Billiers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Billiers
Pointe de Pen Lan et le domaine de Rochevilaine.
Pointe de Pen Lan et le domaine de Rochevilaine.
Blason de Billiers
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Arrondissement Vannes
Canton Muzillac
Intercommunalité Communauté de communes Arc Sud Bretagne
Maire
Mandat
Régine Rosset
2014-2020
Code postal 56190
Code commune 56018
Démographie
Gentilé Billiotin, Billiotine
Population
municipale
911 hab. (2011)
Densité 155 hab./km2
Population
aire urbaine
14 875 hab.
Géographie
Coordonnées 47° 31′ 57″ N 2° 29′ 18″ O / 47.5325, -2.4883333333347° 31′ 57″ Nord 2° 29′ 18″ Ouest / 47.5325, -2.48833333333  
Altitude 21 m (min. : 0 m) (max. : 29 m)
Superficie 5,87 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte administrative du Morbihan
City locator 14.svg
Billiers

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte topographique du Morbihan
City locator 14.svg
Billiers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Billiers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Billiers

Billiers [bilje] (en breton Beler) est une commune française, située dans le département du Morbihan en région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située sur la rive droite de l'estuaire de la Vilaine, au sud-est du Morbihan. Elle est traversée par la rivière de Saint-Éloi, qui se jette dans l'océan Atlantique à la pointe de Pen Lan.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2014 Guy Rival DVG  
Les données manquantes sont à compléter.

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Billiers (Morbihan).svg

Les armoiries de Billiers se blasonnent ainsi :

D’azur, à deux rames de gueules passées en sautoir, surmontées d’une ancre d’or et soutenues d’une bouée d’argent encordée de gueules.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 911 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
688 777 869 843 957 1 051 1 085 1 038 1 070
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
967 931 955 896 856 864 875 857 832
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
877 869 777 671 636 606 603 622 637
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
650 714 804 781 760 705 892 910 911
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Lieux de culte[modifier | modifier le code]

Église Saint-Maxent.
  • Église Saint-Maxent (XVIIe siècle-XIXe siècle). Son clocher servait d'amer, avant la construction du phare de Pen Lan, d'où sa forme particulière.

Mégalithes[modifier | modifier le code]

Billiers possède deux monuments historiques mégalithiques[3].

Dolmen du Crapaud
  • Dolmen du Crapaud. Le dolmen des Granges, surnommé « le Crapaud » à cause de sa ressemblance avec cet amphibien, est classé au titre des Monuments historiques, par décret du 1er mars 1978[4]. Aujourd'hui, on n'en voit plus qu'une table inclinée et les piliers (pierres verticales posées sur champ) sur lesquels elle reposait, horizontalement, antan, composant ainsi une chambre quadrangulaire, dont le couloir d'accès a disparu, englouti par le recul du littoral (estimé à une dizaine de mètres depuis l'époque néolithique). Les couloirs pouvaient avoir une longueur variable : de moins de deux mètres jusqu'à plus de treize (tumulus de Gavrinis). Désormais, son aspect primitif est donc difficile à déterminer.
  • Cairn de Grays. Le dolmen des Grays est inscrit au titre des Monuments historiques, par arrêté du 17 août 1934[5]. Il faut attendre une intervention de la municipalité[Quand ?] pour qu'il soit dégagé de sa gangue de ronces et d'herbes folles, puis remis en valeur. Parfois qualifié de tumulus, il se composait de trois dolmens à couloir, avec traces de compartimentage (la chambre funéraire est divisée par des cloisons internes), surmontés d'une butte artificielle en pierres – ou cairn –, désormais disparue. Le dolmen des Grays relevait donc du groupe des tombes à chambre subdivisée qui correspondent à une volonté, apparue dès la fin du 5e millénaire, de différencier l'espace funéraire[6] à sépultures multiples. Diamètre estimé : 20 à 30 mètres.

Constructions civiles[modifier | modifier le code]

  • Phare de Pen Lan. La pointe de Pen Lan possède un phare construit en 1837. Haut de 18 mètres, il est entièrement automatisé. Sa lumière, fournie par une ampoule halogène et concentrée par une lentille de Fresnel, est blanche pour les bateaux qui sont dans le chenal d’entrée du port, verte quand la navigation est possible, mais avec un tirant d’eau limité, rouge quand la navigation est dangereuse (en raison de la présence de nombreux rochers).
  • Moulin à vent du XVIIIe siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

  • Festival La Renverse. Jusqu'à 2005, il se déroulait, sur la commune voisine de Muzillac[7].
  • Festival Moul'stock[8]. Organisé depuis 2006 par l'association Zic'O Bourg, c'est un festival de musiques improvisées, avec des musiciens d'ici et d'ailleurs, dans les jardins du bourg de Billiers, sous le soleil de Bretagne.
  • Les Harmonies de Billiers. Festival de musique classique et d'arts visuels, destiné à un large public, et tremplin pour de jeunes talents qui « rêvent d’aller plus loin dans l'expression artistique de leur art »[réf. nécessaire].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]