Le Désir attrapé par la queue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Désir attrapé par la queue
Auteur Pablo Picasso
Genre théâtre surréaliste
Pays d'origine Drapeau de la France France
Lieu de parution Paris
Éditeur éditions Gallimard
Collection Métamorphoses
Date de parution 1945
Couverture Pablo Picasso
ISBN 2-07-074164-8
Date de la 1re représentation
Metteur en scène Jean-Jacques Lebel et Allan Zion
Lieu de la 1re représentation Festival de la Libre expression à Saint-Tropez

Le Désir attrapé par la queue est une pièce de théâtre en six actes de Pablo Picasso écrite dans un style surréaliste en seulement quatre jours du 14 janvier au [1] à Paris et créée pour la première fois en juillet 1967 lors du festival de la Libre expression à Saint-Tropez.

Historique[modifier | modifier le code]

Durant la Seconde Guerre mondiale, Picasso entreprend d'écrire une pièce de théâtre au début de l'année 1941, dans un Paris occupé et en butte aux restrictions alimentaires. Picasso, quel que soit le support, travaille en général très rapidement jusqu'à réaliser plusieurs toiles quotidiennement ; l'écriture de cette pièce ne lui prend donc que trois jours de janvier 1941. Avec ses amis parisiens, qu'il convie à un festin purement verbal, Picasso en fera une première lecture le [2] dans le salon des Leiris avec Simone de Beauvoir, Zanie Campan, Germaine Hugnet, Louise Leiris, Jean Aubier, Michel Leiris, Jean-Paul Sartre, Raymond Queneau, et Dora Maar dans les principaux rôles[3],[4] dans une mise en scène d'Albert Camus[5]. Parmi l'assistance se trouvent notamment Jacques Lacan, Cécile Éluard, Jean-Louis Barrault, Georges Bataille, Sylvia Bataille, Georges Braque, Maria Casarès, Valentine Hugo, Henri Michaux, et Pierre Reverdy et ainsi que Claude Simon[6] qui en fera une description pleine d'ironie dans son roman Le Jardin des plantes (1997). Cette lecture faite par une telle troupe resta comme un moment mémorable dans le Paris littéraire occupé[4]. Quelques mois plus tard, Picasso réunit le ces mêmes personnes chez lui, rue des Grands-Augustins, pour les remercier et fait immortaliser le moment par Brassaï dans une photographie qui restera particulièrement célèbre[5].

Des lectures furent également faites après la guerre à Londres en 1949 notamment par Dylan Thomas[7] ainsi qu'à New York au Living Theatre en . La pièce sera finalement créée en à Saint-Tropez lors du festival de la Libre expression. Sous la direction de Jean-Jacques Lebel et Allan Zion, la distribution des rôles principaux était assurée par Rita Renoir (en remplacement de Bernadette Lafont initialement prévue), Jacques Seiler, László Szabó, Taylor Mead, Ultra Violet, Jacques Blot, Michèle Lemonnier, Marnie Cabanetos et Dort Alae. Les décors furent créés par Allan Zion et René Richetin et les costumes par Quasar Khanh.

Personnages et livret[modifier | modifier le code]

Dans un style totalement surréaliste, se retrouvent dans un hôtel le soir du mardi [8], Le Gros Pied, L'Oignon, La Tarte, Sa cousine, Le Bout rond, Les Deux Toutous, Le Silence, L'Angoisse grasse, L'Angoisse maigre, Les Rideaux. Tous ces convives ne sont occupés que par trois choses : la faim, le froid et l'amour.

Le livret, écrit parfois sous le principe de l'écriture automatique[9] chère aux surréalistes, utilise tour à tour l'esprit rabelaisien, des images évocatrices sur le ton de l'humour. Raymond Queneau remarquera les très rares références directes à la peinture avec une seule allusion aux Demoiselles d'Avignon « qui ont déjà trente-trois longues années de rente... », mais l'utilisation toutefois d'un langage appartenant aux champs sémantiques de la peinture et de la sculpture[10].

Distribution à la création[modifier | modifier le code]

La première lecture du Désir attrapé par la queue, le , est animée par Albert Camus, Picasso se contentant d'en être spectateur. Les rôles sont tenus par[5] :

Éditions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Picasso par Roland Penrose (1958), collection Champs chez Flammarion no 607 p.394-398.
  2. La date généralement admise est celle du 19 mars, selon Penrose notamment. Cependant, une incertitude existe, notamment selon Simone de Beauvoir qui déclare que la lecture s'est faite « peu de temps après le 26 février. » (in Simone de Beauvoir, La Force de l'âge, Gallimard, 1966, p.583)
  3. Pablo Picasso, Le Désir attrapé par la queue, Paris, éditions Gallimard, 1989, p.7-8 (ISBN 2-07-074164-8)
  4. a et b Penrose, Op. cit. p.398.
  5. a, b et c Répétition du Désir attrapé par la queue chez Picasso légende de la photo de Brassaï du dans les collections de la Bibliothèque nationale de France
  6. Chronologie biographique de Claude Simon dans Claude Simon - Œuvres complètes vol.2, Bibliothèque de la Pléiade, éditions Gallimard, 2013, (ISBN 978-2-07-011912-7), p. XXXVI.
  7. Penrose, Op. cit. p.399.
  8. Picasso, ibid p.9
  9. Picasso par Isabelle de Maison Rouge, éditions Le Cavalier Bleu, vol. 96 coll. « Idées reçues », 2005, (ISBN 9782846701082), p.55
  10. Raymond Queneau, Une belle surprise, dans les Cahiers d'art, Paris, 1940-1944