Requin-baleine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le requin-baleine (Rhincodon typus) est un poisson cartilagineux, seul membre du genre Rhincodon et seule espèce actuelle de la famille des Rhincodontidae. Pouvant exceptionnellement atteindre 20 mètres de long, pour une masse de 34 tonnes, ce requin est considéré comme le plus grand poisson vivant actuellement sur Terre. Cependant, sa taille observable est en pratique généralement comprise entre 4 et 14 mètres.

Massif, se déplaçant assez lentement et dénué d'agressivité, ce requin est parfaitement inoffensif pour l'homme. À l'image de la baleine bleue, son équivalent chez les mammifères de la mégafaune maritime, ce géant des mers se nourrit principalement de plancton, d'algues et d'animaux microscopiques, qu'il absorbe par sa large bouche.

Facilement reconnaissable avec sa livrée en damier, le requin-baleine se rencontre dans les mers ouvertes et les océans tropicaux et chauds. Sa durée de vie est estimée entre 100 et 150 ans[1] même si le plus vieux spécimen recueilli était âgé d'environ 70 ans[2]. Bien qu'il n'y ait aucune donnée précise sur sa population totale, l'espèce est considérée comme vulnérable.

Description[modifier | modifier le code]

Morphologie générale[modifier | modifier le code]

Son corps est hydrodynamique, allongé mais plutôt massif, et plusieurs crêtes longitudinales s'étendant de la tête au dos. Sa tête est large et aplatie. Les yeux, dépourvus de paupière ou de poche sub-oculaire, sont placés latéralement, sur les côtés de la tête[3]. Sa bouche immense peut mesurer jusqu'à deux mètres de large, et lui permet de filtrer 2 000 t d’eau par heure. Il possède un très grand nombre de dents minuscules, disposées en 300 rangées par mâchoire[4]. Les cinq paires de fentes branchiales, très longues, outre leur fonction respiratoire, servent à filtrer l'eau pour en séparer la nourriture avant la déglutition.

Taille[modifier | modifier le code]

Croquis comparatif entre un homme et un requin-baleine.

La taille des requins-baleines a fait l'objet d'un certain nombre d'assertions plus ou moins justifiées. Selon les observations faites dans l'océan Indien, la taille du requin-baleine se situe presque toujours entre 4 et 14 m (95 % des observations), avec un maximum d'observations entre 5,50 et 10 m (71 % des cas)[5]. Il peut donc atteindre une longueur maximum pratique de l'ordre de 14 m, même si la taille maximum de 20 m, pour un poids d'environ 34 t a été rapporté une fois, en 1999[2]. Le requin-baleine est le plus grand poisson existant de nos jours, et seuls Leedsichthys et les Mégalodons, disparus aujourd'hui, l'auraient dépassé. Dans le reste du règne animal, il est toutefois plus petit que la baleine bleue, mammifère qui peut atteindre 30 mètres pour 170 tonnes.

Peau[modifier | modifier le code]

La peau du ventre du requin-baleine est complètement blanche, tandis que celle du dos est grise, plus foncée que chez la plupart des requins, avec beaucoup de taches claires et des lignes horizontales et verticales de couleur blanche ou jaune formant un « damier ». Ces taches permettent l'identification des individus par photo-identification : des fiches signalétiques, sortes de cartes d’identité, sont associées aux animaux, et sont ensuite utilisées par les chercheurs pour reconnaître et dénombrer les requins-baleines[6]. On a déjà observé aux îles Galápagos et en Australie[7] et même filmé un requin-baleine albinos[8]. Comme dans le reste du règne animal, ces individus sont extrêmement rares.

La peau du requin-baleine est plus épaisse et plus dure que celle de toute autre espèce dans le monde, atteignant jusqu'à 15 cm d'épaisseur, et est couverte de denticules dermiques. C'est son principal moyen de défense[9].

Nageoires[modifier | modifier le code]

La première nageoire dorsale a une forme globalement triangulaire. L'extrémité est arrondie chez les juvéniles et devient plus droite et anguleuse avec l'âge. Ses faces ont la même livrée en « damier » que le corps. La seconde nageoire dorsale est plus petite.

Les nageoires pectorales, puissantes, ont une forme de faux. La face supérieure est sombre et parsemée de taches tandis que la face inférieure est blanche.

La nageoire caudale est hétérocerque, le lobe supérieur étant bien plus grand que l'inférieur (l'asymétrie devient moins prononcée chez les adultes). C'est elle qui fournit la force motrice. Cependant, le requin-baleine n'est pas un nageur efficace, il utilise tout son corps pour nager et se déplace à une vitesse moyenne de (5 km/h), une vitesse relativement lente pour un poisson.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Comportement[modifier | modifier le code]

Alimentation[modifier | modifier le code]

Le requin-baleine peut « aspirer » d'énormes quantités d'eau pour se nourrir (observer la déformation de la surface).
Le krill fait partie du régime alimentaire du requin-baleine.

Ce géant des mers ne partage pas que son nom avec les baleines. Il suit également le même régime alimentaire. En effet, le requin-baleine se nourrit uniquement de proies de petite taille telles que le plancton et le krill, mais aussi d'algues, de petits crustacés, de petits calmars ou de poissons de moins de 10 cm (maquereaux,...). Une analyse du contenu de l'estomac d'un spécimen pêché au large des côtes de l'Inde en 1961 a révélé une grande variété d'ingesta, « y compris de grandes quantités de zooplancton, de restes de poissons en partie digérés, de crustacés, de mollusques et de petites quantités d'algues, ce qui suggère sans aucun doute un régime alimentaire omnivore[10] ». Cependant, il convient de se montrer moins catégorique car, à cause de son comportement de filtreur, l'absorption d'algues peut être involontaire. Il compte parmi les quatre seules espèces connues de requins qui, à l'instar des baleines à fanons, filtrent leur nourriture en nageant lentement dans des eaux riches en plancton..., gueule béante. L'eau s'y engouffre chargée d'aliments de toutes tailles et en ressort vidée de nutriments.

Pour compenser la petite taille de ses proies, il doit avaler de grandes quantités de nourriture (près d'une tonne de plancton par jour). Pour cela, il filtre, grâce à ses larges ouïes, l'eau qui s'engouffre dans son immense gueule. Ses nombreuses rangées de dents, longues de quelques millimètres, ne jouent aucun rôle dans l'alimentation. Au lieu de cela, le requin aspire l'eau, ferme la bouche et expulse l'eau par ses branchies. Pendant le léger retard entre la fermeture de la bouche et l'ouverture des fentes branchiales, la nourriture est piégée contre les denticules dermiques tapissant les lames branchiales et le pharynx. Cette modification unique des branchies empêche le passage des solides, de taille supérieure à 2 mm, mais laisse les liquides s'écouler[11]. Les particules isolées par ce « tamis » sont alors avalées. Des requins-baleines ont été surpris en train de « tousser ». On présume qu'il s'agit d'un moyen de retirer l'accumulation de particules dans les branchies[11].

Seuls quatre membres de la famille des élasmobranches sont réputés être des filtreurs[6] :

Dans son comportement alimentaire, le requin-baleine fait appel à deux techniques : il peut « filtrer », à la manière de la baleine bleue ou bien « gober », de façon similaire au tarpon. Ainsi, l'animal ne se contente pas de filtrer l'eau au cours de ses déplacements quand la concentration de nourriture planctonique est faible. Immobile, il peut aussi aspirer très rapidement de grandes quantités de liquide, ce qui est plus adapté à la capture des proies plus larges ou de nuages planctoniques compacts[12].

Des individus solitaires ont été observés se nourrissant passivement, nageant gueule béante, ou parfois campés verticalement dans la mer et ouvrant la bouche pour aspirer des proies, lorsqu'elles sont nombreuses. Cette dernière méthode est employée sur des bancs de petits crustacés (krill), de calmars, d'anchois ou sardines[13].

Lors de chasses en groupe, les requins-baleines se nourrissent, au crépuscule ou la nuit, en filtrant les eaux de surface avec la bouche ouverte et la mâchoire distendue, ou bien en « gobant » les proies de façon dynamique[13].

Reproduction[modifier | modifier le code]

Les auteurs ne s'accordent pas sur le mode de reproduction du requin-baleine. Il semble ovovivipare, mais ceci a longtemps été contesté. En 1953, un œuf de 30 cm de long, 14 cm de large et 9 cm de haut, contenant un embryon presque à terme de 36 cm a ainsi été découvert dans le golfe du Mexique. L'hypothèse a donc été faite que l'espèce est ovipare[14]. Toutefois, en raison de la rareté du recueil d'œufs viables, leur fragilité et l'absence de vrilles sur le seul exemplaire connu, le jaune considérable, le développement incomplet des branchies de l'embryon en son sein, mais également la présence de cicatrices ombilicales sur les plus petits individus vivants observés (55 cm de long), une autre hypothèse a été formulée[15]. L'œuf retrouvé dans le golfe du Mexique a été abandonné avant terme et le requin-baleine est normalement ovovivipare. Cette théorie a été confirmée par la capture d'une femelle adulte requin-baleine au large de Taïwan. Elle contenait quelque 300 jeunes dans son utérus[16]. Ces jeunes requins-baleines ont été séparés selon trois classes : embryons rattachés au vitellus à l'intérieur d'un œuf, mesurant de 42 à 52 cm de long ; embryons rattachés au vitellus à l'intérieur d'un œuf, mesurant de 52 à 58 cm de long ; et enfin, individus apparemment à terme, sans œuf et avec un vitellus résorbé long de 58 et 64 cm.

Le type d'ovoviviparité adopté par le requin-baleine est relativement simple et semble très semblable à celui des requins nourrices : les jeunes se développent dans un œuf au sein de l'utérus et ils doivent s'extraire du premier avant d'être « mis bas » par la mère.

La période de gestation n'est pas connue, mais certains auteurs suggèrent que le requin-baleine peut se reproduire tous les deux ans, comme le requin nourrice[17]. Il disparaît parfois pendant des semaines, plongeant à plus de 1,5 km sous la surface pour se reposer dans les profondeurs. Personne ne sait où ils s'accouplent et mettent bas.

Les plus petits requins-baleines retrouvés vivants dans le milieu naturel mesurent de 55 à 59 cm de long, dont certains portant une cicatrice ombilicale. Ces juvéniles ont été pêchés au niveau de l'Afrique occidentale tropicale dans l'Atlantique Centre-Est et à proximité de l'Amérique centrale dans le Pacifique Est, près des eaux continentales et dans l'océan loin de la terre[15],[18], ce qui suggère que les jeunes peuvent être nés dans l'océan et que les zones de mise bas y existent.

Répartition géographique[modifier | modifier le code]

Un requin-baleine rencontré au large de l'Australie.

On rencontre le requin-baleine dans les eaux tropicales et tempérées à chaudes de l'Atlantique, du Pacifique et de l'océan Indien. En hiver, de jeunes requins-baleines viennent se nourrir de plancton dans les eaux riches en nutriments du golfe de Tadjourah, au large de Djibouti. Le requin-baleine vit dans une bande autour de l'équateur jusqu'à 30° de latitude Nord et 35° de latitude Sud[3]. C'est une espèce essentiellement pélagique vivant au large en eau très profonde[19]. Cependant, adultes et juvéniles se retrouvent près de lagons, de récifs coralliens ou de zones sablonneuses durant plusieurs mois. Ils sont généralement repérés près de la surface de l'eau, solitaires ou en groupes pouvant atteindre des centaines d'individus.

Les requins-baleines migrent sur de longues distances, leurs déplacements étant probablement liés à la prolifération du plancton et aux changements de température de l'eau. Ils sont souvent associés à des bancs de poissons pélagiques, en particulier les scombridés. Repérés et observés aujourd'hui par des satellites de télédétection, les requins-baleines ont parcouru plus de 12 000 km vers le sud-ouest dans les eaux internationales et les eaux au large des nations du Pacifique sud[20]. Ces satellites ont permis d'enregistrer des déplacements de plusieurs milliers de kilomètres sur des périodes de quelques semaines ou de quelques mois dans le Pacifique est et près de l'Asie du Sud-Est. Un requin repéré dans la mer de Bohol, près des Philippines, a effectué plus de 3 000 km en deux mois jusqu'au abords du Viêt Nam[20]. Un autre, repéré sur la côte de Sabah, en Malaisie, s'est éloigné au large avant de retourner dans les eaux côtières de la Malaisie après avoir effectué un parcours de plus de 2 152 km[20]. Un regroupement de requin-baleine se produit annuellement dans le golfe de Californie, au large du Mexique.

Un adulte peut naviguer de nuit comme de jour à la vitesse de 1,5 à 5 km/h.

Il se pourrait que les eaux peu profondes près de l'embouchure de certaines rivières et de certains estuaires constituent des lieux de prédilection pour l'accouplement, la mise bas, ou pour l'alimentation. Les requins-baleines fréquentent de façon saisonnière les eaux peu profondes à proximité d'estuaires et d'embouchures de rivières dans au moins deux régions d'Asie du Sud-Est : le Nord de Bornéo et les Philippines[3].

Le requin-baleine et l'homme[modifier | modifier le code]

Une espèce menacée[modifier | modifier le code]

Dans le monde occidental, la pêche du requin-baleine est plutôt fortuite.

Ses seuls prédateurs connus sont l'orque, l'homme et certains requins opportunistes. Du fait de son cycle de reproduction lent, le requin-baleine est surtout vulnérable à la surpêche. Sa chair est mangée seulement en Chine et particulièrement à Taïwan. L'objet de toutes les convoitises : ses ailerons. Ceux-ci peuvent valoir près de 650 € le kilogramme au marché noir[21]. À Taïwan, il est nommé « requin tofu » à cause du goût et de la texture de sa chair, semblables à cet aliment[3].

La population totale n'est pas connue car sa disparité en terme géographique et sa mobilité rendent difficile son recensement. L'espèce est cependant considérée comme vulnérable par l'UICN[22] et est, depuis le , inscrite sur la liste du CITES. En effet, bien que de nombreux requins-baleines aient été pêchés à Taïwan au cours de la dernière moitié du XXe siècle, parmi les spécimens recueillis, très peu de femelles manifestement d'âge mûr ont été recensées. Signe que les individus en âge de procréer sont en déclin, ce qui pourrait avoir des conséquences sur le nombre des naissances[16].

Une technique récente signalée par un chercheur australien, Brad Norman, permet d'identifier individuellement les requins-baleines d'après le positionnement exact de leurs taches blanches[23]. Comme les empreintes digitales, il a prouvé que les taches blanches sont uniques d'un animal à l'autre. Pour permettre cette identification, le chercheur a mis en place un site web[24] servant de photothèque et regroupant les individus déjà identifiés. Le prix Rolex à l'esprit d'entreprise obtenu pour l'initiative de Brad Norman, permettra de financer la suite du projet[25].

Rencontre avec un requin-baleine[modifier | modifier le code]

Un requin-baleine tolère facilement la présence d'un plongeur dans son sillage.

Cette espèce, malgré sa grande taille, ne pose aucun danger pour les êtres humains[26]. C'est un exemple souvent cité pour contredire la mauvaise réputation des requins. En ajoutant à cela sa nature placide, le fait qu'il soit présent sans obligatoirement avoir été appâté par de la nourriture et sa propension à nager près de la surface, le requin-baleine a été surnommé l'« Ambassadeur des requins »[27]. Ne courant aucun risque (à l'exception des coups de sa longue queue que ce géant pourrait asséner involontairement), les plongeurs peuvent donc nager sans équipement lourd ou cage à côté de ce poisson hors norme.

Ce requin est accessible pour les plongeurs dans les îles du golfe du Honduras, aux Maldives, dans la baie de Nosy Be à Madagascar, aux îles Galápagos, aux Philippines, en Thaïlande, en mer Rouge, dans le récif de Ningaloo et l'île Christmas, en Australie occidentale, au large de Tofo au Mozambique et dans la baie de Sodwana en Afrique du Sud. Certains de ces lieux, comme en Australie occidentale, sont devenus des points centraux de l'industrie de l'écotourisme qui permettent de générer localement des revenus importants[27].

Natation avec Requin-baleine à Quintana Roo aux Mexique.

Cependant, une ombre au tableau. À lui seul, ce tourisme consacré au requin-baleine résume tous les enjeux de l'écotourisme en général. Une des plus fortes concentrations de requins-baleines dans le monde se trouve aux Philippines[28]. De novembre à mai, durant la période du butanding[29], du nom philippin donné à la rencontre avec le géant, ces poissons se regroupent sur les rives peu profondes de Donsol, dans la province de Sorsogon. Alors qu'il était chassé pour sa chair et ses ailerons, les habitants ont modifié leurs habitudes au milieu des années 1990 afin de préserver cette ressource qui leur rapporterait plus d'argent vivante que morte. Sur les conseils du WWF[30], l'écotourisme a pu s'y développer et le requin-baleine est devenu un « produit d'appel » pour les touristes amateurs de plongée sous-marine. Cependant, les effets négatifs du butanding semblent significatifs à long terme[27]. De surcroît, la négligence de capitaines de bateaux touristiques a déjà provoqué des chocs directs ou bien des blessures infligées par les hélices. Conséquences de l'afflux d'étrangers : les sites de regroupement sont devenus moins sûrs pour ces poissons et leur fréquentation a fortement diminué dans les années 2000[27]. Du fait de la raréfaction des requins, le site de Sorsogon n'est plus ouvert que quelques jours par semaine et seulement pour quelques opérateurs accrédités. Malheureusement, de nombreux opérateurs illégaux continuent à proposer des visites[27].

Les requins-baleines en captivité[modifier | modifier le code]

Deux des trois requins-baleines à l'Aquarium Churaumi d'Okinawa.

Le premier essai réussi de mise en captivité date de 1934. Un requin-baleine a ainsi survécu 122 jours dans une baie artificiellement fermée par l'aquarium de Mito[31]. Son statut d'espèce protégée et sa grande taille, nécessitant des aquariums de plusieurs millions de litres, font du requin-baleine une espèce très peu répandue dans les aquariums publics. Aujourd'hui, seulement une poignée de spécimens survivent dans de plus ou moins bonnes conditions :

Requin-baleine à l'aquarium de Géorgie à Atlanta aux États-Unis.
  • quatre requins-baleines, deux mâles, Taroko (« le magnifique ») et Yushan (« la montagne de jade ») accueillis en 2007[35], et deux femelles, Alice et Trixie, venues par avion[36], vivent actuellement dans l'aquarium de Géorgie, à Atlanta, aux États-Unis. Deux requins-baleines mâles, Ralph et Norton, y étaient déjà morts respectivement le 11 janvier 2007 et le . Les deux femelles ont été ajoutées le dans l'espoir de pouvoir étudier la reproduction des requins-baleines en captivité. Ces six requins-baleines avaient été importés de Taïwan[3] ;
  • deux requins-baleines vivent à l’Underwater World, Qingdao à Qingdao, en Chine ;
  • un requin-baleine vit au Sun Asia Ocean World de Dalian, en Chine, depuis le [37] ;
  • Sammy, une femelle, a séjourné dans l'aquarium de l'Hôtel Atlantis à Dubaï en 2008. Après quelques semaines de captivité, les pressions se sont multipliées pour libérer l'animal qui, selon les propriétaires de l'hôtel, avait été sauvé d'une mort certaine. Malgré une chaîne de solidarité et une injonction du gouvernement de Dubaï, le requin-baleine a été maintenu en captivité durant 18 mois. Il a finalement été relâché le [38].

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Le requin-baleine a été acteur, bien malgré lui, d'un phénomène lié à Internet[39]. Dans un plan fixe du Kuroshio Sea à l'Aquarium Churaumi d'Okinawa, les trois spécimens se succèdent devant la vitre principale, au milieu des autres espèces de poissons, avec pour seul fond sonore la chanson Please don’t go[40]. Ce plan-séquence ayant été consulté plus de 10 millions de fois, il a servi de tremplin à un groupe jusque-là peu connu auteur de la chanson  : Barcelona. Bien qu'elle ne respecte pas le droit d'auteur, cette utilisation a été cependant appréciée par les auteurs, car elle s'est avérée providentielle en leur permettant de vendre plus de disques que prévu[41]...

Annexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (ADW, consulté en avril 2010)
  2. a et b (en) « Longueur et poids maximum rapportés pour un requin-baleine », sur fishbase.org,‎ 2009
  3. a, b, c, d et e (en) Compagno, L.J.V., FAO Species Catalogue for Fishery Purposes No. 1. Sharks of the World: An Annotated and Illustrated Catalogue of Shark Species Known to Date, vol. 2: Bullhead, Mackerel and Carpet Sharks (Heterodontiformes, Lamniformes and Orectolobiformes), Rome, FAO,‎ 2002, 269 p. (ISBN ISBN 92-5-104543-7)
  4. (en) « Description du requin-baleine », sur flmnh.ufl.edu (consulté le 9 avril 2010)
  5. (en) « Fishbase : fréquence des tailles observées (fréquence maximum autour de 6 m environ) », sur fishbase.org
  6. a et b (en) « Les habitudes alimentaires du requin-baleine », sur whalesharkproject.org (consulté le 9 avril 2010)
  7. (en) « Des géants albinos découverts aux Galapágos et en Australie », sur aquaticcommunity.com,‎ 28 août 2008 (consulté le 9 avril 2010)
  8. (es) « Un requin-baleine albinos aux Galápagos », sur youtube.com,‎ 2 octobre 2007 (consulté le 9 avril 2010)
  9. (en) Taylor, J. G., Whale Sharks, the giants of Ningaloo Reef, Sydney, Angus & Robertson,‎ 1994, 176 p. (ISBN 0207184984)
  10. (en) Silas, E. G. & Rajagopalan, M. S., « On a recent capture of a whale shark(Rhincodon typus Smith) at Tuticorin, with a note on information to be obtained on whale sharks from Indian waters », Journal of the Marine Biological Association of India 5,‎ 1963, p. 153–157
  11. a et b (en) « Le plus grand poisson du monde est un mangeur délicat », sur washingtonpost.com,‎ 3 septembre 2007 (consulté le 14 avril 2010)
  12. (en) Compagno, L. J. V., « FAO Species Catalogue. Vol. 4, Sharks of the world. An annotated and illustrated catalogue of shark species known to date. Part 1—Hexanchiformes to Lamniformes », FAO Fisheries Synopsis 125,‎ 1984, p. 209–211
  13. a et b (en)Taylor, J. G., « Seasonal occurrence, distribution and movements of the whale shark, Rhincodon typus, at Ningaloo Reef, Western Australia », Marine and Freshwater Research 47,‎ 1996, p. 637–642
  14. (en)Baughman J. L., « The oviparity of the whakle shark, Rhineodon typus, with records of this and ohter fishes in Texan waters », Copeia,‎ 1955, p. 54-55
  15. a et b (en)Wolfson, F.H., « Records of Seven Juveniles of the Whale Shark, Rhiniodon typus », J. Fish Biol., 22,‎ 1983, p. 647-655
  16. a et b (en)Joung, S.J., Chen, C.T., Clark, E., Uchida, S. and Huang, W.Y.P., « The whale shark, Rhincodon typus, is a livebearer: 300 embryos found in one ‘megamamma’ supreme », Environmental Biology of Fishes 46,‎ 1996, p. 219–223
  17. (en) Castro, J.I., C.M. Woodley and R.L. Brudek, A preliminary evaluation of the status of shark species, Rome, FAO Fish. Tech.,‎ 1999, 20-21 p. (ISBN 92-5-104299-3)
  18. (en)Kukuyev, E.I., « The New Finds in Recently Born Individuals of the Whale Shark Rhiniodon typus (Rhiniodontidae) in the Atlantic Ocean. », J. Ichthyol. 36(2),‎ 1996, p. 203-205
  19. (en) « Distribution du requin-baleine », sur flmnh.ufl.edu (consulté le 9 avril 2010)
  20. a, b et c (en) Eckert S., com. pers, Hubbs-Sea World Research Institute, San Diego, Californie,‎ 1998
  21. (en) « Requins-baleines à vendre (avec des photos d'ailerons destinés à la vente) », sur seashepherds.ning.com,‎ 1er février 2010 (consulté le 9 avril 2010)
  22. (UICN, consulté en avril 2010)
  23. (en) « Interview de Brad Norman sur le système d'identification des requins-baleines », sur abc.net,‎ 2007 (consulté le 9 avril 2010)
  24. (en) « Site recueillant les photos de requins-baleines pour leur identification », sur whaleshark.org (consulté le 9 avril 2010)
  25. (en) « Les lauréats du prix Rolex 2006, catégorie environnement (NB : pointer l'Australie) », sur rolexawards.com,‎ 2006 (consulté le 16 avril 2010)
  26. (en) « Statistiques de l'Isaf sur les attaques de requins », sur flmnh.ufl.edu,‎ 20 mai 2009 (consulté le 9 avril 2010)
  27. a, b, c, d et e James E. S. Higham,Michael Lück, « Marine wildlife and tourism management: insights from the natural and social ... »
  28. (en) « Carte des rencontres avec le requin-baleine (localisations Google earth à télécharger, mise à jour en temps réel) », sur gbif.org (consulté le 16 avril 2010)
  29. (en) « Information sur le butanding à Sorsogon », sur tourism.albay.gov.ph (consulté le 16 avril 2010)
  30. (en) « Donsol, le tourisme du requin-baleine et la gestion des ressources côtières (pdf) », sur wwf.org,‎ 2007 (consulté le 13 avril 2010)
  31. a et b (en) « Le requin-baleine en captivité », sur mcss.sc,‎ janvier 2005 (consulté le 7 avril 2010)
  32. (en) « Mesure de la longueur des requins-baleines », sur kaiyukan.com,‎ 1er novembre 2009 (consulté le 7 avril 2010)
  33. (en) « Présentation générale de l'aquarium », sur kaiyouhaku.com (consulté le 7 avril 2010)
  34. (en) « Rencontre avec le requin-baleine de Taïwan », sur flmnh.ufl.edu,‎ 4 août 2009 (consulté le 7 avril 2010)
  35. (en) « Taroko et Yushan transférés à l'aquarium de Géorgie », sur georgiaaquarium.org (consulté le 7 avril 2010)
  36. (en) « Alice et Trixie, nouvelles résidentes de l'aquarium de Géorgie », sur georgiaaquarium.org,‎ juillet 2006 (consulté le 7 avril 2010)
  37. (en) « Requin-baleine, nouveau gigantesque habitant de l'aquarium », sur chinadaily.com.cn,‎ 18 juin 2009 (consulté le 7 avril 2010)
  38. (fr) « Dubaï: un hôtel libère un requin-baleine capturé il y a un an et demi », sur Tele-Animaux.com,‎ 18 mars 2010 (consulté le 4 avril 2010)
  39. (fr) « La violation des droits d’auteur augmente les ventes », sur ecrans.fr,‎ 28 juillet 2009 (consulté le 10 avril 2010)
  40. (en) « Kuroshio sea, le second plus gros réservoir d'aquarium au monde (chanson Please don't go de Barcelona) », sur youtube.com,‎ 15 juillet 2009 (consulté le 10 avril 2010)
  41. (en) « La réponse du groupe Barcelona à la vidéo de l'aquarium », sur youtube.com,‎ 21 juillet 2009 (consulté le 10 avril 2010)

Sources générales[modifier | modifier le code]

  • (en) Compagno, L.J.V., FAO Species Catalogue for Fishery Purposes No. 1. Sharks of the World: An Annotated and Illustrated Catalogue of Shark Species Known to Date, vol. 2: Bullhead, Mackerel and Carpet Sharks (Heterodontiformes, Lamniformes and Orectolobiformes), Rome, FAO,‎ 2002, 269 p. (ISBN ISBN 92-5-104543-7)
  • (en) « Description du requin-baleine », sur flmnh.ufl.edu (consulté le 9 avril 2010)

Pour aller plus loin[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources taxonomiques[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 1er mai 2010 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.