Saint-Lubin-de-la-Haye

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Saint-Lubin
Saint-Lubin-de-la-Haye
Carte de Saint-Lubin-de-la-Haye et des communes limitrophes.
Carte de Saint-Lubin-de-la-Haye et des communes limitrophes.
Blason de Saint-Lubin-de-la-Haye
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre
Département Eure-et-Loir
Arrondissement Dreux
Canton Anet
Intercommunalité Pays Houdanais
Maire
Mandat
Philippe Sandrin
2014-2020
Code postal 28410
Code commune 28347
Démographie
Population
municipale
904 hab. (2011)
Densité 63 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 49′ 12″ N 1° 34′ 20″ E / 48.82, 1.5722222222248° 49′ 12″ Nord 1° 34′ 20″ Est / 48.82, 1.57222222222  
Altitude Min. 79 m – Max. 136 m
Superficie 14,32 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Lubin-de-la-Haye

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Lubin-de-la-Haye
Liens
Site web http://cc-payshoudanais.fr/

Saint-Lubin-de-la-Haye est une commune française située dans le département d'Eure-et-Loir en région Centre.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situé à la lisière du département de l'Eure-et-Loir et frontalier avec celui des Yvelines, Saint-Lubin-de-la-Haye, à l'instar des autres communes de l'arrondissement de Dreux, a décidé en janvier 2002 son rattachement à la CCPH (Communauté de communes du pays Houdanais). Cette adhésion a été effective le 1er janvier 2003.

La commune de Saint-Lubin-de-la-Haye est séparée en deux par la Vesgre : Saint-Lubin village d'une part, et La Haye d'autre part, qui sont les 2 bourgs principaux, concentrant respectivement 36 % et 23 % de la population. Les autres habitants sont répartis sur plusieurs hameaux : les Branloires, Richeville, le Coudray, le Méziard, le Cornet, le Gué Maimbré, les Bahuts, Biennouvienne et les Friches.

Au dernier recensement, on comptait 791 habitants, sur une superficie de 1 431 hectares dont les espaces agricoles (11 exploitations) occupent une grande partie, sauvegardant le caractère du village auquel ses habitants, les Léobiniens, sont très attachés.

Histoire[modifier | modifier le code]

On trouve traces de civilisation néolithique dans la région[1]. Toutefois, les vestiges et les ruines les plus anciens retrouvés sur le territoire de Saint-Lubin datent de l'époque gallo-romaine. Le peuplement de la commune s'est effectué à l'époque franque, vers le VIe siècle.

Saint-Lubin doit son nom actuel à son église, édifiée au XIIe siècle. Ce n'est que beaucoup plus tard, en 1790, que le hameau de la Haye est rattaché à Saint-Lubin, donnant ainsi le nom de Saint-Lubin-de-la-Haye à la commune.

En fait, le village est né de la conjonction des seigneurs féodaux de Richebourg, vassaux des Monfort, et de l'abbaye d'Ivry en 1071. La population de la commune, qui était de 200 habitants au XIIIe siècle, passe de 600 au XVIIIe siècle, pour atteindre 800 habitants au XIXe siècle et n'a cessé de décroître depuis lors : 600 en 1900, et 400 au recensement de 1968.

Cette dernière période est celle de l'expansion des résidences secondaires qui abritaient 300 habitants.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Saint-Lubin-de-la-Haye

Les armes de la commune de Saint-Lubin-de-la-Haye se blasonnent ainsi :
chevronné de gueules et d'or de six pièces, à l'écusson brochant du même chargé d'une couleuvre ondoyante d'azur posée en pal

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires à partir de 1945
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1989 Pierre Gallot    
1989 2001 Jean-Pierre Richard    
2001   Philippe Sandrin    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 904 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
575 675 672 705 752 753 775 760 800
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
732 715 702 680 650 658 652 631 616
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
607 570 572 526 536 531 492 493 415
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
361 392 432 559 630 786 905 917 903
2011 - - - - - - - -
904 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Chapelle Saint-Sulpice[modifier | modifier le code]

 Inscrit MH (1964)[4].

La chapelle Saint-Sulpice-de-la-Haye a été fondée au XIIe siècle par les moines bénédictins de l'abbaye d'Ivry, non loin de la Vesgre. Elle est inscrite à l'inventaire des monuments historiques en 1964. Cette magnifique chapelle a connu de nombreuses tentatives de restaurations, notamment de la foudre en 1908. Les réfections sont malheureusement insuffisantes. En 1972, des bénévoles soutenus par le maire sauvent momentanément Saint-Sulpice.

Actuellement, une étude de travaux préalables a été faite et présente clairement le désordre intérieur et extérieur, d'où l'urgence de faire des travaux de clos et de couvert.

Église Saint-Lubin[modifier | modifier le code]

Logo monument historique Classé MH (1967)[5]. Ses époques de construction sont les XIIIe et XVIe siècles.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Le général Louis Pelletier, né en 1754 à Saint-Lubin-de-la-Haye et mort en 1843 à Montpellier, servit de général dans l'armée de Napoléon Ier. Au monument aux morts de La Haye, une plaque commémorative en son nom a été installée. Une rue porte aussi son nom dans le même village.

L'humoriste Dieudonné réside dans cette commune[Informations douteuses].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :