Toccata et fugue en ré mineur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Toccata et fugue en ré mineur BWV 538.
Premières mesures de la Toccata et fugue BWV 565 d'après la plus ancienne copie connue de Johannes Ringck[1].

La Toccata et fugue en ré mineur BWV 565 est l'œuvre pour orgue la plus connue à travers le monde. Elle est généralement attribuée à Jean-Sébastien Bach et datée entre 1703 et 1707.

Structure[modifier | modifier le code]

Fichier audio
Toccata et fugue en ré mineur (info)

Des difficultés  pour  écouter le fichier ? Des problèmes pour écouter le fichier ?

Registration utilisée pour la toccata du fichier audio :

  • Grand Orgue : Plenum de 8, anches 8 et 4 ;
  • Positif : Plenum de 8 ;
  • Pédale : Bombarde, Soubasse ;
  • Accouplements et tirasses.

Registration utilisée pour la fugue :

  • Grand Orgue : Plenum de 8 (plus anches à la fin) ;
  • Positif : Montre, Prestant, Doublette (plus mixtures et anches à la fin) ;
  • Pédale : Fonds de 16 et tirasses (plus anches à la fin).

Influences[modifier | modifier le code]

L'inspiration d'une telle œuvre n'est pas si difficile à trouver. À ses débuts, Bach fut un très grand admirateur de Dietrich Buxtehude, au point de s'absenter plusieurs mois, alors qu'il travaillait pour la ville d'Arnstadt, afin d'aller l'écouter à Lübeck. Les œuvres pour orgue d'Allemagne du Nord de cette époque sont caractérisées par la présence du Stylus phantasticus, dérivé de l'improvisation. Ce dernier comprend des passages héroïques, aux harmonies recherchées et aux changements soudain de rythme. Ces pièces débutent généralement par une partie où le compositeur fait preuve de beaucoup de liberté. Dans sa composition, la toccata de Bach utilise énormément le stylus phantasticus.

Une œuvre test pour les orgues[modifier | modifier le code]

La toccata (de l'italien toccare toucher), est une pièce musicale pour instruments à clavier de style improvisé et virtuose — arpèges, traits, pédale, etc. Originellement destinée à permettre à un instrumentiste de prendre contact avec un instrument, cette forme dérive ensuite pour devenir une démonstration du talent de l'interprète et permettre de faire apprécier les qualités de l'instrument.

Certains musicologues[Qui ?] avancent l'hypothèse que l'œuvre de Bach a été écrite afin de mettre à rude épreuve la mécanique des orgues ainsi que le son et la jouabilité de l'instrument. En effet, on a souvent affirmé qu'avant de jouer sur un instrument, Jean-Sébastien Bach tirait tous les jeux de l'orgue afin d'en évaluer la puissance et la suffisance de vent produite par les soufflets. La toccata et fugue BWV 565 de Bach aurait été une œuvre créée à l'origine pour le clavecin puis transposée à l'orgue pour augmenter l'effet spectaculaire.[réf. nécessaire]

Controverse sur la paternité[modifier | modifier le code]

Du fait de l'ancienneté de l'œuvre, il subsiste de nombreuses inconnues sur les conditions de sa composition. En particulier, la source la plus ancienne conservée est une copie par Johannes Ringck à qui on attribue une réputation sulfureuse. L'idée que BWV 565 puisse être une transcription d'une œuvre pour violon seul a également été émise[2].

De récents travaux musicologiques attribuent aussi l'œuvre à Johann Peter Kellner[3].

Cependant, il n'en demeure pas moins qu'un très large consensus ne s'est jamais départi de l'idée que le BWV 565 est bien une œuvre originale de Jean-Sébastien Bach[4]. Certes, œuvre de jeunesse, elle est particulièrement empreinte des influences dont Bach aimait à s'imprégner. Cependant, les indices de la paternité de Bach abondent, la ressemblance avec d'autres œuvres de Bach sont nettes (toccata en mi majeur BWV 566, toccata en do majeur BWV 564), et la formule initiale de trois notes (aller-retour descendant sur deux notes voisines (plus généralement appelé un pincé) est retrouvée dans BWV 538 et BWV 540. De manière générale, la solidité et la longueur de la fugue (notamment le petit labyrinthe contrapuntique allant des mesures 97 à 109) étaient probablement inimitables à l'époque.

La toccata dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

L'œuvre a fait de nombreuses apparitions dans divers films ou bandes originales :

Au cinéma[modifier | modifier le code]

À la télévision[modifier | modifier le code]

Dans le jeu vidéo[modifier | modifier le code]

En musique[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Johannes Ringck (1717-1778) ; Manuscrit Bach P 595, Berlin, Staatsbibliothek Preußischer Kulturbesitz
  2. Peter Williams, « BWV 565, une œuvre de Bach ? »
  3. http://www.musicologie.org/Biographies/r/ringck_johannes.html
  4. Lionel Rogg et Marie-Claire Alain ont enregistré plusieurs intégrales de l'œuvre d'orgue de Bach, dont ils ont éliminé les œuvres douteuses, notamment les huit petits préludes et fugues (BWV 553 à 560) dont certains pensent aujourd'hui mais sans certitude qu'ils ne sont pas de Bach et qu'ils lui ont été attribués par erreur. Ça n'a pas été le cas de la toccata et fugue en ré mineur.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]