Pont au Double

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pont au Double
Image illustrative de l'article Pont au Double
Géographie
Pays France
Région Île-de-France
Département Paris
Localité Paris
Coordonnées géographiques 48° 51′ 09″ N 2° 20′ 54″ E / 48.8525, 2.34833348° 51′ 09″ N 2° 20′ 54″ E / 48.8525, 2.348333  
Fonction
Franchit Seine
Caractéristiques techniques
Type Pont en arc
Longueur 45 m
Largeur 20 m
Matériau(x) Fonte
Construction
Construction 1881 - 1883
Architecte(s) Henri-Prosper Bernard
Jules Lax

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Pont au Double

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

(Voir situation sur carte : Île-de-France)
Pont au Double

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Pont au Double

Géolocalisation sur la carte : 5e arrondissement de Paris

(Voir situation sur carte : 5e arrondissement de Paris)
Pont au Double

Le pont au Double est un pont franchissant la Seine à Paris, en France.

Situation[modifier | modifier le code]

Il relie le 4e arrondissement, au niveau du parvis de la cathédrale Notre-Dame de Paris sur l'Île de la Cité, au 5e arrondissement, sur le quai de Montebello.

Ce site est desservi par les stations de métro Cité, Cluny - La Sorbonne, Maubert - Mutualité et Saint-Michel.

Histoire[modifier | modifier le code]

Premier pont[modifier | modifier le code]

En 1515, il est demandé à François Ier de construire un pont sur le petit bras de la Seine, afin d'installer des malades près de l'Hôtel-Dieu.

Le 5 août 1626, l'Hôtel-Dieu reçoit l'autorisation de jeter un pont en pierre sur le petit bras de la Seine, en amont du Petit-Pont aux dépens de l'hôpital. Les dessins et le devis sont dressés par l'entrepreneur Christophe Gamart et Louis Noblet. Adjudicataires, Christophe Gamart se charge de la construction du bâtiment et Louis Noblet de l'exécution du pont à trois arches (11,78 m - 15,70 m - 11,78 m). La construction du pont dure de septembre 1626 à septembre 1632. La réception du pont est faite le 11 août 1632. Le bâtiment permettant de relier les bâtiments de l'Hôtel-Dieu sur les deux rives de la Seine est construit en 1634. Un arrêt du Conseil d'État du 24 avril 1634 organise le péage d'un double denier pour chaque homme à pied. Ce péage a donné son nom au pont, le pont au Double[1].>Ce péage qui va subsister jusqu'en 1789 et faire de nombreux mécontents, être l'objet de discussions sur le règlement pour définir qui en était exempté. Les salles de l'hôpital situées au-dessus du pont ont été une source importante de la pollution du petit bras de la Seine.

La construction de l'aile Saint-Charles de l'Hôtel-Dieu, en 1651, va supprimer une travée. Le pont Saint-Charles est construit entre le Petit-Pont et le pont au Double pour relier les nouvelles salles aux anciennes.

Deuxième pont[modifier | modifier le code]

L'île de la Cité et ses ponts sur le plan de Turgot (1739)
Extrait du plan de la Ville de Paris Donnet (Kaufmann) de 1837

Le pont s'effondre le 31 décembre 1709 et est aussitôt reconstruit avec les salles situées au-dessus. Les salles ont été abattues entre le 27 octobre 1824 et le 7 juin 1825.

Le pont Saint-Charles a disparu en 1836 pendant une phase de réaménagement de l'Hôtel-Dieu entre le pont au Double et le Petit-Pont. Il est substitué par une passerelle couverte en bois.

Troisième pont[modifier | modifier le code]

La gêne pour la navigation occasionnée par la faible portée de ses travées a conduit à démolir le pont en 1847. Il est reconstruit en maçonnerie d'une seule travée de 31 m d'ouverture par les entrepreneurs Gariel et Garnier. La travée est décintrée début 1848. Le pont supporte alors une voie publique.

L'Hôtel-Dieu est déplacé sur l'île de la Cité après 1865. Les derniers bâtiments subsistants, dont l'aile Saint-Charles et la passerelle Saint-Charles, sont détruits en 1878. Le prolongement de la rue Monge va entraîner l'étude d'un nouveau pont légèrement décalé par rapport à son emplacement originel pour le mettre dans l'axe de la rue d'Arcole et du pont d'Arcole. Un premier projet d'une arche en maçonnerie est proposé par l'ingénieur en chef des ponts et chaussées Bernard en 1877. Le conseil général des ponts et chaussées demanda de présenter un nouveau projet avec une arche métallique. Un nouveau projet est présenté au Conseil municipal en 1879 qui l'approuve.

Quatrième pont[modifier | modifier le code]

Le pont au Double relie le 4e arrondissement, au niveau du parvis de la cathédrale Notre-Dame de Paris, au 5e arrondissement (à droite).

Le projet d'un nouveau pont d'une arche en fonte est dressé par l'ingénieur Jules Lax (ingénieur des ponts et chaussées en 1867), visé le 29 février 1880. Le projet a été approuvé le 23 mars 1883. Le pont est construit dans l'année, en même temps que les quais[2]. L'arche est formée de 11 arcs en fonte de 31 mètres d'ouverture, constitués de voussoirs assemblés entre eux par boulonnage, avec des entretoises en acier. Les arcs des faces amont et aval ainsi que les corniches ont été revêtus de cuivre. Le procédé de cuivrage galvanique du garde-corps avait été mis au point par M. Oudry[3].

Des dégradations de la structure en fonte et du revêtement en cuivre ont été constatées. L'ouvrage a été restauré en novembre 2002[4].

Pont au double vu de la rive gauche a l ouest-20050628-panoramique.jpg

Au cinéma[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jocelyne Van Deputte, Ponts de Paris, p. 71-72, Éditions Sauret/Paris-Musées, Paris, 1994 (ISBN 2-85051-015-7)
  2. Sous la direction de Guy Lambert, Les ponts de Paris, p. 202, Action artistique de la Ville de Paris, 2000 (ISBN 2-913246-05-2)
  3. A. Guettier, De l'emploi pratique et raisonné de la fonte de fer dans les constructions, p. 164, Librairie scientifique, industrielle et agricole E. Lacroix, Paris, 1861 (lire en ligne)
  4. Pierr Bauda, Patrick Palem, Restauration du pont au Double à Paris, p. 186-195, Bulletin Ouvrages métalliques, année 2005, no 4

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Félix et Louis Lazare, Dictionnaire historique des rues et monuments de Paris en 1855 avec les plans des 48 quartiers, Maisonneuve & Larose, 796 p. (ISBN 2-86877-184-X) .