Johann Peter Kellner

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Johann Peter Kellner

Description de l'image  defaut.svg.
Naissance 28 septembre 1705
Gräfenroda, Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Décès 19 avril 1772
Gräfenroda, Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Activité principale Compositeur
Maîtres Hieronymus Florentinus Quehl
Descendants Johann Christoph Kellner

Johann Peter Kellner, né à Gräfenroda le 28 septembre 1705[1] et mort dans la même ville le 19 avril 1772[1], est un compositeur allemand. Il est le père du compositeur Johann Christoph Kellner (1736–1803).

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Peter Kellner, un marchand de noir de fumée et de son épouse, Margaretha née Wuckel. Il étudie en 1732 et 1733 la composition auprès de Hieronymus Florentinus Quehl (de), alors cantor de la principale église de Suhl, l'église Sainte-Marie. Il est lui-même, de 1733 à sa mort, cantor de l'église Saint-Laurent de Gräfenroda. Vers la fin de sa vie, il écrivait dans son autobiographie :

La tête, les pieds et les mains sont libérés
De ce que le travail arrive à sa fin.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Des recherches récentes avancent l'hypothèse selon laquelle Kellner pourrait bien être le véritable compositeur de la Toccata et fugue en ré mineur BWV 565 attribuée généralement à Johann Sebastian Bach. Voir cet autre article pour plus de détails.

De la même façon, une hypothèse concernant celle en B-A-C-H se fait jour selon laquelle il s'agirait d'une ode composée par Kellner en hommage à son maître.

Il est l'auteur d'œuvres pour l'orgue et pour le clavecin, pour cet instrument, notamment le recueil Certamen musicum, bestehend aus Präludien, Couranten, Sarabanden, Giguen, wie auch Menuetten (1739-1742).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Marc Honegger, Dictionnaire de la musique : Tome 1, Les Hommes et leurs œuvres. A-K, Bordas,‎ 1979, 1232 p. (ISBN 2-0401-0721-5), p. 571