Sergueï Stanichev

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sergueï Stanichev
Сергей Станишев
Sergueï Stanichev, en 2009.
Sergueï Stanichev, en 2009.
Fonctions
Président du Parti socialiste européen
En fonction depuis le 24 novembre 2011
Prédécesseur Poul Nyrup Rasmussen
Président du Parti socialiste bulgare
En fonction depuis le 15 décembre 2001
Prédécesseur Gueorgui Parvanov
Député européen
En fonction depuis le 25 mai 2014
Élection Élections européennes de 2014
Groupe politique S&D
8e Premier ministre bulgare
(62e chef du gouvernement)
17 août 200527 juillet 2009
(&&&&&&&&&&&014403 ans, 11 mois et 10 jours)
Président Gueorgui Parvanov
Gouvernement 86e
Législature 40e
Coalition KZB-NDSV-DPS
Prédécesseur Simeon Sakskoburggotski
Successeur Boïko Borissov
Biographie
Nom de naissance Sergueï Dmitrievitch Stanichev
Date de naissance 5 mai 1966 (48 ans)
Lieu de naissance Kherson, RSS d'Ukraine
URSS
Nationalité Bulgare
Parti politique Parti socialiste bulgare
PSE
Diplômé de Université d'État de Moscou
Profession Universitaire

Sergueï Stanichev
Chefs du gouvernement bulgare

Sergueï Dmitrievitch Stanichev (Сергей Дмитриевич Станишев en bulgare), né le 5 mai 1966 à Kherson, est un homme politique bulgare, membre du Parti socialiste bulgare (BSP).

Après une carrière d'universitaire en Russie et au Royaume-Uni, il s'installe en Bulgarie en 2000. Devenu, un an plus tard, président du BSP, il remporte les élections législatives de 2005 avec une majorité relative et est investi Premier ministre, grâce à une coalition avec les libéraux et le parti de la minorité turque.

Sa défaite aux élections législatives de 2009 le renvoie dans l'opposition, mais il conserve la présidence du Parti socialiste. En 2011, il accède même à celle du Parti socialiste européen (PSE).

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

En 1994, Stanichev obtient son doctorat d'histoire de la faculté d'histoire de l'Université d'État de Moscou. Il poursuit sa carrière universitaire dans les sciences politiques, d'abord à Moscou, puis à Londres.

Ascension fulgurante en Bulgarie[modifier | modifier le code]

En 2000, il s'installe plus durablement en Bulgarie et entame une ascension fulgurante : il rentre rapidement au conseil suprême du PSB, au bureau exécutif et au secrétariat international du parti en mai. En juin 2001, il est élu député au Parlement bulgare pour la ville de Ruse et en décembre il accède à la présidence du PSB et à la présidence du groupe parlementaire Coalition pour la Bulgarie (KZB).

Stanichev n'a jamais caché son soutien à la politique d'adhésion de la Bulgarie à l'Union européenne et a promis, en cas de victoire, de continuer sur les pas de son prédécesseur Simeon Sakskoburggotski. Depuis avril 2004, Stanichev est membre de la présidence du Parti socialiste européen.

Élections de 2005 et arrivée au pouvoir[modifier | modifier le code]

En tant que chef du PSB, il conduit la KZB aux élections législatives du 25 juin 2005, l'alliance se classant en tête avec 31 % des voix et 82 députés, lui-même étant élu à Sofia. Il s'allie alors avec le parti turc du Mouvement des droits et des libertés (DPS), mais la coalition ainsi formée ne compte que 116 sièges sur 240.

Ainsi le 27 juillet, Stanichev réussit à être investi Premier ministre par l'Assemblée nationale, par 120 voix contre 119, mais son gouvernement est rejeté par 119 voix contre 117.

Il élargit alors son cabinet au Mouvement national Siméon II (NDSV), jusqu'alors au pouvoir, et dispose d'une forte majorité absolue de 169 élus, soit 70 % des sièges. Il remporte l'investiture de l'Assemblée le 17 août suivant.

À la suite la publication, en février 2006, par trois quotidiens bulgares des caricatures de Mahomet, Serguei Stanichev appelle les médias de son pays à « respecter » les sentiments des musulmans tout en jugeant « inacceptables » les manifestations de violence[1].

Défaite de 2009[modifier | modifier le code]

Candidat à sa propre succession lors des élections législatives du 5 juillet 2009, il conduit à nouveau la Coalition pour la Bulgarie, qui n'obtient cette fois que 17 % des suffrages exprimés et 40 élus, tandis que le nouveau parti de centre-droit Citoyens pour le développement européen de la Bulgarie (GERB) remporte 39,7 % des voix et 116 sièges. Le 27 juillet suivant, il est remplacé à la tête du gouvernement par Boïko Borissov, mais conserve la direction du PSB.

Le 24 novembre 2011, il est élu président du Parti socialiste européen (PSE), remplaçant le Danois Poul Nyrup Rasmussen.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le Nouvel Observateur du 6 février 2006

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]