Siméon II (roi de Bulgarie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Siméon II de Bulgarie)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Siméon et Siméon Ier de Bulgarie.
Siméon II
Симеон II

Simeon Sakskoburggotski
Симеон Сакскобургготски
Simeon Sakskoburggotski, l'ex-roi Siméon II, en 2005.
Simeon Sakskoburggotski, l'ex-roi Siméon II, en 2005.
Titre
7e Premier ministre bulgare
(61e chef du gouvernement)

(4 ans et 24 jours)
Président Petar Stoyanov
Gueorgui Parvanov
Gouvernement 85e
Législature 39e
Coalition NDSV-DPS
Prédécesseur Ivan Kostov
Successeur Sergueï Stanichev
Prétendant au trône de Bulgarie
En fonction depuis le
(68 ans 10 mois et 10 jours)
Prédécesseur Lui-même (roi des Bulgares)
3e roi des Bulgares

(3 ans et 18 jours)
Régent Kiril, prince de Preslav (1943-1945)
Président du Conseil Bogdan Filov
Petăr Gavroski (intérim)
Dobri Boščilov
Ivan Bagrianov
Konstantin Muraviev
Kimon Georgiev
Prédécesseur Boris III
Successeur Lui-même (prétendant au trône, abolition de la monarchie)
Vassil Kolarov (président de la présidence provisoire de la République populaire de Bulgarie)
Prince héritier de Bulgarie

(6 ans 2 mois et 12 jours)
Monarque Boris III
Prédécesseur Kiril, prince de Preslav
Successeur Kiril, prince de Preslav
Biographie
Dynastie Maison de Saxe-Cobourg et Gotha
Nom de naissance Simeon Borissov Sakskobourggotski
Date de naissance (78 ans)
Lieu de naissance Sofia (Bulgarie)
Parti politique NDSV
Père Boris III
Mère Giovanna di Savoia
Conjoint Margarita Gómez-Acebo
Enfant(s) Prince Kardam Sakskoburggotski,
prince de Tarnovo
Prince Kiril Sakskoburggotski,
prince de Preslav
Prince Kubrat Sakskoburggotski,
prince de Panagyurichté
Prince Konstantin Sakskoburggotski,
prince de Vidine
Princesse Kalina Sakskoburggotski
Héritier Kiril de Bulgarie, prince de Preslav (1943-1945)
Kardam, prince de Tarnovo
(1962-2015)
Boris
(2015-)

Signature

Siméon II (roi de Bulgarie) Siméon II (roi de Bulgarie)
Monarques de Bulgarie
Chefs du gouvernement bulgare

Siméon II de Bulgarie (Симеон Борисов Сакскобургготски, en bulgare), né Siméon de Saxe-Cobourg-Gotha, le à Sofia (Bulgarie), est le dernier roi (« tsar ») des Bulgares et aujourd'hui un homme d'affaires et homme politique bulgare. Il régna de 1943 à 1946 sous le nom de Siméon II (Симеон II en bulgare). Il est le fils de Boris III (1894-1943), roi des Bulgares de 1917 à 1943, et de la reine, née princesse Jeanne de Savoie (1907-2000).

Après la chute de la monarchie, il vit en exil pendant cinquante ans avant de faire son retour en Bulgarie en 1996. Cinq ans plus tard, à la tête du Mouvement national Siméon II (NDSV), il remporte les élections législatives et devient alors Premier ministre. Il est ainsi le seul monarque de l'histoire à avoir retrouvé un pouvoir politique à travers une élection démocratique dans une fonction différente.

Après le recul du NDSV aux élections législatives de 2005, il est contraint de céder le pouvoir au socialiste Sergueï Stanichev, son parti restant cependant au gouvernement. Le NDSV (rebaptisé en 2007 Mouvement national pour la stabilité et le progrès) ayant subi une déroute lors des législatives de 2009, il en abandonne la présidence et se place en retrait de la politique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Roi à six ans[modifier | modifier le code]

En 1943, après la mort soudaine de son père, Simeon devient, à l'âge de six ans, le souverain du Royaume de Bulgarie. La régence est dévolue à son oncle paternel, le prince Cyrille de Bulgarie (1895-1945), prince de Preslav, qui devient dès lors son héritier (Siméon n'ayant alors ni enfant, ni frère).

Après l'entrée des troupes de l'URSS sur le territoire bulgare, un coup d'État donne le pouvoir au Front patriotique, une alliance politique incluant le Parti communiste bulgare. Le , le prince Kiril est exécuté, ainsi que plusieurs membres du gouvernement qu'il avait nommés. Le jeune Simeon est toutefois autorisé à demeurer provisoirement sur le trône, la « menace » que cet enfant représentait pour le nouveau régime apparaissant à ce moment-là assez faible.

En 1946, un référendum est organisé pour abolir la monarchie, au profit du régime communiste de la République populaire de Bulgarie. La famille royale choisit de fuir le pays plutôt que de voir Simeon abdiquer[1] .

L'exil[modifier | modifier le code]

La famille royale se réfugie en Égypte puis s'installe à Madrid, en Espagne, où Simeon étudie le droit et l'administration d'entreprises et devient un homme d'affaires prospère.

En 1996, il retourne pour la première fois dans son pays natal, où il est acclamé malgré une maîtrise certaine mais néanmoins imparfaite de la langue bulgare. En 2001, Simeon revient à nouveau en Bulgarie, où il est accueilli triomphalement par de nombreux sympathisants.

Premier ministre[modifier | modifier le code]

En 2001, il prend la présidence du Mouvement national Siméon II (NDSV), une formation centriste et libérale.

Aux élections législatives du 17 juin 2001, le parti remporte 42,7 % des voix et 120 députés sur 240 à l'Assemblée nationale. Ayant trouvé un accord de coalition avec le Mouvement des droits et libertés (DPS), Siméon de Bulgarie est nommé Premier ministre le 24 juillet suivant[1], par le président de la République, Petar Stoyanov, et forme un gouvernement de seize ministres.

Malgré ce succès, le NDSV ne présente aucun candidat à l'élection présidentielle qui se tient à la fin de l'année et voit la victoire du socialiste Gueorgui Parvanov sur le sortant Stoyanov. Une ère de cohabitation s'ouvre alors à la tête de l'État.

Retrait progressif du pouvoir[modifier | modifier le code]

Candidat à sa propre succession lors des élections législatives du 25 juin 2005, il subit un important revers avec 19,9 % des suffrages et 53 sièges[1]. Cependant, le dirigeant socialiste Sergueï Stanichev, vainqueur du scrutin, ne peut gouverner avec le seul DPS et fait donc appel au NDSV afin de former un gouvernement de « troisième voie ». Simeon lui cède le pouvoir le 17 août suivant et reçoit le titre honorifique de président du conseil de la coalition gouvernementale formée par le NDSV, le DPS et le Parti socialiste bulgare.

Lors des élections législatives du 5 juillet 2009, sa formation, rebaptisée Mouvement national pour la stabilité et le progrès, s'effondre complètement avec seulement 3 % des voix, soit un point de moins que le seuil minimal pour rentrer à l'Assemblée. Il en tire les conséquences et démissionne, dès le lendemain, de la présidence du NDSV.

Un monarchiste timide[modifier | modifier le code]

Il est resté timide quant à une éventuelle restauration de la monarchie en Bulgarie en disant que c'est au peuple d'en décider. N'ayant jamais officiellement abdiqué, il prétend toujours à son titre royal. Selon les médias, il est désigné alternativement par son nom de règne ou par son état civil officiel.

Union et descendance[modifier | modifier le code]

Le roi Siméon II a épousé, le 21 janvier 1962 à Vevey, (Suisse), Margarita Gómez-Acebo, née le 6 janvier 1935 à Madrid, fille de Manuel Gómez-Acebo (1889-1936) et de Mercedes Cejuela.

De cette union sont nés cinq enfants[2], dont les prénoms usuels commencent tous par la lettre K, et tous mariés avec des Espagnols :

  1. S.A.R. le prince Kardam de Bulgarie, prince héritier, prince de Tarnovo, duc de Saxe (2 décembre 1962, Madrid - .) Le 7 septembre 2008, il est victime d'un grave accident de la circulation à Madrid[3]. Il était marié à Miriam de Ungría y López et père de deux enfants :
    1. S.A.R. le prince Boris de Bulgarie, (1997), prince héritier, prince de Tarnovo, duc de Saxe
    2. S.A.R. le prince Beltrán de Bulgarie (1999), duc de Saxe
  2. S.A.R. le prince Kiril, prince de Preslav, duc de Saxe, né le 11 juillet 1964 à Madrid, marié à Rosario Nadal y Fuster-Puigdorfila et père de trois enfants :
    1. S.A.R. la princesse Mafalda de Preslav (1994)
    2. S.A.R. la princesse Olimpia de Preslav (1995)
    3. S.A.R. le prince Tassilo de Preslav (2002), duc de Saxe
  3. S.A.R. le prince Kubrat de Bulgarie[4], prince de Panagyurichté, duc de Saxe, né le 5 novembre 1965 à Madrid, marié à Carla Soledad Royo-Villanova y Urrestarazu et père de trois enfants :
    1. S.A.R. le prince Mirko de Panagyurichté (1995), duc de Saxe
    2. S.A.R. le prince Lukás de Panagyurichté (1997), duc de Saxe
    3. S.A.R. le prince Tirso de Panagyurichté (2002), duc de Saxe
  4. S.A.R. le prince Konstantin Asen de Bulgarie, prince de Vidine, duc de Saxe, né le 5 décembre 1967 à Madrid, marié à María García de la Rasilla y Cortázar et père de deux enfants :
    1. S.A.R. le prince Umberto de Vidine (1999), duc de Saxe
    2. S.A.R. la princesse Sofía de Vidine (1999)
  5. S.A.R. la princesse Kalina de Bulgarie, duchesse de Saxe, née le 19 janvier 1972 à Madrid, mariée en décembre 2002 à Kitín Muñoz et mère d'un enfant :
    1. Simeón Muñoz y Sajonia-Coburgo (2007), prince de Bulgarie

La reine Margarita est cousine germaine de Luis Gómez-Acebo, duc de Badajoz, époux de l'infante María del Pilar, sœur aînée du roi Juan Carlos Ier d'Espagne.

Le roi Siméon et la reine Margarita sont connus pour être des amis proches du couple royal espagnol.

Sur proposition de Jean-Paul Carteron, président-fondateur du Forum de Crans Montana, le roi Siméon se voit décerner en juin 2008 le prix de la Fondation décerné par Jacques Barrot, vice-président de la Commission européenne, et Federico Mayor, coprésident du Haut-Panel des Nations unies pour l'Alliance des civilisations.

Décorations[modifier | modifier le code]

Décorations bulgares[modifier | modifier le code]

Ord.Cyril&Methodius-Kingdom-ribbon.gif MilitaryOrderBravery-Ribbon.gif Пластина на орден „Св. Александръ“.jpg Bg1ocm.png Пластина на „Орден за Военна Заслуга“.jpg Stara Planina (Bulgarie) - 1re classe
  • Grand-croix de l'Ordre de Saints-Cyrille-et-Méthode
  • Grand-croix de l'Ordre de la Bravoure
  • Grand-croix de l'Ordre de Saint-Alexandre
  • Grand-croix de l'Ordre du Courage et du Mérite civils
  • Grand-croix de l'Ordre du Courage et du Mérite militaires
    • Grand maître de ces 5 ordres dynastiques
  • Médaille de 1re classe de l'Ordre de Stara Planina

Décorations étrangères[modifier | modifier le code]

BEL Order of Leopold II - Grand Cross BAR.png Order of the Golden Fleece Rib.gif ESP Charles III Order GC.svg Legion Honneur GC ribbon.svg GRE Order Redeemer 1Class.png Order of the Most Holy Annunciation BAR.svg Sacro Militare Ordine Costantiniano di San Giorgio.png
IT TSic Order Santo Gennaro BAR.svg Order of Independence Jordan.svg OESSG Cavaliere di Gran Croce BAR.jpg
Drapeau de la Belgique Belgique
Drapeau de l'Espagne Espagne
Drapeau de la France France
Drapeau de la Grèce Grèce
Drapeau de l'Italie Italie
Drapeau de la Jordanie Jordanie
  • Grand-croix de l'Ordre de l'Indépendance
Drapeau du Vatican Vatican
  • Grand-croix de l'Ordre équestre su Saint-Sépulcre de Jérusalem

Divers[modifier | modifier le code]

SMOM-gcs.svg

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (es) Ramon Perez-Maura, El rey posible: Simeon de Bulgaria, Belacqua, Madrid, 2002 (ISBN 8495894238)
  • Siméon II de Bulgarie, Sébastien de Courtois, Un destin singulier, Flammarion, 2014 (ISBN 9782081314672)

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c http://www.nouvelle-europe.eu/simeon-ii-le-tzar-premier-ministre
  2. Nés et élevés à Madrid, ils portent, en Espagne, le patronyme Sajonia-Coburgo (Saxe-Cobourg en espagnol).
  3. Des nouvelles de la santé du prince Kardam de Bulgarie sur le site Gotha.fr de Stéphane Bern
  4. Site du docteur Kubrat Sajonia-Coburgo, chirurgien de l'appareil digestif à la clinique San Camilo, à Madrid.

Liens externes[modifier | modifier le code]