Michèle Audin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Michèle Audin au 19e Maghreb des livres, à Paris le 16 février 2013.

Michèle Audin, née en 1954 à Alger, est une mathématicienne française.

Ancienne élève de l'École normale supérieure (Sèvres), elle est professeur à l'Institut de recherche mathématique avancée (IRMA) de Strasbourg, elle travaille notamment dans le domaine de la géométrie symplectique. Elle a été cooptée à l'Oulipo en 2009.

Elle est la fille du mathématicien Maurice Audin, mort vraisemblablement sous la torture[1], en en Algérie, après avoir été arrêté par les parachutistes du général Massu. Le , elle a refusé la Légion d'honneur, en raison du refus du président de la République, Nicolas Sarkozy, de répondre à une lettre de sa mère à propos de la disparition de son père[2].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Géométrie, EDP-Sciences, 2005.
  • Hamiltonian systems and their integrability, American mathematical society, 2008.
  • Souvenirs sur Sofia Kovalevskaïa, Calvage et Mounet, 2008.
  • Fatou, Julia, Montel, le Grand Prix des sciences mathématiques de 1918, et après, Springer, 2009.
  • Une histoire de Jacques Feldbau, Société mathématique de France, collection T, 2010.
  • Correspondance entre Henri Cartan et André Weil (1928-1991), Documents Mathématiques 6, Société Mathématique de France, 2011.
  • Une vie brève, Gallimard - L’arbalète, 2013
  • Cent vingt et un jours", Gallimard - L’arbalète, 2014

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les archives de l’État français n'étant pas ouvertes sur ce sujet. Voir François Béguin, « Affaire Maurice Audin : « L'ouverture des archives est avant tout symbolique », sur le site du journal Le Monde, 17 décembre 2012.
  2. Edwy Plenel, « La lettre de Michèle Audin à Nicolas Sarkozy », Mediapart, 2 janvier 2009.

Liens externes[modifier | modifier le code]