Cathédrale Santa Maria Assunta de Torcello

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cathédrale Santa Maria Assunta
Image illustrative de l'article Cathédrale Santa Maria Assunta de Torcello
La cathédrale et son campanile, vus de la lagune
Présentation
Nom local Cattedrale di Santa Maria Assunta
Culte Catholique romain
Type Cathédrale
Début de la construction 639
Style dominant Architecture vénéto-byzantine
Géographie
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Vénétie
Commune Venise
Coordonnées 45° 29′ 54″ N 12° 25′ 09″ E / 45.498333, 12.41916 ()45° 29′ 54″ Nord 12° 25′ 09″ Est / 45.498333, 12.41916 ()  

Géolocalisation sur la carte : Lagune de Venise

(Voir situation sur carte : Lagune de Venise)
Cathédrale Santa Maria Assunta

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Cathédrale Santa Maria Assunta

La cathédrale Santa Maria Assunta (en italien : cattedrale di Santa Maria Assunta) est une basilique située à Torcello, une île située au nord la lagune de Venise, en Italie. Un exemple notable d'architecture vénéto-byzantine, la cathédrale est l'un des édifices religieux les plus anciens de la Vénétie, datant de 639.

Description[modifier | modifier le code]

Extérieur[modifier | modifier le code]

Santa Maria Assunta est le principal édifice de Torcello. Elle est située près de la rive nord de l'île ; Torcello étant quasiment dépeuplée, l'édifice n'est quasiment pas entouré d'autres bâtiments. L'église Santa Fosca et les restes d'un baptistère dédié à saint Jean sont les seuls édifices situés à proximité.

La façade de l'église, très sobre, possède douze demi-colonnes reliées par des arches à leur sommet. Elle est précédée d'un narthex. Un portail de marbre est situé en son milieu. La galerie du narthex rejoint et entoure l'église voisine de Santa Fosca.

Le campanile de Santa Maria Assunta se dresse à proximité et est un point de repère caractéristique dans le nord de la lagune de Venise.

Intérieur[modifier | modifier le code]

L'intérieur, à une nef et deux bas-côté, est pavé de marbre. Il repose sur des colonnes en marbre grec à chapiteaux corinthiens. Le chœur est séparé de la nef par une iconostase formé dans sa partie supérieure de fines colonnes de marbre à chapiteaux byzantins et, au-dessous, par des sculptures de paon et de lions et une série de planches de bois peintes avec des scènes sacrées.

Le centre de l'abside héberge l'autel. Il contient les reliques de saint Héliodore. Le mur de l'abside abrite la chaire, surélevée sur une estrade.

L'élément décoratif le plus important de la cathédrale est une série de mosaïques qui couvrent le murs de la contre-façade. Elles sont inspirées de prototypes byzantins, dans l'esprit de l'art roman, et racontent l'apothéose du Christ et le Jugement dernier. Cette mosaïque est divisée en six registres et les épisodes narratifs suivants s'y succèdent : la Descente du Christ aux limbes, l'archange saint Michel qui pèse les âmes tandis que le Diable attend sa proie, la Résurrection des Morts et l'Enfer avec la séparation des damnés chargés de peines variées, selon leurs péchés.

L'abside est décorée d'une peinture décrivant la Vierge et les apôtres.

Histoire[modifier | modifier le code]

Selon une inscription en latin gravée à gauche du chœur, Santa Maria Assunta est fondée par l'exarque de Ravenne Isaac en 639 ; il s'agit du document le plus ancien de l'histoire de Venise :

« In n(omine) d(omini) D(e)i n(ostri) Ih(es)u Xr(isti), imp(erante) d(omi)n(o) n(ostro) Heraclio p(er)p(etuo) Augus(to), an(no) XXVIIII ind(ictione) XIII, facta est eccl(esia) S(anc)t(e) Marie D(e)i Genet(ricis) ex iuss(ione) pio et devoto d(omi)n(o) n(ostro) Isaacio excell(entissimo) ex(ar)c(ho) patricio et D(e)o vol(ente) dedicata pro eius merit(is) et eius exerc(itu). Hec fabr(ica)t(a) est a fundam(entis) per b(ene) meritum Mauricium gloriosum magistro mil(itum) prov(incie) Venetiarum, residentem in hunc locum suum, consecrante s(anc)t(o) et rev(erendissimo) Mauro episc(opo) huius eccl(esie) f(e)l(ici)t(er). »

La cathédrale est extensivement restaurée en 864 et 1004. Les mosaïques et les bas-reliefs sont réalisés au XIe siècle, les peintures au XVe siècle.

Le campanile perd son sommet en 1640, après avoir été touché par la foudre.

Photographies[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]