Cloud Atlas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Cloud Atlas

alt=Description de l'image Cloud Atlas Logo.png.
Titre québécois Cartographie des nuages
Titre original Cloud Atlas
Réalisation Andy et Lana Wachowski
Tom Tykwer
Scénario Andy et Lana Wachowski
Tom Tykwer
Acteurs principaux
Sociétés de production Anarchos Pictures
Cloud Atlas Productions
X-Filme Creative Pool
Pays d’origine Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Science-fiction
Sortie 2012
Durée 172 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Cloud Atlas (Cartographie des nuages au Québec) est un film de science-fiction germano-américain, écrit, produit et réalisé par Andy et Lana Wachowski et Tom Tykwer, sorti en 2012.

Il s'agit d'une adaptation du roman Cartographie des nuages (Cloud Atlas) de David Mitchell, publié en 2004. Le financement du film a été très difficile à concrétiser et le budget finalement alloué en fait l'un des films indépendants les plus coûteux de l'histoire du cinéma. Tykwer et les Wachowski ont dirigé deux équipes de tournage différentes pour réaliser chacun trois des six histoires composant le film. À sa sortie, le film a divisé la critique et a été un échec commercial aux États-Unis. Il a remporté deux Saturn Awards et cinq récompenses aux prix du film allemand.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Andy et Lana Wachowski à la première de Cloud Atlas.

Le film est composé d'une multitude de séquences qui se succèdent et qui durent de quelques secondes à plusieurs minutes, mettant en scène plusieurs personnages distincts qui vivent à des époques différentes. Le film met en scène des acteurs récurrents qui jouent ces différents personnages, ce qui laisse imaginer une certaine continuité entre ces personnages à travers les siècles. Deux couples, notamment, unis par un fort amour, se retrouvent à des siècles de distance, face à des adversaires (joués par Hugh Grant et Hugo Weaving) tenaces, puissants, cruels et sans scrupule.

Résumé[modifier | modifier le code]

Le scénario est constitué de six histoires se déroulant dans différents lieux à différentes époques. Chaque histoire possède un élément renvoyant à la précédente, ce qui crée un cercle. Ces histoires se focalisent sur un personnage.

Aventures d'Adam Ewing[modifier | modifier le code]

1849, océan Pacifique. Adam Ewing, jeune et sympathique juriste, voyage sur un navire vers San Francisco via Honolulu. Il fait la connaissance d'Autua, un esclave auto-affranchi passager clandestin, qu'il parvient à sauver de la mort en lui faisant intégrer l'équipage. Le cupide Dr Goose tente d'empoisonner Adam (afin de s'emparer du coffre rempli de pièces en or qu'il convoite, produit de la traite d'esclaves) en lui faisant boire une mixture afin, prétend-il, de soigner un ver intestinal. Autua sauve de justesse Adam de la tentative de meurtre. Arrivé à San Francisco, Adam retrouve son épouse Tilda : tous deux vont s'engager dans le combat antiesclavagiste.

On retrouve le couple d'acteurs Jim Sturgess (Adam Ewing) et Doona Bae (Tilda Ewing) dans les aventures du couple Sonmi-451 et Hae-Joo Chang. Au début, on peut voir que le Dr Goose ramasse des dents recrachées par des cannibales, renvoyant à l'histoire de Zachry qui se déroule elle aussi sur une côte où eurent lieu des banquets de cannibales. La marque de naissance d'Adam Ewing est située sur sa poitrine : on l'aperçoit au moment où le docteur Henry Goose lui ouvre sa chemise.

Aventures de Robert Frobisher[modifier | modifier le code]

1936, Robert Frobisher, jeune compositeur bisexuel, doit quitter son amant Rufus Sixsmith pour travailler à Édimbourg chez le célèbre compositeur Vyvyan Ayrs, en tant que copiste. Il est embauché pour mettre sur partition la musique que le musicien a en tête. Robert apprend à son contact tout en écrivant sa propre œuvre, Cartographie des nuages. Il découvre également le récit d'Adam Ewing. Une nuit Vyvyan entend une mélodie dans ses rêves ; tentant de se la remémorer au réveil et de la faire noter par Robert, elle lui échappe finalement. Il se trouve que c'est l’œuvre que Robert est en train de composer, Cartographie des nuages. Pour les deux artistes, cette mélodie est leur œuvre commune.

Se méprenant sur les sentiments d'Ayrs, Frobisher laisse parler son homosexualité en commençant à se rapprocher et à caresser Ayrs suite à cette réussite musicale commune. Mais ce dernier lui opposant un refus cinglant, Robert décide de partir. Ayrs lui fait un « chantage à la réputation » : s'il quitte les lieux, Robert ne trouvera aucun emploi. Robert, qui a volé le pistolet Luger d'Ayrs, blesse ce dernier (sans le tuer) au moment où Ayrs s'empare de la partition. Robert s'enfuit et termine son œuvre en se réfugiant dans un hôtel sordide. Une fois celle-ci achevée, et en prenant soin de rester loin de Sixsmith tout en conservant une relation épistolaire à sens unique avec lui, il se suicide d'une balle dans la bouche dans la salle de bain de l'hôtel. Rufus Sixsmith arrive quelques instants après le suicide de son ex-amant.

Robert Frobisher est passionné par le journal d'Adam Ewing. Sa marque de naissance est située en bas de son dos, juste au-dessus des fesses : on la voit au réveil de sa dernière nuit avec son amant Rufus Sixsmith.

Aventures de Luisa Rey[modifier | modifier le code]

1973, San Francisco, Californie. Luisa Rey, journaliste à Spyglass Magazine, rencontre Rufus Sixsmith, personnage déjà présent dans l'histoire de Robert Frobisher ; il est devenu physicien nucléaire. Sixsmith informe Rey d'un important problème de sécurité d'une nouvelle centrale nucléaire dirigée par Lloyd Hooks, mais avant de lui en apporter la preuve, il est assassiné par Bill Smoke, un tueur envoyé par Hooks. Isaac Sachs, un autre scientifique travaillant pour la centrale, transmet à Rey une copie du rapport de Sixsmith. Cependant, Smoke tue Sachs et fait tomber Rey d'un pont. Rey échappe à la mort mais perd la copie du rapport dans l'accident.

Grâce à l'aide de Joe Napier, responsable de la sécurité de la centrale, Rey sort vivante d'une nouvelle tentative d'assassinat et comprend qu'il s'agit en fait d'une machination des compagnies pétrolières pour réduire l'utilisation du nucléaire à leur profit. Elle peut révéler toute l'affaire.

On retrouve le duo d'acteurs Tom Hanks (Isaac Sachs) et Halle Berry (Luisa Rey) dans les aventures de Zachry et de Meronym. Luisa Rey lit les lettres que Robert Frobisher envoya à Sixsmith et trouve un disque vinyle rare de la Cartographie des nuages. Sa marque de naissance est située sur son épaule gauche et Rufus Sixsmith vieux la lui fait remarquer lorsqu'ils sont tous deux coincés dans un ascenseur en panne.

Aventures de Timothy Cavendish[modifier | modifier le code]

2012, Royaume-Uni. L'éditeur Timothy Cavendish connaît un succès financier lorsque Dermot Hoggins, un auteur qu'il publie, projette à la surprise générale un célèbre critique littéraire du haut d'un immeuble, le tuant sur le coup. Néanmoins ses créanciers absorbent la majeure partie de ses bénéfices si bien que, lorsque les frères de son client viennent le trouver pour qu'il leur remette sous 24 heures la somme de 50 000 livres sterling, il n'a pas les moyens de les payer. Il appelle à l'aide son frère Denholme, qui lui donne l'adresse d'une pension de famille sûre et discrète.

Tim Cavendish va donc s'y cacher, mais elle s'avère être en réalité, d'une part l'ancienne demeure du compositeur Ayrs, d'autre part une résidence pour personnes âgées, dotée d'un règlement digne d'une prison et dont le principal actionnaire n'est autre que le frère de Timothy, qui veut ainsi se venger d'une liaison que Tim a entretenue avec sa femme. Avec trois autres camarades, il parvient à s'échapper de cette « prison », à ses gardiens et à la sadique infirmière Noakes, avant de retrouver son amour de jeunesse et d'écrire son autobiographie.

Tim Cavendish lit le manuscrit de l'histoire de Luisa Rey. Sa marque de naissance est située sur sa cuisse gauche, et on peut la remarquer lors d'une scène où Cavendish se remémore sa « première fois » avec son amour de jeunesse, lorsqu’ils s'installent dans le lit de cette dernière.

Aventures de Sonmi-451[modifier | modifier le code]

2144, péninsule de Corée. La société est régie par des corporations consuméristes sous l'empire d'une organisation appelée Corpocratie, qui fait régner une idéologie appelée l'Unanimité. La clone Sonmi-451, qui travaille dans une cafétéria appelée Papa Song, fait inopinément la rencontre d'un jeune révolutionnaire faisant partie de l'Union rebelle, Hae-Joo Chang, qui va l'éduquer et lui montrer les tares de la société dans laquelle ils vivent. Ils sont poursuivis par les forces de la répression politique. Au moment où le quartier général des rebelles va être attaqué et anéanti, Sonmi-451 a une révélation métaphysique : elle diffuse une oraison par télévision et radio, en direction des autres pays comme des planètes extérieures. Cette oraison, d'une durée de 18 minutes, expose que tout est lié, dans le temps comme dans l'espace, que l'on n'est jamais seul, que nos actes résultent de ce qui s'est produit dans le passé et qu'ils changent l'avenir.

Faite prisonnière, elle est interrogée par un archiviste, à qui elle raconte sa courte vie. À la fin de son audition, l'archiviste, au regard de son message révolutionnaire, demande à Sonmi si elle n'a pas peur que personne ne croit en ce qu'elle dit. Elle répond : « quelqu'un y croit déjà », faisant référence à l'archiviste, qui ne répond pas, troublé. Peu après, elle est exécutée comme traître, mais son message se propagera très vite sur la planète, au point qu'elle deviendra une sorte de messie, et même une déesse si on se réfère aux aventures de Zachry dans le siècle suivant, où celui-ci dit : « tous s'émerveillaient comme si Sonmi en personne était assise dans notre cuisine ! » ainsi que quelques instants plus tard, la petite idole de métal très semblable à Sonmi.

Sonmi-451 regarde le film de la vie de Timothy Cavendish. Sa marque de naissance, située sur son cou, n'en est pas vraiment une mais la trace que l'appareil lui laisse lorsqu'elle se fait enlever son collier. Elle reçoit donc cette marque en se libérant, ce qui est ainsi une manière de changer son destin.

Aventures de Zachry[modifier | modifier le code]

Au XXIVe siècle, dans un futur post-cataclysmique. Zachry, homme en proie aux hallucinations causées par le Vieux Georgie (le Diable), vit dans une tribu peu avancée sur le plan technologique, en butte aux attaques violentes des terribles cannibales Kona. Arrive alors Meronym, une ethnologue issue du dernier bastion de civilisation technologique, les Prescients, venue étudier les coutumes locales, mais surtout à la recherche du moyen de diffusion utilisé par Sonmi-451. Son but est d'envoyer un message de détresse à des planètes extra-solaires, son peuple se mourant de rester sur Terre.

Meronym guérit la nièce adorée de Zachry, et celui-ci accepte alors de la conduire au sommet d'une montagne « tabou », censée abriter des esprits malfaisants. Tous deux parviennent à atteindre le sommet et Meronym lance son appel de détresse. Sur le chemin du retour, ils découvrent horrifiés que tout le village de Zachry a été massacré par les Konas. Effondré, Zachry égorge le chef des Konas qui s'est enivré dans une maison, et découvre sa jeune nièce vivante, cachée dans un placard. Tous deux s'enfuient. Pourchassés par la bande Kona, un combat a lieu, qui voit triompher Zachry, grandement aidé par Meronym qui l'a suivi. Leur lien, amical et cordial jusque là, devient un lien amoureux et ils partent ensemble sur le vaisseau des Prescients. La fin du film voit Zachry et Meronym âgés vivre heureux et simplement sur une lointaine planète extrasolaire, avec leurs petits-enfants à leurs côtés, à qui ils racontent les aventures qu'ils ont eues des décennies plus tôt.

La religion de la tribu de Zachry est la vénération de Sonmi-451 et Meronym lui raconte sa véritable histoire. Sa marque de naissance est située à l'arrière de son crâne, on ne la voit qu'à la toute fin du film, lors de la scène finale. De plus, le pendentif bleu de Zachry renvoie au bouton du veston d'Adam Ewing, bouclant ainsi la boucle des histoires.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Producteurs délégués : Philip Lee et Uwe Schott
Coproducteurs : Alexander van Duelmen et Roberto Malerba
Drapeau du Canada Canada : 8 septembre 2012 (Festival international du film de Toronto)
Drapeau du Canada Canada, Drapeau des États-Unis États-Unis : 26 octobre 2012
Drapeau de l'Allemagne Allemagne : 15 novembre 2012
Drapeau de la France France : 13 mars 2013
Drapeau de la Belgique Belgique : 20 mars 2013

Distribution[modifier | modifier le code]

Acteur Le Journal de la traversée du Pacifique d'Adam Ewing (1849) Lettres de Zedelghem (1936) Demi-vies, la première enquête de Luisa Rey (1973) L'Épouvantable Calvaire de Timothy Cavendish (2012) L'Oraison de Sonmi-451 (2144) La Croisée de Sloosha (2321)
Tom Hanks
(VF : Jean-Philippe Puymartin ; VQ : Bernard Fortin)
Dr. Henry Goose le tenancier de l'hôtel Isaac Sachs Dermot Hoggins l'acteur jouant le rôle de Cavendish Zachry
Halle Berry
(VF : Annie Millon ; VQ : Isabelle Leyrolles)
une Native Jocasta Ayrs Luisa Rey une invitée à la fête Ovid Meronym
Jim Broadbent
(VF : Jean-Claude Donda ; VQ : Marc Bellier)
Capitaine Molyneux Vyvyan Ayrs Timothy Cavendish un musicien coréen Prescient 2
Hugo Weaving
(VF : Féodor Atkine ; VQ : Vincent Davy)
Haskell Moore Tadeusz Kesselring Bill Smoke l'infirmière Noakes Mephi, membre du Conseil Vieux Georgie
Jim Sturgess
(VF : Donald Reignoux ; VQ : Philippe Martin)
Adam Ewing un pauvre client de l'hôtel le père de Megan Écossais du bar Hae-Joo Chang Adam, le beau-frère de Zachry
Doona Bae
(VF : Geneviève Doang ; VQ : Violette Chauveau)
Tilda Ewing la mère de Megan, une Mexicaine Sonmi~451, Sonmi~351, une prostituée Sonmi
Ben Whishaw (VF : Yoann Sover ; VQ : Nicolas Charbonneaux-Collombet) un mousse Robert Frobisher l'employé de la boutique de disques Georgette un membre de la tribu
James D'Arcy
(VF : Arnaud Bedouet ; VQ : François Godin)
Rufus Sixsmith, jeune Rufus Sixsmith, vieux l'infirmier James l'archiviste
Zhou Xun
(VF : Victoria Grosbois)
Talbot / directrice de l'hôtel Yoona~939 Rose
Keith David
(VF : Saïd Amadis ; VQ : Pierre Chagnon)
Kupaka Joe Napier An-Kor Apis Prescient
David Gyasi
(VF : Gunther Germain ; VQ : Marc-André Bélanger)
Autua Lester Rey Duophysite
Susan Sarandon (VF : Béatrice Delfe) Madame Horrox Ursula, vieille Yosouf Suleiman l'Abbesse
Hugh Grant (VF : Thibault de Montalembert ; VQ : Daniel Picard) Révérend Giles Horrox Gérant de l'hôtel Lloyd Hooks Denholme Cavendish Superviseur Rhee Chef Kona

Sources doublage : AlloDoublage (VF)[3] et doublage.qc.ca (VQ)[4]

Production[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

En 2005, lors du tournage de V pour Vendetta, Natalie Portman fait découvrir le roman Cartographie des nuages, de David Mitchell, à Lana et Andy Wachowski. Tous deux tombent sous le charme du roman et décident de l'adapter au cinéma[5]. Ils acquièrent ses droits d'adaptation[6] et proposent à leur ami Tom Tykwer de collaborer avec eux sur le projet. Après avoir lu le livre à son tour pendant l'été 2006, Tykwer accepte avec enthousiasme mais les trois réalisateurs sont pris par d'autres projets et doivent différer celui-ci[5].

« Nous avons été immédiatement attirés par l’envergure des idées véhiculées par le livre : la compassion pour les êtres humains, la hardiesse et l’audace de l’écriture. C’est une histoire à la fois classique et pourtant complètement nouvelle. D’un point de vue thématique, le livre transcende les frontières entre les communautés, les sexes, les lieux et le temps. Il nous raconte une histoire qui place la nature humaine bien au-delà de ces frontières. C’est ce qui nous a touchés lorsque nous avons lu le roman et nous avons alors commencé à travailler sur le scénario[7]. »

— Lana Wachowski

En janvier 2009, Tom Tykwer déclare son intention d'écrire un scénario basé sur le roman en collaboration avec les Wachowski[8]. Tous les trois se retrouvent au Costa Rica le mois suivant pour l'écriture du premier jet[5]. Conscients que la structure du roman ne fonctionnerait pas pour leur film, ils consacrent plusieurs semaines à ficher les scènes et les liens entre les personnages du livre afin d'entrelacer plus directement les différentes intrigues. Ils décident ainsi que les acteurs principaux interprèteront plusieurs personnages incarnant une même âme[9].

Depuis 2007, les Wachowski ont tenté vainement de faire financer le film par une grande société de production et se décident finalement à faire un film indépendant en faisant appel à de nombreux investisseurs[10]. Le projet est financé en grande partie par des partenaires financiers allemands et un budget prévisionnel de 140 000 000 $ est d'abord annoncé[11]. Cependant, certains investisseurs se retirent ou font faillite et il est revu à la baisse, les Wachowski devant même apporter 7 000 000 $ de leurs fonds personnels pour le compléter[10] après avoir envisagé plusieurs fois d'annuler la production. Le budget finalement fixé à un peu plus de 100 000 000 $ fait néanmoins de la production l'un des films les plus coûteux de l'histoire du cinéma indépendant[5]. Certains acteurs engagés pour le film sont inquiets de l'instabilité financière du projet mais le soutien inconditionnel de Tom Hanks envers celui-ci les persuade de tenir leur engagement[10]. En avril 2011, les Wachowski annoncent qu'ils coréaliseront le film avec Tykwer[12].

Choix des acteurs[modifier | modifier le code]

En juin 2010, Tom Tykwer approche les acteurs Natalie Portman, Tom Hanks, Halle Berry, James McAvoy et Ian McKellen pour jouer dans le film[13]. Portman, McAvoy et McKellen ne sont finalement pas dans le film mais Hanks et Berry acceptent. Cependant, Hugo Weaving, Ben Whishaw, Susan Sarandon et Jim Broadbent rejoignent la distribution en mai 2011[14],[15]. Hugh Grant signe pour jouer dans le film quelques jours à peine avant le début du tournage[16].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage commence le 16 septembre 2011[17] et se termine le 21 décembre[18]. Tom Tykwer et les Wachowski filment en parallèle avec deux équipes de tournage bien distinctes[19]. Les Wachowski réalisent l'histoire se déroulant au XIXe siècle et les deux situées dans le futur, alors que Tykwer dirige les histoires se tenant dans les années 1930, 1970 et 2012[5].

Vue côtière de la Serra de Tramuntana, l'un des lieux de tournage du film.

Les studios de Babelsberg, situés à Potsdam, en Allemagne, sont le camp de base de l'équipe de production du film[20]. Le tournage se déroule également en Écosse, à Glasgow pour les scènes censées se dérouler à Londres et à San Francisco[20], à Édimbourg et Dumbarton pour plusieurs scènes de l'histoire de Robert Frobisher[21], et sur le pont de Clackmannanshire, près d'Alloa[22]. Les extérieurs de la première et dernière histoire sont tournés en six semaines sur l'île de Majorque, principalement dans la Serra de Tramuntana et dans les municipalités d'Escorca et Sóller[23].

Des répétiteurs présents sur le tournage aident les acteurs lorsque ceux-ci interprètent des rôles impliquant un changement de sexe ou une identité culturelle très différente de la leur[9]. Halle Berry se casse le pied droit après quelques jours de tournage à Majorque, ce qui oblige la production à réaménager son planning de tournage[24]. David Mitchell visite le plateau de tournage de Babelsberg et en profite pour faire un caméo dans le rôle d'un agent double du Séoul de 2144[25].

Montage[modifier | modifier le code]

Lors de l'étape de montage, les réalisateurs décident que les coupures entre les histoires se feront de manière abrupte au début du film puis qu'elles s'adouciront progressivement avec de plus en plus de chevauchements sonores et des scènes qui se répondent l'une à l'autre en parallèle. Il est suggéré de cette façon que les frontières entre les histoires se dissolvent au fur et à mesure que le film avance[10].

Musique[modifier | modifier le code]

La musique du film est composée par le coréalisateur Tom Tykwer et ses collaborateurs habituels, Reinhold Heil et Johnny Klimek. Tous trois commencent à travailler dessus plusieurs mois avant le début du tournage afin que l'équipe du film puisse s'en inspirer pour le ton des scènes à ce moment-là[26]. La musique joue en effet un rôle très important dans le film car elle relie les thèmes et les concepts narratifs à travers les six segments de l'histoire[27]. La musique est enregistrée à Leipzig par les musiciens de l'orchestre symphonique Mitteldeutscher Rundfunk et les chœurs de la radio de Leipzig[26]. La bande originale du film sort le 6 novembre 2012 sous le label WaterTower Music.

Accueil[modifier | modifier le code]

Sortie du film et box-office[modifier | modifier le code]

Le film est projeté pour la première fois en public le 8 septembre 2012 lors du Festival international du film de Toronto, où il reçoit une standing ovation de dix minutes[28]. David Mitchell, présent à la projection, affirme qu'il a trouvé le film « magnifique » et que les réalisateurs ont « vraiment bien démonté la structure » de son livre « et qu'ils l'ont très bien réassemblée par la suite »[29].

Warner Bros. et Focus Features se partagent la distribution du film[30]. Il sort en Amérique du Nord le 26 octobre 2012 dans un peu plus de 2 000 salles[31] et ne rapporte que 9 600 000 $ pour son week-end d'ouverture, ce qui est considéré comme « décevant mais pas surprenant » par les analystes qui estiment que l'histoire était très difficile à vendre pour le public américain et que la durée du film était un autre facteur handicapant[32]. Il sort en Chine en janvier 2013 dans une version amputée de 40 minutes par la censure[33].

Le film rapporte 130 482 868 $ au box-office mondial, soit un peu plus que son budget[31]. Il a réalisé 439 470 entrées en France[34] et 102 358 en Suisse. Il a dépassé les deux millions d'entrées en Russie (2 192 386) et le million d'entrées en Allemagne (1 147 114)[35].

Box-office mondial par pays du film Cloud Atlas (par ordre décroissant)[36]
Pays Box-office Pays Box-office Pays Box-office
Drapeau de la République populaire de Chine Chine 27 710 000 $ Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud 3 023 466 $ Drapeau de l'Espagne Espagne 1 136 104 $
Drapeau des États-Unis États-Unis + Drapeau du Canada Canada 27 108 272 $ Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 2 524 295 $ Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas 1 072 340 $
Drapeau de la Russie Russie 17 021 626 $ Drapeau du Mexique Mexique 2 000 048 $ Drapeau de la République tchèque République tchèque 1 026 637 $
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 12 663 498 $ Drapeau de l'Ukraine Ukraine 1 888 105 $ Drapeau de l'Autriche Autriche 868 122 $
Drapeau du Brésil Brésil 4 931 137 $ Drapeau de la Turquie Turquie 1 803 417 $ Drapeau de la Thaïlande Thaïlande 808 704 $
Drapeau de l'Italie Italie 4 900 481 $ Drapeau du Japon Japon 1 443 331 $ Drapeau de l’Argentine Argentine 780 947 $
Drapeau de la France France 3 458 987 $ Drapeau de Hong Kong Hong Kong 1 379 007 $ Drapeau du Portugal Portugal 714 008 $
Drapeau de la Pologne Pologne 3 118 636 $ Drapeau de l'Australie Australie 1 261 330 $ Drapeau de la Hongrie Hongrie 636 398 $

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Le film recueille 66 % de critiques favorables, avec une note moyenne de 6,6/10 et sur la base de 252 critiques collectées, sur le site Rotten Tomatoes[37]. Sur Metacritic, il obtient un score de 55/100 sur la base de 45 critiques collectées[38]. En France, il obtient une note moyenne de 3,4/5 pour les 29 critiques recensées sur le site AlloCiné[39].

Parmi les critiques positives, pour Romain Blondeau, des Inrockuptibles, « chacune des histoires qui composent le film vibre ainsi de la même pulsion libertaire » et « ce qui élève le film, bouleverse et électrise, c’est […] surtout cette idée géniale qui consiste à faire incarner aux mêmes acteurs plusieurs rôles différents dans une valse freak et transformiste »[40]. Roger Ebert, du Chicago Sun-Times, estime que c'est « l'un des films les plus ambitieux jamais réalisés » et que c'est une fascinante « démonstration du caractère magique et onirique du cinéma »[41]. Olivier Séguret, de Libération, évoque « une fresque démesurée et délirante, qui brasse les genres et les époques » et qui est « d’une telle audace » qu'elle « nous égare souvent dans les nébulosités de sa logique narrative » tout en conservant un « vrai aplomb lyrique »[42]. Mick LaSalle, du San Francisco Chronicle, estime que « dans la série des films qui tentent de communiquer une expérience globale de la vie », Cloud Atlas « réussit mieux que la plupart » et que les histoires se déroulant au XXe siècle et surtout celle de 2144 sont les plus captivantes alors que celle située dans un lointain futur est à l'inverse celle qui empêche le film « d'atteindre l'excellence »[43]. Pour Stéphanie Belpêche, du Journal du dimanche, c'est « une saga épique, inclassable et bouleversante » où les réalisateurs « opèrent un vrai tour de force en orchestrant cette symphonie cinématographique, qui nous emporte dans un tourbillon d'émotions grâce à son écriture magistrale et à son montage feuilletonesque vertigineux »[44].

Du côté des critiques mitigées, Éric Vernay, de Première, estime que « les épisodes de ce blockbuster transgenre s’agrègent avec un certain brio » mais « peinent à s’enrichir mutuellement. L’idée prend le pas sur l’affect, nous laissant à distance de ce fascinant puzzle »[45]. Ann Hornaday, du Washington Post, trouve que le film pèche parfois par « autosatisfaction » mais qu'il présente à d'autres moments « le genre d'audace et d'ingéniosité dont le cinéma a désespérément besoin à notre époque », et que les maquillages « peuvent être franchement gênants » mais que les acteurs « réussissent à créer des personnages marquants »[46]. Pour Vincent Ostria, de L'Humanité, « malgré l’audace du montage alterné et les nombreuses passerelles entre les épisodes, le résultat reste inégal, encombré par les costumes et les maquillages », le meilleur récit étant « l’épisode orwellien de 2144 » et son « saisissant imaginaire dramaturgique et plastique »[47]. Claudia Puig, de USA Today, estime que « la photographie est splendide, le montage habile, les décors irréprochables et les maquillages stupéfiants » mais que les histoires sont inégales et que le film « peine à émouvoir »[48].

Parmi les critiques négatives, Christophe Carrière, de L'Express, estime que le film « est un maelström d'images et d'histoires dont il faut bien une heure pour saisir le sens... et presque deux autres pour voir le bout » et que « la beauté de l'ouvrage ne sauve pas une facture brouillonne et simplette »[49]. Pour Kenneth Turan, du Los Angeles Times, le film est plombé par « un manque d'habileté en termes d'écriture du scénario, de réalisation et de jeu d'acteurs » et qu'il « cherche à atteindre une profondeur qui reste hors de sa portée »[50]. Louis Guichard, de Télérama, évoque « un conglomérat de fragments de nanars »« l'originalité est passée dans la structure, et non dans l'action, souvent faible ou carrément grotesque »[51]. Pour Nick Pinkerton, du Village Voice, le film est « déplaisant » et rempli de « foutaises sur l'art et l'amour » alors que ses segments « ressemblent plus à de longues bandes-annonces qu'à une unité narrative »[52].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Cette section récapitule les principales récompenses et nominations obtenues par le film. Pour une liste plus complète, se référer à l'Internet Movie Database[53]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations et sélections[modifier | modifier le code]

Sortie vidéo[modifier | modifier le code]

Sur le marché vidéo, Cloud Atlas est distribué en DVD et disque Blu-ray le 14 mai 2013 en région 1[54] et le 13 juillet 2013 en région 2[55].

Analyse[modifier | modifier le code]

Avec Cloud Atlas, les Wachowski voulaient réaliser leur propre 2001, l'Odyssée de l'espace[5]. Le film s'érige ainsi comme une prophétie pessimiste retraçant l'histoire de l'humanité au travers de six récits, passant par l'avènement d'un hyper-capitalisme et se terminant à la déchéance de notre civilisation. Il met en scène une humanité répétant les mêmes cycles, s'exprimant dans une perspective de « la plus grande leçon de l'histoire, c'est qu'on ne retient pas de leçon de l'histoire ». On y présente notamment l'exploitation des hommes sous différentes formes à chaque époque, dégageant un ordre établi reposant sur la maxime « le faible est la nourriture dont le fort se nourrit », les hommes de pouvoir représentant l'adversaire, le mal de l'humanité[56]. Le film oppose à ces derniers la notion de révolution intérieure, s'exprimant ici par la réponse d'Adam Ewing lorsqu'on lui dit qu'il n'est qu'une goutte d'eau insignifiante dans un vaste océan : « qu'est-ce qu'un océan ? si ce n'est une multitude de gouttes d'eau ? », et là par Sonmi-451 lorsque l'archiviste lui demande pourquoi elle exprime une vérité que personne ne croit : « quelqu'un y croit déjà »[57].

La manière dont se présente le récit permet d'aborder certaines questions existentielles et de proposer une réflexion sur la nature et la condition humaine : le film traite aussi bien de l'amour, qui occupe une place très importante dans l'histoire, que de la mort et la vie après la mort, de la liberté des individus, et de la rédemption[56]. L'un des propos du film est d'illustrer la manière dont chaque décision individuelle à une époque donnée peut se répercuter et avoir une incidence amplifiée par l'effet papillon, bonne ou mauvaise, sur la vie des autres, dans un espace-temps qui n'est pas le même[57]. Selon Tom Hanks : « Les personnages sont souvent témoins d’un événement qui pourrait changer leurs vies pour toujours et ils doivent agir. Ils peuvent être des héros ou des lâches. La question est de savoir ce qu’est l’Histoire, sinon d’innombrables moments comme ceux-ci, reliés les uns aux autres. Qu’est-ce que la condition humaine sinon une série de décisions qu’il faut prendre ? »[7].

Le thème de la réincarnation, déjà présent dans le roman de David Mitchell mais limité aux personnages partageant une tache de naissance de la forme d'une étoile filante[58], est renforcé dans le film car les acteurs principaux interprètent tous plusieurs rôles. La tache de naissance n'est pas dans le film le « signe de la réincarnation d’une âme mais plutôt de l’esprit de révolte qui les anime »[59]. Chacun des différents personnages interprétés par un même acteur ou une même actrice constitue la réincarnation du personnage de l'époque précédente, ce qui crée ainsi des arcs narratifs d'évolution de personnages qui transcendent la durée de vie humaine[60]. Ainsi, les réincarnations de Tom Hanks apprennent progressivement le courage et l'altruisme et celles de Jim Broadbent l'humilité, alors que celles de Hugh Grant sont marquées par l'égoïsme et empirent jusqu'à le faire tomber dans la sauvagerie et que celles de Hugo Weaving représentent des figures d'asservissement qui finissent par disparaître pour devenir une abstraction représentant le mal. Les réincarnation de Halle Berry et Bae Doona acquièrent plus d'assurance et de pouvoir jusqu'à devenir des figures inspirant des actes héroïques pour Tom Hanks et Jim Sturgess, alors que celles de Ben Whishaw et James D'Arcy sont plus ambigües et n'ont pas d'évolution précise[58]. La mort d'un personnage n'est donc pas une fatalité, comme le souligne David Mitchell : « Dans un monde où la réincarnation est possible et dans un film où le passé, le présent et le futur s’enchevêtrent, la mort est juste un nouveau point de passage d’un univers à l’autre »[7].

Différences avec le roman[modifier | modifier le code]

Le film s'écarte du roman sur plusieurs points :

  • La différence la plus notable est que le film laisse se succéder et s'entre-couper les six histoires - avec certaines scènes dans le film qui se retrouvent au début. Or dans le livre, certaines scènes sont en toute fin de l'histoire (exemple : Robert Frobisher), alors que la structure du roman se succède par la narration du début de chacune des histoires et leur fin dans le même ordre (Adam Ewing-Robert Frobisher-Luisa Rey-Thimothy Cavendish-Somni~451-Zachry-Somni~451-Thimothy Cavendish-Luisa Rey-Robert Frobisher-Adam Ewing). Le film repose visuellement sur la récurrence d'acteurs, que l'on retrouve sous les traits de personnages distincts vivant à des époques différentes, laissant penser qu'il y a une réminiscence de ces personnages à travers les siècles, si ce n'est une réincarnation, alors que le roman n'évoque ni ne laisse supposer aucun personnage récurrent, chacun des personnages ayant sa propre vie et un caractère distinct des autres. Mais l'idée même de récurrence ou de rémanence, de continuité ou de permanence est bel et bien soutenue par l'auteur comme le cœur du roman, accentuée dans le film par la distribution des rôles dans chacune des histoires.
  • S'agissant de Robert Frobisher, le film fait état de manière évidente de la bisexualité du personnage, qui finira par blesser Vyvyan Ayrs avec un pistolet. Le roman en revanche ne mentionne aucune tentative de meurtre du compositeur et n'évoque qu'indirectement l'homosexualité du personnage sans en faire un élément essentiel du récit. En revanche, les lettres de Frobisher, dans le roman, mentionnent longuement la relation qu'entretient Frobisher avec Jocasta (épouse d'Ayrs) et son évolution plus intimiste puis celle avec Eva (fille d'Ayrs et de Jocasta qui n'est absolument pas mentionnée dans le film) dans sa représentation de l'idylle finalement désabusée. La liberté de mœurs du protagoniste, dans le roman, est induite dans la juxtaposition apparente dans les scènes et la description qu'il en fait de façon arrogante par rapport aux personnages qu'il côtoie (dont la plupart ne font pas partie du film). L'action du roman se déroule en Belgique (près de Bruges) tandis que celle du film est censée se dérouler en Grande-Bretagne, dans la maison qui deviendra ultérieurement la demeure « détenant » Cavendish.
  • S'agissant de Luisa Rey, le roman évoque son licenciement et la mort du directeur général du groupe SeaBoard Corporation ainsi que le rachat par le groupe du magazine pour lequel Luisa écrit, ce que ne fait pas le film. Dans le roman, Luisa envoie un courrier à Megan pour récupérer la partie restante des lettres de Frobisher, alors que c'est l'inverse dans le film (on la voit récupérer tout le paquet dans la chambre de l'hôtel). L'action du film se déroule en 1973 alors que celle du roman a lieu en 1976. Le personnage de Fay Li dans le roman est absent du film ainsi que le rôle tenu par la mère de Luisa. La rencontre de Joe Napier et de Lester Rey (le père de Luisa) dans le film est relative à leur participation à la guerre du Viêt Nam alors que dans le roman elle repose sur leur coopération dans les forces de police, notamment en rapport à un incident où Lester Rey a sauvé la vie de Joe Napier.
  • S'agissant de Sonmi-451, dans le roman l'héroïne est mise au choix de sortir de Papa Song par un chauffeur venu la chercher par ordre de son supérieur pour qu'elle rejoigne un projet d'étude dans une université, contexte dans lequel à sa propre initiative elle poursuit son éducation puis une éducation plus formelle avec d'autres « sang-purs ». C'est à cette période qu'elle rencontre Hae-Joo se faisant passer pour un étudiant. C'est alors que la Corpocratie se retourne contre le projet universitaire qu'Hae-Joo lui révèle son identité ainsi que son appartenance au mouvement rebelle et que Somni décrit alors leur fuite. Dans le roman, toute cette succession d'événements est présentée comme un plan scénarisé par la Corpocratie, qui tentait de prouver que les Factaires (clones esclaves) sont d'une nature différente des Citoyens ; l'oraison de Sonmi n'a pas été prévue par la Corpocratie, qui s'est laissée prendre à son propre piège ; la résistance de la prétendue Union rebelle n'existe pas, c'est une fiction créée par la Corpocratie pour détecter les jeunes rebelles et les surveiller ; dans le film en revanche, Sonmi est aidée dans son évasion par Hae-Joo Chang depuis le début, suite à la mort par overdose de Seer Rhee et une histoire d'amour va naître entre eux (une histoire d'amour est aussi dans le roman, sans pour autant être le centre de l'histoire).
  • S'agissant de Zachry, le roman n'évoque aucune histoire d'amour entre le héros et Meronym, il reprend en revanche l'idée d'un rapprochement entre les deux et évoque bel et bien l'idée de désir de la part de Zachry vis-à-vis de Méronym ; pareillement dans le film, Catkin est la sœur de Zachry, non sa nièce, tout un pan du roman évoque l'enfant mort-né que Zachry a eu avec une autre compagne (ceci n'est pas dans le film) ; Zachry dans le film n'a plus de parents alors que dans le film il évoque sa mère (et son père mort).

Références à des œuvres antérieures[modifier | modifier le code]

  • Dans le récit de Sonmi-451, les humains sont tués et leurs corps servent à la nourriture des vivants, ce qui fait référence à Soleil vert (roman de 1966) et Soleil vert (film de 1973). Une citation extraite de ce film (« Le soleil vert, c'est de la chair humaine ») est par ailleurs scandée par Timothy Cavendish dans un accès de colère.
  • Il est fait référence aux livres de Carlos Castaneda lors d'une discussion entre Isaac Sachs et Luisa Rey.
  • Le matricule de Sonmi (451) fait allusion au roman de Ray Bradbury Fahrenheit 451, décrivant un monde totalitaire qui détruit les livres en les brûlant.
  • Timothy Cavendish évoque l'exil de Soljenitsyne aux États-Unis, dans le Vermont. Or, la ville dans laquelle il s'était exilé s’appelait également Cavendish.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Cloud Atlas Movie Details », sur the-numbers.com (consulté le 3 mars 2014)
  2. (en) « Dates de sortie », Internet Movie Database (consulté le 3 mars 2014)
  3. « Fiche de doublage du film », sur allodoublage.com (consulté le 3 mars 2014).
  4. « Carton de doublage du film », sur doublage.qc.ca (consulté le 8 décembre 2012)
  5. a, b, c, d, e et f (en) Aleksandar Hemon, « Beyond the Matrix », The New Yorker,‎ 10 septembre 2012 (consulté le 10 janvier 2015)
  6. (en) Catherine Keenan, « David Mitchell – Interview », The Sydney Morning Herald,‎ 2 avril 2011
  7. a, b et c « Notes de production », sur commeaucinema.com (consulté le 30 juillet 2014)
  8. (en) Alex Billington, « Tom Tykwer Adapting Cloud Atlas with Wachowski Brothers », sur firstshowing.net,‎ 29 janvier 2009 (consulté le 4 mars 2014)
  9. a et b « Du livre au grand écran : créer des résonances », sur commeaucinema.com (consulté le 30 juillet 2014)
  10. a, b, c et d (en) Tasha Robinson, « The Wachowskis explain how Cloud Atlas unplugs people from the Matrix », The A.V. Club,‎ 25 octobre 2012 (consulté le 4 mars 2014)
  11. (en) Ed Meza, « Wachowski siblings secure coin for ‘Cloud’ », Variety,‎ 10 mai 2011 (consulté le 4 mars 2014)
  12. (en) Justin Kroll, « Cloud Atlas gathers with Tom Hanks », Variety,‎ 12 avril 2011 (consulté le 4 mars 2014)
  13. (en) « Cloud Atlas aims to recruit all-star cast », NME,‎ 17 juin 2010 (consulté le 4 mars 2014)
  14. (en) Scott Roxborough, « Hugo Weaving, Ben Whishaw Join 'Cloud Atlas' », The Hollywood Reporter,‎ 11 mai 2011 (consulté le 4 mars 2014)
  15. (en) Diana Lodderhose, « Sarandon, Broadbent circle ‘Atlas’ », Variety,‎ 12 mai 2011 (consulté le 4 mars 2014)
  16. (en) Adam Dawtrey, « Tykwer, Wachowskis' Cloud draws crowd », Variety,‎ 13 septembre 2011 (consulté le 4 mars 2014)
  17. (en) Matt Barden, « Cloud Atlas movie begins filming with Tom Hanks and Halle Berry », sur purplerevolver.com,‎ 15 septembre 2011 (consulté le 3 mars 2014)
  18. (en) Phil de Semlyen, « Cloud Atlas Behind The Scenes Picture », Empire,‎ 21 décembre 2011 (consulté le 3 mars 2014)
  19. (en) Scott Roxborough, « Wachowskis, Tom Tykwer Set for 'Cloud Atlas' Shoot Mid-September », The Hollywood Reporter,‎ 22 août 2011 (consulté le 3 mars 2014)
  20. a et b (en) Nick Goundry, « Glasgow doubles for San Francisco and London in epic Cloud Atlas shoot », sur thelocationguide.com,‎ 25 octobre 2012 (consulté le 3 mars 2014)
  21. (en) « British Film Locations Cloud Atlas », sur british-film-locations.com (consulté le 3 mars 2014)
  22. (en) « County's bridge to Tinseltown », sur alloaadvertiser.com,‎ 30 août 2012 (consulté le 3 mars 2014)
  23. (es) « El equipo de "Cloud Atlas" rueda en la Serra de Tramuntana », sur lainformacion.com,‎ 19 septembre 2011 (consulté le 3 mars 2014)
  24. (en) « Halle Berry Breaks Her Foot in Spain », sur people.com,‎ 22 septembre 2011 (consulté le 3 mars 2014)
  25. (en) Hermione Eyre, « In the clouds: David Mitchell on gender bending and the future of civilisation », Evening Standard,‎ 22 février 2013 (consulté le 4 mars 2014)
  26. a et b (en) Solvej Schow, « 'Cloud Atlas' score co-composed by director Tom Tykwer », Entertainment Weekly,‎ 18 octobre 2012 (consulté le 4 mars 2014)
  27. (en) Jonathan Broxton, « Cloud Atlas: Tom Tykwer, Johnny Klimek and Reinhold Heil », sur moviemusicuk.us,‎ 29 octobre 2012 (consulté le 10 janvier 2015)
  28. (en) Chris Lee, « The Wachowskis’ ‘Cloud Atlas’ Wows Toronto International Film Festival », sur thedailybeast.com,‎ 9 septembre 2012 (consulté le 3 mars 2014)
  29. « 5 questions à... David Mitchell, l'auteur de Cloud Atlas », AlloCiné,‎ 16 mars 2013 (consulté le 4 mars 2014)
  30. (en) Jay A. Fernandez, « WB and Focus International to Distribute 'Cloud Atlas,' Starring Tom Hanks », The Hollywood Reporter,‎ 22 août 2011 (consulté le 3 mars 2014)
  31. a et b (en) « Cloud Atlas », sur Box Office Mojo (consulté le 28 octobre 2013)
  32. (en) Ray Subers, « Weekend Report: 'Argo' Ahead of Four Dreadful Debuts », Box Office Mojo,‎ 28 octobre 2012 (consulté le 10 janvier 2015)
  33. (en) « China censors slash 'Cloud Atlas' by 40 minutes », AFP,‎ 23 janvier 2013 (consulté le 3 mars 2014)
  34. « Box-office Cloud Atlas », JP's Box-Office (consulté le 3 mars 2014)
  35. « Cloud Atlas », base de données Lumière (consulté le 4 mars 2014)
  36. (en) « Cloud Atlas Foreign Total », Box Office Mojo (consulté le 4 mars 2014)
  37. (en) « Cloud Atlas », Rotten Tomatoes (consulté le 28 octobre 2013)
  38. (en) « Cloud Atlas », Metacritic (consulté le 28 octobre 2013)
  39. « Cloud Atlas », AlloCiné (consulté le 28 octobre 2013)
  40. Romain Blondeau, « Cloud Atlas, un film mutant des Wachowski », sur lesinrocks.com,‎ 12 mars 2013 (consulté le 29 juillet 2014)
  41. (en) Roger Ebert, « Cloud Atlas », Chicago Sun-Times,‎ 25 octobre 2012 (consulté le 30 juillet 2014)
  42. Olivier Séguret, « Le « Cloud » du spectacle », sur liberation.fr,‎ 12 mars 2013 (consulté le 29 juillet 2014)
  43. (en) Mick LaSalle, « Baring your soul », sur sfgate.com,‎ 25 octobre 2012 (consulté le 30 juillet 2014)
  44. Stéphanie Belpêche, « La folle destinée des Wachowski », sur lejdd.fr,‎ 13 mars 2013 (consulté le 29 juillet 2014)
  45. Éric Vernay, « Critique Cloud Atlas », sur premiere.fr (consulté le 29 juillet 2014)
  46. (en) Ann Hornaday, « A period piece, in six periods », sur washingtonpost.com,‎ 26 octobre 2012 (consulté le 30 juillet 2014)
  47. Vincent Ostria, « Critique Cloud Atlas », sur humanite.fr,‎ 13 mars 2013 (consulté le 29 juillet 2014)
  48. (en) Claudia Puig, « A foggy story obscures the beauty », sur usatoday.com,‎ 29 octobre 2012 (consulté le 30 juillet 2014)
  49. Christophe Carrière, « Critique Cloud Atlas », sur lexpress.fr,‎ 11 mars 2013 (consulté le 29 juillet 2014)
  50. (en) Kenneth Turan, « 'Cloud Atlas' tumbles to Earth », sur latimes.com,‎ 25 octobre 2012 (consulté le 30 juillet 2014)
  51. Louis Guichard, « Critique Cloud Atlas », sur telerama.fr (consulté le 29 juillet 2014)
  52. (en) Nick Pinkerton, « Cloud Atlas », sur villagevoice.com,‎ 24 octobre 2012 (consulté le 30 juillet 2014)
  53. (en) « Awards for Cloud Atlas », Internet Movie Database (consulté le 3 mars 2014)
  54. (en) « Cloud Atlas Release », sur allmovie.com (consulté le 4 mars 2014)
  55. « Cloud Atlas : DVD et Blu-ray », sur ecranlarge.com (consulté le 4 mars 2014)
  56. a et b Dominique Vergnes, « Cloud Atlas : le New Age sur un nuage », sur fragil.org,‎ 3 mai 2013 (consulté le 10 janvier 2015)
  57. a et b « Le film de la semaine : Cloud Atlas », sur labaignoiremag.fr (consulté le 10 janvier 2015)
  58. a et b (en) Jennifer Vineyard, « Your Guide to the Characters and Connections of Cloud Atlas », sur vulture.com,‎ 27 octobre 2012 (consulté le 10 janvier 2015)
  59. « Cloud Atlas - Analyse et explications élémentaires », sur cinerama7art.com,‎ 28 mars 2013 (consulté le 25 janvier 2015)
  60. (en) Kristy Puchko, « Cloud Atlas Infographic Explains The Karmic Journeys Of The Movie's Characters », sur cinemablend.com,‎ 29 octobre 2012 (consulté le 10 janvier 2015)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :