Georges Ier Terter

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Georges Ier.

Georges Ier Terter (bulgare : Георги Тертер I) fut tsar de Bulgarie de 1280 à 1292. Sa date de naissance est inconnue, et il meurt en 1308/9.

Biographie[modifier | modifier le code]

La Bulgarie à la fin du XIIIe siècle

Georges Terter était un boyard bulgare issu d’une famille d’origine coumane implantée dans le pays. Il est élu tsar par ses pairs qui refusent de reconnaître le roi Ivan Asen III son beau-frère qui était imposé par l’empereur Michel VIII Paléologue.

Le nouveau tsar adopte une politique anti byzantine et soutient Charles d’Anjou dans son offensive contre l’empire byzantin. Mais lorsque son allier qui rencontre de graves difficultés en Italie se retire des Balkans, le roi de Bulgarie doit dans un premier temps pour assurer la paix avec les Serbes, céder le nord de la Macédoine et donner sa fille aînée comme épouse au roi à Stefan Uroš II Milutin.

En 1284 il signe un traité de paix avec Constantinople ce qui permet le retour de son fils Théodore Svetoslav qui était retenu comme otage.

L’année suivante la Bulgarie doit faire face à un retour offensif des Mongols qui envahissent de nouveau le pays. Georges Ier Terter doit se reconnaitre leur vassal, donner sa seconde fille comme épouse au fils de Nogaï et envoyer son fils Théodore Svetoslav comme otage cette fois ci à la cour du Khan. L’impuissance de Georges Ier Terter provoque le démembrement du pays car plusieurs boyards se proclament indépendants.

En 1291 lors d’une nouvelle attaque des mongols le roi Georges Ier qui avait en fait perdu le contrôle de son pays, se réfugie à Constantinople. Par peur des Mongols les grecs l’emprisonnent. Vers 1300 il sera échangé contre des nobles byzantins captifs par son fils Théodore Svetoslav.

On ignore la date de son décès.

Famille et descendance[modifier | modifier le code]

Georges Ier Terter avait épousé Keramarija une fille du roi Mitzo Asên. Toutefois ses trois enfants sont nés d'une autre épouse inconnue.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Dimitrina Aslanian Histoire de la Bulgarie, de l'antiquité à nos jours. Trimontium, 2004 (ISBN 2951994613).