La Grande Course autour du monde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Grande Course
autour du monde

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Natalie Wood

Titre original The Great Race
Réalisation Blake Edwards
Scénario Arthur Ross
Acteurs principaux
Sociétés de production Warner Bros, Patricia-Reynard-Jalem Productions
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Comédie
Road movie
Sortie 1965
Durée 157 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Grande Course autour du monde (The Great Race), est un film américain réalisé par Blake Edwards avec Tony Curtis, Jack Lemmon et Natalie Wood, sorti en 1965 et librement inspiré par The great Race, un évènement médiatisé durant les années 1907 et 1908 en France et aux États-Unis.

Synopsis[modifier | modifier le code]

1910. Le professeur Fatalitas et son ennemi, le Grand Leslie, participent à une course automobile reliant New York à Paris. Pour gagner, Fatalitas est prêt à toutes sortes de ruses, alors que Leslie est toujours le vainqueur sans taches. Mais c'est sans compter sur la présence dans la course de Maggie Dubois, une journaliste féministe, qui va semer le trouble dans le cœur de Leslie.

Dès le début de la course, les nombreux autres participants sont victimes de sabotages divers (l'un perd ses roues, l'autre son volant, etc) tous orchestrés par le professeur Fatalitas qui veut à tout prix gagner cette course pour prouver la supériorité de sa voiture (la Hannibal VIII) sur celle de Leslie.

Après quelque temps de course, Leslie, Fatalitas, son assistant (Max), Hezequiah (l'assistant de Leslie) et Maggie Dubois, (qui participait aussi à la course, et qui a été embarquée par Leslie suite à la panne de sa voiture) se retrouvent dans la petite bourgade de Borracho, dans laquelle une cérémonie est organisée en leur honneur, Fatalitas et Max, les premiers arrivés, veulent juste de l'essence pour repartir au plus tôt. Une fête ne les arrangeant pas, ils agressent le maire de Borracho pour tenter de repartir (mais sans essence!), ils doivent donc attendre la nuit pour en « emprunter ». Entretemps, Leslie, qui s'est montré bien plus gentil avec les habitants de la ville est invité d'honneur à la fête. Le soir même, il se rend donc à la fête dans le saloon. Tout va bien jusqu'à l'arrivée de Texas Jack, brute épaisse et habile tireur, et petit ami de la chanteuse du saloon. Une bagarre éclate. Fatalitas en profite pour prendre de l'essence, partir et tout faire sauter.

Quelques semaines plus tard, les deux voitures se retrouvent au pôle nord, quelque part sur la banquise. Leur iceberg fond, ils doivent donc être récupérés rapidement. Heureusement pour eux, ils sont vus depuis la Sibérie, l'iceberg ayant dérivé.

Entretemps, à New-York, on n'a plus d'informations concernant la course suite aux nombreuses manifestations féministes devant le siège du « New-York Sentinel », perturbant la diffusion des informations concernant la course.

Après avoir été récupérés par les Sibériens, Maggie Dubois, après avoir menti et trahi la confiance de Leslie, est embarquée manu militari dans la Hannibal VIII.

Après avoir traversé la Russie sans grandes difficultés, Fatalitas et Leslie sont confrontés à toutes sortes de problèmes en Prusse (Fatalitas devra entre autres se faire passer pour le roi, à qui il ressemble beaucoup, Leslie et ses amis seront emprisonnés, Max se déguisera en moine pour tenter de les délivrer,...). Leslie affrontera au fleuret puis à l'épée son geôlier, un baron voulant renverser le roi avec l'aide d'un des généraux de celui-ci. Finalement, le baron, bien que très bon bretteur, perd le duel et se jette d'un meurtrière dans une barque, qui se brise.

Le couronnement de Fatalitas doit avoir lieu mais celui-ci s'enfuit. S'ensuit une immense bataille de tartes, à laquelle participent également Leslie et consorts, ainsi que le vrai roi.

Les deux protagonistes reprennent (enfin) leurs voitures et repartent. La course peut enfin réellement reprendre !

Aucun problème majeur n'a lieu lors de cette dernière ligne droite, si ce n'est que le climat entre Leslie et Maggie Dubois (qui est remontée dans la voiture de Leslie) empire. Ceux-ci se disputent à de nombreuses reprises, notamment à Paris, devant la ligne d'arrivée, ou Leslie coupe le moteur de sa voiture pour l'embrasser et la convaincre de son amour pour elle. Fatalitas (qui avait alors 1 ou 2 minutes de retard) comble celui-ci et gagne la course, ce que souhaitait Leslie. Mlle Dubois dira alors « Vous avez perdu ». Leslie lui répondra : « Seulement la course... »

Fatalitas exigera néanmoins de « gagner sans aide ». Une course de Paris à New-York est alors organisée. Au démarrage, Fatalitas dira : « Pousse le bouton, Max ». Celui-ci s'exécute, un canon sort alors du capot de la Hannibal VIII mais détruit la tour Eiffel. Le film s'arrête sur cette scène.

Thèmes et contexte[modifier | modifier le code]

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Jean-Baptiste Massuet, La « cartoonisation » du réel dans The Great Race de Blake Edwards (1965), mémoire de master 2, Études cinématographiques, Université Rennes 2, 2009 (inédit)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]