienne,2009, cité dans Le Monde diplomatique, mai 2013, page 27.
  3. Lino Brocka, « Philippine movies : Some problems and prospects », Manilla Review, octobre 1974, cité dans Le Monde diplomatique, mai 2013, page 27.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Études et articles[modifier | modifier le code]

  • Michel Estève, Sur Manille et Jaguar, Universalia 1983, pp. 491-492.
  • Articles dans la revue Positif : juin 1978, juin 1980, janvier 1982, juillet 1989.
  • Olivier Assayas, Entretien avec Lino Brocka, Cahiers du cinéma, septembre 1981, pp. 35-41.
  • Article nécrologique dans Le Monde, 23 mai 1991.