Canton de Thurgovie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Thurgovie)
Aller à : navigation, rechercher
Canton de Thurgovie
Blason de Canton de Thurgovie
Héraldique
Localisation du canton en Suisse
Localisation du canton en Suisse
Noms
Nom allemand Kanton Thurgau
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Entrée dans la Confédération 1803
Abréviation TG
Chef-lieu Frauenfeld
Communes 80[1]
Districts 5[1]
Exécutif Regierungsrat (5 sièges)[2]
Législatif Grosser Rat (130 sièges)[3]
Conseil des États 2 sièges[4]
Conseil national 6 sièges[5]
Démographie
Population 244 330 hab. (31 décembre 2009)
Densité 247 hab./km2
Rang 13e[6]
Langue officielle allemand
Géographie
Coordonnées 47° 35′ N 9° 04′ E / 47.583333333333, 9.0666666666667 ()47° 35′ Nord 9° 04′ Est / 47.583333333333, 9.0666666666667 ()  
Altitude Min. Thur à Neunforn 370 m – Max. Hohgrat[7] 991 m
Superficie 99 102 ha = 991,02 km2
Rang 12e[8]

Le canton de Thurgovie (TG, en allemand Kanton Thurgau) est un canton de Suisse, situé au nord-est du pays, séparé de l'Allemagne par le lac de Constance et le Rhin.

Maison typique à Schlattingen.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom allemand du canton, « Thurgau », signifie « pays de la Thur », le terme « pays » (Gau en Allemand) désignant ici un canton de l'empire carolingien. Le nom français de Thurgovie en dérive.

En italien et en romanche, le canton est appelé « Turgovia ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Au temps préhistoriques, les terres du canton étaient habitées par les gens de la culture de Pfyn. Durant la période romaine, le canton faisait partie de la province de Germanie supérieure et de Rhétie jusqu’en 450, date à laquelle les terres furent occupées par les Alamans. C’est seulement à partir du VIIIe siècle que le canton put jouir d’un système politique similaire au système actuel. À l’époque, la Thurgovie était plus étendue mais durant le Moyen Âge les terres se sont réduites petit-à-petit. Les ducs de Zähringen et les comtes de Kyburg ont repris une bonne partie du territoire. Jusqu’en 1218, la ville de Zurich faisait partie de la Thurgovie avant de devenir Reichsunmittelbar. Lorsque la dynastie de Kyburg s’est éteinte en 1264, les Habsbourg ont pris le contrôle de la région. En 1460 la Thurgovie s’allie avec les cantons de Canton de Zurich, Lucerne, Uri, Schwyz, Unterwald, Zoug et Glaris. Durant la réforme protestante en Suisse, à la foi catholique, les deux religions ont cherché à s'étendre au maximum y compris en Thurgovie. En 1524, lors d’un incident, deux paysans sont rentrés dans le cloître d’Ittingen en chassant les moines et en détruisant des documents ainsi que des caves à vins. Les tensions religieuses en Thurgovie ont fortement compté dans la guerre de Villmergen (1656) au cours de laquelle Zurich occupe brièvement la Thurgovie. En 1798, le pays devient officiellement un canton faisant partie de la Confédération suisse. Puis en 1803 elle en devient membre.

La constitution cantonale actuelle remonte à 1987.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le lac désigne la frontière avec l'Allemagne.

Le canton est bordé au nord par le lac de Constance et le Rhin. La frontière sud-ouest longe le canton de Zurich et le canton de Saint-Gall se trouve au sud-est.

Le canton est entièrement traversé par la Thur, rivière à laquelle il doit son nom.

Démographie[modifier | modifier le code]

Population[modifier | modifier le code]

Le canton de Thurgovie compte 241 243 habitants en 2008, soit 3,1 % de la population totale de la Suisse ; parmi eux, 49 301 (20,4 %) sont étrangers[9]. La densité de population atteint 243 habitants au km2, supérieure à la moyenne nationale.

Religion[modifier | modifier le code]

Un peu moins de la moitié des habitants du canton revendiquent l'appartenance au protestantisme ; les catholiques romains forment un peu plus du tiers de la population[10].

Le tableau suivant détaille la population du canton suivant la religion, en 2000[10] :

Religion Population  %
Protestants 103 095 45,0
Catholiques romains 81 541 35,6
Communautés islamiques 13 584 5,9
Chrétiens-orthodoxes 3 924 1,7
Catholiques chrétiens 126 0,1
Communauté de confession juive 88 0,0
Aucune appartenance 16 457 7,2
Autre 10 060 4,4
Total 228 875 100

Note : les intitulés des religions sont ceux donnés par l'Office fédéral de la statistique ; les protestants comprennent les communautés néo-apostoliques et les témoins de Jéhovah ; la catégorie "Autres" inclut les personnes ne se prononçant pas.

Langues[modifier | modifier le code]

La langue officielle du canton est l'allemand.

Le tableau suivant détaille la langue principale des habitants du canton en 2000[11] :

Langue Locuteurs  %
Allemand 202 521 88,5
Italien 6 317 2,8
Albanais 5 136 2,2
Langues slaves de l'ex-Yougoslavie 3 588 1,6
Portugais 2 480 1,1
Turc 2 036 0,9
Espagnol 1 387 0,6
Français 948 0,4
Romanche 287 0,1
Autres 4 175 1,8
Total 228 875 100

Districts[modifier | modifier le code]

Les districts du canton de Thurgovie

Le canton de Thurgovie est divisé en cinq districts[12] qui se nomment tous du nom de leur chef-lieu :

Communes[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2009[6], les plus grandes communes du canton sont :

Liste des 80 communes du canton de Thurgovie

Économie[modifier | modifier le code]

Revenu : 9 146 M fr[13].

La moitié de la production nationale de pommes lui vaut le surnom de «Mostindien» (Inde du moût).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b [xls] « Liste officielle des communes de la Suisse - 01.01.2008 », sur Office fédéral de la statistique (consulté le 8 décembre 2008)
  2. (de) « Der Regierungsrat und seine Aufgaben », sur tg.ch (consulté le 11 décembre 2008)
  3. (de) « Der Grosse Rat des Kantons Thurgau », sur tg.ch (consulté le 11 décembre 2008)
  4. « Liste des conseillers aux Etats par canton », sur parlement.ch (consulté le 8 décembre 2008)
  5. « Liste des conseillers nationaux par canton », sur parlement.ch (consulté le 8 décembre 2008)
  6. a et b « Bilan de la population résidante permanente (total) selon les districts et les communes, en 2009 », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 1er septembre 2010).
  7. [xls] « Les points culminants des cantons suisses », sur Office fédéral de la statistique (consulté le 8 décembre 2008)
  8. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)
  9. [PDF] « Wohnbevölkerung der Thurgauer Gemeinden am 31. Dezember 2008 nach Nationalität », sur Dienststelle für Statistik des Kantons Thurgau (consulté le 28 juillet 2009)
  10. a et b « Religions », Office fédéral de la statistique,‎ 2008 (consulté en 25/11/2008)
  11. « Langues », Office fédéral de la statistique,‎ 2008 (consulté en 25/11/2008)
  12. Répertoire officiel des communes de Suisse - Mutations 2010 OFS, décembre 2010
  13. Office fédéral de la statistique

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]