Septeuil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Septeuil
Mairie
Mairie
Blason de Septeuil
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Yvelines
Arrondissement Mantes-la-Jolie
Canton Houdan
Intercommunalité Communauté de communes du pays Houdanais
Maire
Mandat
Dominique Rivière
2014-2020
Code postal 78790
Code commune 78591
Démographie
Gentilé Septeuillais
Population
municipale
2 225 hab. (2011)
Densité 237 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 53′ 36″ N 1° 40′ 56″ E / 48.8933333333, 1.6822222222248° 53′ 36″ Nord 1° 40′ 56″ Est / 48.8933333333, 1.68222222222  
Altitude Min. 52 m – Max. 165 m
Superficie 9,40 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte administrative des Yvelines
City locator 14.svg
Septeuil

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte topographique des Yvelines
City locator 14.svg
Septeuil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Septeuil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Septeuil

Septeuil est une commune française située dans le département des Yvelines en région Île-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Position de Septeuil dans les Yvelines
Locator Dot.png

Situation[modifier | modifier le code]

La commune de Septeuil se trouve à environ 14 kilomètres au sud de Mantes-la-Jolie et environ 16 kilomètres au nord de Houdan dans la vallée du ru de Flexanville au point de confluence avec la Vaucouleurs. Le bourg est construit au creux de la vallée, entre 60 et 70 mètres d'altitude, le territoire communal débordant au sud-est et au sud-ouest sur le plateau agricole du Mantois à 120-140 mètres d'altitude.

Le territoire est très majoritairement (84 %) rural et boisé à environ 25 %, essentiellement en fond de vallée. L'habitat, concentré dans le bourg est principalement constitué d'habitations individuelles.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Hameaux de la commune[modifier | modifier le code]

  • Les Plains, petit lotissement d'environ 20 pavillons
  • Le Pré Saint Wandrille
  • Les Bilheux
  • Les Gredeux
  • La Pierre bât
  • La Tournelle
  • Les Groux
  • Dancourt
  • Les graviers
  • Saint Corentin

Communes voisines[modifier | modifier le code]

Les communes sont au nord-est Arnouville-lès-Mantes, à l'est Saint-Martin-des-Champs, au sud Prunay-le-Temple, au sud-ouest Mulcent, à l'ouest Courgent, au nord-ouest Boinvilliers et au nord Rosay.

Transports et voies de communications[modifier | modifier le code]

Réseau routier[modifier | modifier le code]

Septeuil se trouve au carrefour des routes départementales D 11 et D 983. La première orientée est-ouest la relie à Thoiry à l'est et à Bréval à l'ouest, tandis que la seconde, orientée nord-sud et axe principal de la circulation la relie à Mantes-la-Jolie au nord et à Houdan au sud. La RD 983 a été déviée il y a quelques années pour éviter le centre ville encombré de Septeuil.

Desserte ferroviaire[modifier | modifier le code]

Bus[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les lignes 02, 10, 60, ORGERUS et SMTS de la société de transport Transdev Houdan.

Sentier de randonnée[modifier | modifier le code]

Le sentier de grande randonnée GR 11 (tour de l'Île-de-France) traverse la commune dans sa partie ouest.

Toponymie[modifier | modifier le code]

septum (enceinte).

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Septeuil

Les armes de Septeuil se blasonnent ainsi :
De gueules au pairle d'hermine, au chef d'azur chargé de trois fleurs de lys d'or.

Historique[modifier | modifier le code]

  • Un sanctuaire de sources (nymphée) d'époque gallo-romaine (Ier siècle) a été découvert à Septeuil[1]. Il est lié au culte de l'eau. Il a été remplacé au IVe siècle par un sanctuaire dédié au dieu Mithra.
  • Une ancienne abbaye bénédictine a été fondée par Philippe Auguste, l'Abbaye Saint-Corentin-lès-Mantes en 1201; elle a disparu à la Révolution pour laisser place à un château construit au XIXe siècle. Dans cette Abbaye était enterrée Agnès de Méranie troisième épouse du Roi Philippe II de France.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Les maires de Septeuil[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2008 Yves Gouëbault[2]    
mars 2008 2014 Yves Gouëbault[3]    
Les données manquantes sont à compléter.

Instances administratives et judiciaires[modifier | modifier le code]

La commune de Septeuil appartient au canton de Houdan et est rattachée à la communauté de communes du pays Houdanais.

Sur le plan électoral, la commune est rattachée à la neuvième circonscription des Yvelines, circonscription à dominante rurale du nord-ouest des Yvelines, dont le député est Jean-Marie Tétart (UMP).

Au plan judiciaire, Septeuil fait partie de la juridiction d’instance de Mantes-la-Jolie et, comme toutes les communes des Yvelines, dépend du tribunal de grande instance ainsi que de tribunal de commerce sis à Versailles[4],[5].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 225 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 050 1 728 1 109 1 141 1 304 1 296 1 398 1 315 1 208
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 200 1 173 1 130 1 050 987 937 912 915 888
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
905 937 943 867 898 998 1 034 1 088 1 012
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
1 121 1 135 1 543 1 813 1 945 2 046 2 073 2 225 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (22,5 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52,9 %) est supérieur au taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 47,1 % d’hommes (0 à 14 ans = 21,3 %, 15 à 29 ans = 12,6 %, 30 à 44 ans = 25,4 %, 45 à 59 ans = 21,5 %, plus de 60 ans = 19,2 %) ;
  • 52,9 % de femmes (0 à 14 ans = 19,4 %, 15 à 29 ans = 13,6 %, 30 à 44 ans = 20,6 %, 45 à 59 ans = 20,9 %, plus de 60 ans = 25,5 %).
Pyramide des âges à Septeuil en 2007 en pourcentage[8]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,5 
90  ans ou +
1,5 
4,2 
75 à 89 ans
9,9 
14,5 
60 à 74 ans
14,1 
21,5 
45 à 59 ans
20,9 
25,4 
30 à 44 ans
20,6 
12,6 
15 à 29 ans
13,6 
21,3 
0 à 14 ans
19,4 
Pyramide des âges du département des Yvelines en 2007 en pourcentage[9]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
0,9 
4,3 
75 à 89 ans
6,6 
11,2 
60 à 74 ans
11,6 
20,3 
45 à 59 ans
20,7 
22,1 
30 à 44 ans
21,5 
19,9 
15 à 29 ans
18,9 
21,9 
0 à 14 ans
19,8 

Économie[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Pont ancien sur le ru de Flexanville
  • Château de Septeuil
  • Église Saint-Nicolas : ancienne chapelle du XIIIe siècle transformée au XIXe.
  • Ancien pont sur la Flexanville emprunté autrefois par une voie romaine au sud du village.
  • Nymphée gallo-romain : site archéologique situé au confluent de la Flexanville et de la Vaucouleurs, fouillé dans les années 1980.
  • Ancienne abbaye de Saint-Corentin détruite pendant la Révolution.

Particularité[modifier | modifier le code]

La dictée des Bourses Nationales, de 1931, a été tirée d'un texte de Georges Duhamel : La petite Patrie. Nous passions à Septeuil des vacances qui, d'aventure pouvaient durer[10]...

Activités festives[modifier | modifier le code]

COMi7, Comité des Fêtes de Septeuil, créé en 2010, compte aujourd’hui plus de 25 membres. Chaque année, l'association organise une dizaine d’évènements dans le village : Boom Ado, Spectacle de Noël, Chasse aux œufs de Pâques, Rallye Auto, Kermesse rurale, Loto et Foire à Tout, et en octobre de grandes soirées spectacles comme la soirée Tahitienne en 2001.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • La famille paternelle de l'écrivain Georges Duhamel (fils de Pierre-Émile Duhamel né à Septeuil en 1849 et enterré dans le caveau familial en 1928[11]) est originaire de Septeuil, où enfant ce dernier réside durant les vacances et décrira plus tard son attachement à cette « terre d'Île-de-France[12] ».
  • Raoul Henri Clément Auguste Antoine Marquis, dit Henry de Graffigny (1863-1934), polygraphe, a passé la fin de sa vie à Septeuil, où il est mort.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Yvelines.fr
  2. « La liste des maires - "Troisième tour" des municipales », Le Courrier de Mantes,‎ 29 mars 2001.
  3. « Septeuil », Union des maires des Yvelines (consulté le 23 avril 2011).
  4. « Tribunal d'instance de Mantes la Jolie - Liste des communes et cantons », Cour d'appel de Versailles (consulté le 23 avril 2011).
  5. « Tribunal de grande instance de Versailles - », Cour d'appel de Versailles (consulté le 23 avril 2011).
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  8. « Évolution et structure de la population à Septeuil en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 23 avril 2011)
  9. « Résultats du recensement de la population des Yvelines en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 23 avril 2011)
  10. Manuel Général de l'Instruction publique, Sujet de Composition. "la petite Patrie" Georges Duhamel, préface à une géographie cordiale de l'Europe. 21 février 31 (1931), p. 82
  11. Georges Duhamel (1884-1966) : exposition rétrospective. Les Amis de l'Abbaye de Créteil, Délégation à l'action artistique de la Ville de Paris, 1984, p. 9.
  12. Géographie cordiale de l'Europe, Georges Duhamel, Mercure de France, 1931, p. 7-10.