Muzillac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Muzillac
Blason de Muzillac
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Arrondissement Vannes
Canton Muzillac (chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes Arc Sud Bretagne (siège)
Maire
Mandat
Joseph Brohan
2014-2020
Code postal 56190
Code commune 56143
Démographie
Gentilé Muzillacais
Population
municipale
4 707 hab. (2011)
Densité 119 hab./km2
Population
aire urbaine
14 875 hab.
Géographie
Coordonnées 47° 33′ 14″ N 2° 28′ 50″ O / 47.5538888889, -2.48055555556 ()47° 33′ 14″ Nord 2° 28′ 50″ Ouest / 47.5538888889, -2.48055555556 ()  
Altitude Min. 0 m – Max. 65 m
Superficie 39,5 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte administrative du Morbihan
City locator 14.svg
Muzillac

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte topographique du Morbihan
City locator 14.svg
Muzillac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Muzillac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Muzillac
Liens
Site web http://www.muzillac.fr/

Muzillac [myzijak] est une commune française, située dans le département du Morbihan en Région Bretagne. Elle fait également partie des 12 communes de l'intercommunalité Arc Sud Bretagne et de l'arrondissement de Vannes.

Géographie[modifier | modifier le code]

En 2004, la commune de Muzillac regroupe 4200 habitants. Elle est située à 30 km de Vannes (gare, hôpital, lycées, université), à 90 km de Nantes (aéroport). Située en Bretagne Sud, Muzillac bénéficie d’un climat océanique : ensoleillé et à faible pluviométrie, doux l’hiver et tempéré l’été. Les animations sont nombreuses grâce à la commission culturelle, aux 53 associations et à l’union des commerçants.

Préhistoire et Histoire[modifier | modifier le code]

  • - 300 000 ans : les outils taillés, retrouvés dans les falaises de Cromenac’h (Ambon) sont les plus anciennes traces d’humains dans la région.
  • - 5000 à 2000 : des hommes dressent des dolmens et chassent avec des haches en pierre polie.
  • - 1700 : des tumuli sont construits comme tombeaux. Celui situé entre Bourg Pol et Penmur existe jusqu’en 1840.
  • - 400 : des Celtes, les Vénètes occupent la région entre la Laïta et la Vilaine.
  • 56 avant JC : les Vénètes sont vaincus par Jules César en face de Rhuys.
  • 200 : une voie romaine passant par Lannac’h, Brehoty et Kerlann relie Portus Nammetum (Nantes) à Darioritum (Vannes).
  • 450 à 650 : des Celtes nous arrivent d’outre Manche avec leurs coutumes et leur langue qui deviendra le breton.
  • Fin IXe siècle : les normands débarquent à plusieurs reprises. Ils sont battus en 890 à Questembert.
  • 1070 : on trouve pour la première fois : Musillac, Mezuillac mais la paroisse s’appelle Bourg Paule ou Bourg Pol.
  • 1123 : le seigneur Rioc de Musullac est mentionné dans le cartulaire de Redon ; ses armoiries sont « de gueules au léopard lionné d’hermines ».
  • 1248 : Alain de Musullac accompagne Saint Louis lors de la septième croisade.
  • 1288-1432 : la Chambre des comptes de Bretagne est installée à Muzillac.
  • 1419 : Saint Vincent Ferrier prêche sur le parvis de l’église de Bourg Pol.
  • 1678 : des Ursulines arrivent à Muzillac pour y créer un couvent et éduquer les jeunes filles.
  • 1790 : Muzillac devient commune et chef-lieu de canton, Bourg Paul reste la paroisse.
  • 1792 : les Ursulines sont chassés et leurs biens sont vendus aux enchères.
  • 1815 : le 10 juin, les troupes impériales sont repoussées par les chouans et les « escoliers » de Vannes. Cet épisode de « petite chouannerie » se passe entre Penmur et Pénescluz. Un son et lumière a fait revivre cet événement.
  • 1835 : construction d’une mairie école (actuel Office du Tourisme), avec les pierres d’une ancienne caserne de douanes, située route de Vannes.
  • 1842 : construction d’une chapelle Saint-Julien (actuelle salle Adélaïde).
  • 1900 : construction d’une maison bourgeoise qui deviendra hôtel de ville et bientôt Espace Mauduit.
  • 1903 : Muzillac est desservie par une ligne de chemin de fer. Elle sera désaffectée en 1947. Le bâtiment de la gare est devenu un logement social et la voie, un chemin de randonnée pédestre.
  • Fin XIXe siècle : la langue bretonne ne semble plus utilisée à Muzillac.
  • 1929 : le clocher de l’église de Bourg-Paul est incendié par la foudre. Elle sera démolie et remplacée par l’église Sainte Thérèse, plus proche de Muzillac.
  • 1931 : René Bazin fait paraître son roman « Magnificat » dont l’action se déroule en majeure partie autour de Muzillac.
  • 1987 : après l'achat par la municipalité en 1970, le moulin à papier de Pen Mur est aménagé.
  • 1990 : ouverture du Centre d’Animation du Vieux Couvent.

Langue[modifier | modifier le code]

La langue bretonne a été parlée jusqu'au milieu du XIX°, nous ne connaissons de la variété locale du breton haut vannetais parlé dans cette commune que ce que nous apprend la lettre qu'écrivit François GUIOT recteur de Bourgpaul à sa servante Françoise MILLES le 14 mars 1793, et conservée aux archives départementales du Morbihan.

Un filière catholique bilingue français-breton est créée en 2011.

À la rentrée 2013, 37 élèves étaient scolarisés dans la filière bilingue catholique (soit 7,1% des enfants de la commune inscrits dans le primaire)[1].

L’adhésion à la charte Ya d’ar brezhoneg a été votée par le Conseil municipal le 5 juillet 2012.

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason Famille Muzillac.svg

Les armoiries de Muzillac se blasonnent ainsi :

De gueules, au léopard lionné d’hermine.
(Armes de la famille de Muzillac).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1989 mars 2001 Claude Le Duigou    
mars 2001 en cours Joseph Brohan Divers droite Conseiller Général
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 4 707 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 791 1 638 1 674 2 028 1 891 2 128 2 236 2 435 2 422
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 421 2 370 2 402 2 378 2 426 2 423 2 528 2 551 2 594
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 573 2 635 2 595 2 503 2 510 2 254 2 202 2 251 2 043
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
2 189 2 516 2 987 3 228 3 471 3 805 4 218 4 322 4 644
2011 - - - - - - - -
4 707 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le Vieux Couvent : en mars 1678, l’évêché de Vannes accorde aux Ursulines de Ploërmel l’autorisation de fonder un couvent à Muzillac. Le 1er octobre 1792, l’envoyé de la République, François Le Batteux, émule de Carrier, chasse les religieuses qui sont envoyées à Vannes. Les bâtiments seront vendus comme biens nationaux. En 1982, il est racheté par la municipalité pour en faire un centre culturel qui sera ouvert en 1990.
  • Moulin à papier de Pen Mur
  • Château de Séréac (privé)

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.opab-oplb.org/98-kelenn.htm
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  4. A fond le rafiot, Libération, 22 novembre 2011 - http://www.liberation.fr/vous/2011/11/22/a-fond-le-rafiot_776333

Liens externes[modifier | modifier le code]