Roger Zelazny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Zelazny.

Roger Zelazny

Nom de naissance Roger Joseph Zelazny
Autres noms Harrison Denmark
Activités Romancier, nouvelliste
Naissance
Euclid, Ohio, Drapeau des États-Unis États-Unis
Décès (à 58 ans)
Santa Fe, Nouveau-Mexique, Drapeau des États-Unis États-Unis
Langue d'écriture Anglais américain
Genres Science-fiction, fantastique, fantasy
Distinctions Prix Hugo
Prix Nebula
Prix Locus

Œuvres principales

Roger Joseph Zelazny, né le à Euclid dans l'Ohio et mort le (à 58 ans) à Santa Fe au Nouveau-Mexique, est un auteur de romans fantastiques et de science-fiction. Il a obtenu durant sa carrière six prix Hugo (pour quatorze nominations) et trois prix Nebula (pour quatorze nominations également).

Biographie[modifier | modifier le code]

Roger Zelazny est né aux États-Unis, à Euclid, dans l'Ohio, fils unique de Joseph Frank Zelazny, immigré polonais, et de Josephine Flora Sweet, Américaine d'origine irlandaise.

Au lycée, il devient rédacteur en chef du journal de son école et participe au club d'écriture créative. En automne 1955, il entre à l'université Case Western Reserve et en sort en 1959 avec un B.A. en littérature (équivalent d'une licence en France). Il est ensuite admis à l'université Columbia à New York, où il se spécialise dans le théâtre élisabéthain et jacobien, obtenant en 1962 un M.A. (équivalent Master 1).

Entre 1962 et 1969, il travaille pour la sécurité sociale à Cleveland, dans l'Ohio, puis à Baltimore, dans le Maryland. Il passe alors ses soirées à écrire de la science-fiction. Il débute par des nouvelles, d'abord courtes puis de plus en plus longues, avant de se lancer dans l'écriture de romans en 1965. Le premier mai 1969, il démissionne pour devenir écrivain à temps plein. Pendant cette période, il est un membre très actif de la Baltimore Science Fiction Society, où il côtoie d'autres écrivains du genre, comme Jack Chalker, Joe Haldeman et son frère Jack (en).

Il est publié pour la première fois dans le fanzine Thurban, en 1953, avec la première partie de l'histoire Conditional Benefit. Sa première publication professionnelle a lieu un an plus tard, avec une nouvelle d'heroic fantasy intitulée M. Fuller's Revolt. Ses débuts en tant qu'écrivain professionnel sont marqués par la publication simultanée, en 1962, de deux nouvelles, Passion Play et Horseman!. Il connait la célébrité en 1963 avec la nouvelle Une rose pour l'ecclésiaste, publiée dans The Magazine of Fantasy & Science Fiction. Cette histoire sera par la suite rééditée dans un recueil de nouvelles portant le même nom.

En 1966, il obtient le prix Hugo du meilleur roman pour Toi l'immortel, ex æquo avec Frank Herbert pour son roman Dune.

Par la suite, Zelazny devient membre de la Swordsmen and Sorcerers' Guild of America, qui regroupe des auteurs d'heroic fantasy désireux de populariser le genre, souvent décrié. Entre 1973 et 1981, Flashing Swords — une collection d'anthologies dirigée par Lin Carter — présente des écrits originaux des membres de la guilde. Dans le cas de Roger Zelazny, il s'agit de nouvelles mettant en scène le personnage de Dilvish le damné.

Zelazny meurt en 1995, à l'âge de 58 ans, d'une insuffisance rénale faisant suite à un cancer du côlon. Il vit alors en colocation avec l'auteur Jane Lindskold, avec qui il entretient une forte amitié. Peu avant son décès, il lui demande de terminer deux de ses romans inachevés : Donnerjack, qu'elle fait publier en 1997, et Lord Demon, qui est édité en 1999.

Analyse de l'œuvre[modifier | modifier le code]

Son œuvre est fortement teintée d'influences mythologiques, d'origine nordique, celtique, égyptienne, hindoue et chinoise.

Thèmes abordés[modifier | modifier le code]

L’immortalité

L'immortalité sous toutes ses formes joue un rôle important dans son œuvre. Ainsi, dans son premier roman publié, Toi l'immortel, le héros est un être presque mythique (peut-être est-ce la réincarnation du dieu Pan ?) qui ne peut pas vieillir. De tels immortels apparaissent dans d'autres romans, depuis Repères sur la route (en) jusqu'au Cycle des Princes d'Ambre. Mais même les dieux et les héros peuvent mourir, voire sont condamnés à mourir encore, comme dans Un pont de cendres. Et dans L'Île des morts, son ouvrage le plus ambitieux, les dieux eux-mêmes s'affrontent.

Parfois, les hommes acquièrent une certaine forme d'immortalité grâce à la technique. C'est le cas dans Seigneur de lumière ou dans Aujourd'hui nous changeons de visage (en). Mais dans la nouvelle Ange noir, ange noir, au contraire, la technique change les hommes jusqu'à ce qu'ils deviennent la Mort elle-même.

Au-delà de l'immortalité, c'est bien la mort elle-même qui est le sujet. Dans le Sérum de la déesse bleue, Zelazny admet l'équilibre indispensable entre la vie et la mort, et dans Le Maître des ombres le héros contribue à rétablir la mort. Mais Zelazny refuse toujours la mort de l'être aimé, que ce soit dans ses premiers romans (Le Maître des rêves) ou dans ses derniers (Donnerjack (en), terminé après la mort de Zelazny par sa compagne Jane Lindskold).

Le pouvoir

Nombre des personnages inventés par Zelazny sont des démiurges, des êtres dotés de pouvoirs, ce qui paradoxalement ne les rend ni vraiment plus forts, ni inhumains. Des Princes d'Ambre à l'Île des morts, des Clés de décembre à Toi, l'immortel, ses héros sont des dieux pour ceux qui les entourent, mais rarement pour eux-mêmes.

Le manichéisme

C'est là encore un thème central, qui revient associé à diverses métaphores, ainsi la licorne et le serpent sont dans le cycle des princes d'Ambre associés respectivement à l'Ordre, à la Marelle, à la permanence, et au Désordre, au Logrus et à l'éphémère. De même, dans Le Maître des ombres, la planète est divisée en Face Nocturne et Face Diurne, rappelant là aussi l'influence celtique où les fées (sidhes ou Sidh), sont divisées en deux cours, la cour visible, régnant sur le jour, le printemps et l'été et la cour invisible, régnant sur la nuit, l'automne et l'hiver. Pratiquement tous ses héros s'opposent d'une manière ou d'une autre à une vision si binaire du monde.

L'être humain

Ce thème est essentiellement développé en creux. La majorité des héros de Zelazny ne sont pas des humains normaux. Beaucoup d'entre eux sont dotés de pouvoirs particuliers et/ou immortels. Certains ont une nature partiellement inhumaine. Et certains sont totalement non-humains : Zelazny utilise les points de vue d'entités diverses, d'extra-terrestres, de dieux, de super-ordinateurs et même d'un chien.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie dédiée à ce sujet : Œuvre de Roger Zelazny.

Cycle des Princes d'Ambre[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Cycle des Princes d'Ambre.

Les cinq premiers romans narrent les aventures du prince Corwin d'Ambre :

  1. Les Neuf Princes d'Ambre, Denoël, coll. Présence du futur no 190, 1975 ((en) Nine Princes in Amber, 1970)
    Réédition au no 461 puis aux éditions Gallimard, coll. Folio SF no 19 en 2000
  2. Les Fusils d'Avalon, Denoël, coll. Présence du futur no 196, 1976 ((en) The Guns of Avalon, 1972)
    Réédition au no 462 puis aux éditions Gallimard, coll. Folio SF no 20, 2000
  3. Le Signe de la Licorne, Denoël, coll. Présence du futur no 251, 1978 ((en) Sign of the Unicorn, 1975)
    Réédition au no 463 puis aux éditions Gallimard, coll. Folio SF no 38 en 2000
  4. La Main d'Obéron, Denoël, coll. Présence du futur no 262, 1979 ((en) The Hand of Oberon, 1976)
    Réédition au no 464 puis aux éditions Gallimard, coll. Folio SF no 46 en 2001
  5. Les Cours du Chaos, Denoël, coll. Présence du futur no 291, 1980 ((en) The Courts of Chaos, 1978)
    Réédition au no 465 puis aux éditions Gallimard, coll. Folio SF no 56 en 2001

La seconde partie de la série raconte les histoires de Merlin (Merle), fils de Corwin, sorcier et expert informaticien :

  1. Les Atouts de la vengeance, Denoël, coll. Présence du futur no 422, 1986 ((en) Trumps of Doom, 1985)
    Réédition au no 466 puis aux éditions Gallimard, coll. Folio SF no 61 en 2001 - Prix Locus du meilleur roman de fantasy 1986
  2. Le Sang d'Ambre, Denoël, coll. Présence du futur no 467, 1988 ((en) Blood of Amber, 1986)
    Réédition aux éditions Gallimard, coll. Folio SF no 65 en 2001
  3. Le Signe du Chaos, Denoël, coll. Présence du futur no 468, 1989 ((en) Sign of Chaos, 1987)
    Réédition aux éditions Gallimard, coll. Folio SF no 74 en 2001
  4. Chevalier des Ombres, Denoël, coll. Présence du futur no 469, 1991 ((en) Knight of Shadows, 1989)
    Réédition aux éditions Gallimard, coll. Folio SF no 78 en 2001
  5. Prince du Chaos, Denoël, coll. Présence du futur no 470, 1993 ((en) Prince of Chaos, 1991)
    Réédition aux éditions Gallimard, coll. Folio SF no 82 en 2001

Zelazny a également écrit de nombreuses nouvelles se déroulant dans le multivers d'Ambre :

  • (en) Prologue to Trumps of Doom, 1993
  • (en) The Salesman's Talev, 1994
  • (en) The Shroudling and The Guisel, 1994
  • (en) Coming to a Cord, 1995
  • (en) Blue Horse, Dancing Mountains, 1995
  • (en) Hall of Mirrors, 1996

À l'exception de la première nouvelle, ces dernières forment une suite se déroulant après le dernier roman de la série.

Cycle de Francis Sandow[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Cycle de Francis Sandow.

Romans :

  1. L'Île des morts, J'ai lu no 509, 1973 ((en) Isle of the Dead, 1969)
  2. Le Sérum de la déesse bleue, Denoël, coll. Présence du futur no 205, 1976 ((en) To Die in Italbar, 1973)
    Réédition aux éditions J'ai lu no 6118 en 2002

Nouvelle :

L'Enfant de nulle part[modifier | modifier le code]

  1. L'Enfant tombé de nulle part, Presses Pocket, coll. Science-fiction no 5244, 1986 ((en) Changeling, 1980)
  2. Franc-sorcier, Presses Pocket, coll. Science-fiction no 5258, 1987 ((en) Madwand, 1981)

Cette saga a aussi été publiée en un seul volume :

Le Concours du millénaire[modifier | modifier le code]

  1. Apportez-moi la tête du prince charmant, J'ai lu no 3504, 1993 (Bring Me the Head of the Prince Charming, 1991)
    Coécrit avec Robert Sheckley.
  2. À Faust, Faust et demi, J'ai lu no 3783 (If at Faust You Don't Succeed, 1994)
    Coécrit avec Robert Sheckley.
  3. Le Démon de la farce, J'ai lu no 4614, 1997 (A Farce to Be Reckoned With, 1995)
    Coécrit avec Robert Sheckley.

Cette saga a aussi été publiée en un seul volume :

Autres romans[modifier | modifier le code]

Recueils[modifier | modifier le code]

Nouvelles (par ordre de parution aux États-Unis)[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]