Récif de Ningaloo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Parc marin de Ningaloo
Catégorie UICN II (parc national)
Pays Drapeau de l'Australie Australie
État Flag of Western Australia.svg Australie-Occidentale
Coordonnées 22° 40′ 00″ S 113° 39′ 00″ E / -22.666667, 113.65 ()22° 40′ 00″ Sud 113° 39′ 00″ Est / -22.666667, 113.65 ()  
Superficie 2 435 km2 (Commonwealth)
2 633,13 km2 (État)
Création 1987

Géolocalisation sur la carte : Australie-Occidentale

(Voir situation sur carte : Australie-Occidentale)
Parc marin de Ningaloo

Géolocalisation sur la carte : Australie

(Voir situation sur carte : Australie)
Parc marin de Ningaloo

Le récif de Ningaloo est un récif corallien situé au large de la côte ouest de l'Australie, à environ 1 200 km au nord de Perth. Ce récif frangeant, le plus large d'Australie, est long de 260 km[1]. Il est connu pour accueillir de façon saisonnière de nombreux requins-baleines qui viennent s'y nourrir. Ce dernier est inclus dans le parc marin de Ningaloo, un par géré à la fois par le Commonwealth et l'état d'Australie-Occidentale. Il est aussi inclus dans le site du patrimoine mondial de la côte de Ningaloo, classé en 2011.

Biodiversité[modifier | modifier le code]

Une raie manta accompagnée de rémoras dans le récif de Ningaloo.
Un requin-baleine autochtone.

Au-delà des requin-balieines, qui s'y nourrisent en nombre de mars à juin, la récif abrite une vie marine foisonnante. Pendant les mois d'hiver, le récif se trouve sur le trajet migratoire de dauphins, dugongs, raies manta et de baleines à bosse[2]. Les plages du récif constituent un vivier important pour la caouanne, la tortue verte et la tortue imbriquée. Elles sont également dépendentes du récif pour la nidification et l'alimentation. Le Ningaloo héberge quantité de poissons (500 espèces), de coraux (300 espèces), de mollusques (600 espèces) et de nombreux invertébrés marins.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Ningaloo National Marine Park, Western Australia », NASA Earth Observatory, NASA (consulté en 2008-09-07)
  2. M. Bright, 1001 Natural Wonders You Must See Before You Die, Quintet Publishing, London 2005

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]