Jeanne de Savoie (1907-2000)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jeanne de Savoie (homonymie).
Jeanne de Savoie
La reine Jeanne de Bulgarie, 1937.
La reine Jeanne de Bulgarie, 1937.

Titre Reine consort de Bulgarie
Autre titre Princesse d'Italie
Prédécesseur Marie-Louise de Bourbon-Parme
Successeur Margarita Gómez-Acebo y Cejuela (titulaire)
Biographie
Dynastie Maison de Savoie
Nom de naissance Giovanna Elisabetta Antonia Romana Maria di Savoia
Naissance 13 novembre 1907
Flag of Italy (1861-1946).svg Rome (Italie)
Décès 26 février 2000 (à 92 ans)
Drapeau du Portugal Estoril (Portugal)
Père Victor-Emmanuel III d'Italie
Mère Hélène de Monténégro
Conjoint Boris III de Bulgarie
Enfants Marie-Louise de Bulgarie,
Simeon II de Bulgarie

Jeanne de Savoie, Jeanne d'Italie ou Jeanne de Bulgarie (en bulgare : Йоанна Савойска / Ioanna Savoiska et en italien : Giovanna di Savoia), princesse d'Italie puis, par son mariage, reine (ou tsarine) de Bulgarie est née le 13 novembre 1907 à Rome, en Italie, et décédée le 26 février 2000 à Estoril, au Portugal. Épouse du roi Boris III, elle est la dernière souveraine de Bulgarie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Troisième fille du roi Victor-Emmanuel III d'Italie et de son épouse la princesse Hélène de Monténégro, Jeanne est élevée dans le but d’être mariée à des fins dynastiques. Elle épouse catholiquement, en octobre 1930, le tsar orthodoxe Boris III de Bulgarie ; puis, deux semaines plus tard, a lieu à Sofia, une deuxième cérémonie, orthodoxe cette fois-ci, qui provoque un mécontentement vigoureux de la part de l’Église catholique. Le couple a deux enfants, Marie-Louise en janvier 1933 et Siméon en 1937, qui sont tous deux baptisés selon le rite orthodoxe.

Bien acceptée par la population bulgare, en partie en raison de ses origines maternelles slaves, la reine Jeanne participe à de nombreuses œuvres de charité et finance, entre autres, un hôpital pour enfants. Puis, lorsque Boris III se range auprès de l’Allemagne nazie pendant la Seconde Guerre mondiale, Jeanne délivre des visas à un certain nombre de Juifs pour leur permettre de se réfugier en Argentine.

Mais en août 1943, Boris III meurt de façon mystérieuse après une entrevue houleuse avec Hitler ; le jeune Siméon monte alors sur le trône et une régence est assumée par le prince Cyrille, frère cadet de Boris. Cependant, l’année suivante, l’Union soviétique envahit le pays et abolit, deux ans plus tard, la monarchie. Jeanne et ses deux enfants se réfugient alors en Égypte puis en Espagne et, à partir de 1976, au Portugal.

Néanmoins, après la chute du communisme en Bulgarie, Ioanna retourne brièvement dans son pays pour se recueillir sur la tombe de son mari, à Rila.

Elle décède le 26 février 2000 à Estoril au Portugal. Ses restes reposent en la Basilique Saint-François d'Assise, en Italie où avaient été célébrées ses noces.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Mémoires de la reine[modifier | modifier le code]

  • (it) Giovanna di Bulgaria, Memorie, Rizzoli, Milan, 1964.

Biographies de la reine[modifier | modifier le code]

  • (en) Liubka Taseva et Ivaylo Shalaf, Giovanna of Bulgaria - the Queen of Compassion, 2011
  • (it) Cristina Siccardi, Giovanna di Savoia. Dagli splendori della reggia alle amarezze dell'esilio, Paoline Editoriale Libri, Milan, 2001.
  • (en) Ivaylo Schalafof et Liubka Tasseva, Giovanna of Bulgaria, The Queen of Charity, INS LTD, Sofia, 2010.