Mohammed Dib

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dib.

Mohammed Dib (Ain Beida, 21 juillet 1920 - La Celle Saint-Cloud, 2 mai 2003) est un écrivain algérien de langue française, auteur de romans, de nouvelles, de pièces de théâtre, de contes pour enfants, et de poésie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Mohammed Dib naît dans une famille cultivée d'artisans. Il fait ses études primaires et secondaires en français, sans fréquenter l'école coranique comme c'était l'usage. Après la mort de son père en 1931, il commence autour de 1934 à écrire des poèmes mais également à peindre. De 1938 à 1940 Mohammed Dib devient instituteur, enseignant à Zoudj Bghel, près de la frontière marocaine. Comptable à Oujda, l'année suivante, au service des Subsistances de l'Armée, il est en 1942 requis au Service civil du Génie puis, en 1943 et 1944 interprète franco-anglais auprès des armées alliées à Alger.

De retour à Tlemcen en 1945 Mohammed Dib est jusqu'en 1947 dessinateur de maquettes de tapis, réalisés et vendus sous son contrôle. Il publie en 1946 un premier poème dans la revue Les Lettres, publiée à Genève, sous le nom de Diabi. Invité en 1948 aux rencontres de Sidi Madani, près de Blida, organisées par les Mouvements de Jeunesse et d'Éducation populaire, il y fait la connaissance d'Albert Camus, Louis Guilloux, Brice Parain Emmanuel Roblès et Jean Cayrol. Ce dernier deviendra par la suite son éditeur au Seuil à Paris. Il est ensuite syndicaliste agricole et effectue un premier voyage en France. De 1950 à 1952 Mohammed Dib travaille, en même temps que Kateb Yacine, au journal progressiste Alger républicain. Il y publie des reportages, des textes engagés et des chroniques sur le théâtre en arabe parlé. Il écrit également dans Liberté, journal du Parti communiste algérien. En 1951 il se marie avec Colette Bellissant, la fille d'un instituteur tlemcénien, dont il aura quatre enfants. Mohammed Dib lit à cette époque les classiques français, les écrivains américains, les romanciers soviétiques et italiens.

Après avoir quitté en 1952 Alger républicain, Mohammed Dib séjourne à nouveau en France alors que paraît aux Éditions du Seuil La Grande Maison, premier volet de sa trilogie Algérie, inspirée par sa ville natale, qui décrit l'atmosphère de l'Algérie rurale. Dans une “écriture de constat”, “réaliste”, il y témoigne tel un “écrivain public”, à partir de faits authentiques, de la misère des villes et des campagnes, des grèves des ouvriers agricoles, des revendications nationalistes naissantes. La presse coloniale critique le roman, ainsi que des membres du Parti communiste algérien qui auraient souhaité y rencontrer un “héros positif”, Aragon le défend. Les deux autres volets de la trilogie, L'Incendie et Le Métier à tisser, paraissent en 1954, l'année même du déclenchement de la guerre de libération, et en 1957. Durant cette période Mohammed Dib est, jusqu'en 1959, employé dans la correspondance et la comptabilité commerciale.

Tandis qu'il aborde plus explicitement la guerre d'indépendance dans Un été africain, Mohammed Dib est expulsé d'Algérie par la police coloniale en raison de ses activités militantes. André Malraux, Albert Camus, Louis Guilloux interviennent pour qu'il puisse s'installer en France. Il s'établit alors à Mougins, dans les Alpes-Maritimes, effectuant plusieurs voyages dans les pays de l'Est. En 1962 Qui se souvient de la mer manifeste une bifurcation de son écriture vers l'onirisme, le fantastique et l'allégorique.

En 1964 Mohammed Dib s'installe dans la région parisienne, à Meudon, puis en 1967 à La Celle-Saint-Cloud, près de Versailles. Dans Cours sur la rive sauvage et La Danse du roi publiés en 1964 et en 1968, il poursuit une quête plus introspective autour des thèmes de la condition humaine, de la féminité et de la mort. En 1970, Mohammed Dib souhaite s'engager dans une nouvelle trilogie “sur l'Algérie d'aujourd'hui”, dont Dieu en Barbarie et Le Maître de chasse (1973) constituent les deux premiers volets. Il apparaît dans Italiques à l'occasion du dixième anniversaire de l'Indépendance de l'Algérie[1].

Mohammed Dib enseigne, en 1976-1977, à l'université d'UCLA, à Los Angeles, Californie, ville qui lui inspirera son roman en vers « L.A. Trip » (2003). À partir de 1975 il se rend régulièrement en Finlande où il collabore, avec Guillevic, à des traductions d'écrivains finlandais. De ses séjours naîtront sa « trilogie nordique », publiée à partir de 1989  : Les Terrasses d'Orsol, Neiges de marbre, Le Sommeil d'Ève. Parallèlement à son travail de romancier, ses recueils de poèmes, Omneros en 1975, Feu beau feu en 1979, sont des célébrations de l'amour et de l'érotisme. Sa pièce de théâtre Mille hourras pour une gueuse, présentée à Avignon en 1977 et publiée en 1980, met en scène les personnages de La Danse du roi. De 1983 à 1986 Mohammed Dib est « professeur associé » au Centre international d'études francophones de la Sorbonne. Dans ses derniers livres, Simorgh, puis Laëzza, terminé quelques jours avant sa mort, il revient, sous la forme d'un puzzle littéraire, sur ses souvenirs de jeunesse. Il meurt le 2 mai 2003 à l'âge de 82 ans, à la Celle St Cloud.

Mohammed Dib a reçu de nombreux prix, notamment le prix Fénéon en 1952, le prix de l'Union des écrivains algériens en 1966, le prix de l'Académie de poésie en 1971, le prix de l'Association des Écrivains de langue française en 1978, le grand prix de la Francophonie de l'Académie française en 1994, attribué pour la première fois à un écrivain maghrébin. Il a obtenu en 1998 le prix Mallarmé pour son recueil de poèmes L'Enfant-jazz. En 2003 de nombreuses rumeurs faisaient état de la possibilité de l'attribution à Mohammed Dib du prix Nobel de littérature.

Jugements[modifier | modifier le code]

« Cet homme d'un pays qui n'a rien à voir avec les arbres de ma fenêtre parle avec les mots de Villon et de Péguy ».

Louis Aragon

« C'est l'écrivain de la précision dans les termes, de la retenue et de la réflexion. L'air qu'il fait entendre sur son clavecin est une musique intérieure qui parle au cœur. Écrivant en français, sans complexe et assumant sa double culture, l'auteur ne se livre pas purement et simplement au lecteur. Sa création littéraire demande souvent plusieurs lectures pour pénétrer jusqu'au sens. »

Jean Déjeux, dans Hommage à Mohammed Dib, « Kalim », no 6, Office des publications universitaires, Alger, 1985.

« L'œuvre littéraire de Mohammed Dib, commencée à la fin des années dix neuf cent quarante est aujourd'hui la plus importante de la production algérienne en langue française. Elle est aussi celle qui manifeste un renouvellement constant des formes et des thèmes en même temps qu'une grande continuité et une indéniable unité. » Naget Khadda, Mohammed Dib, cette intempestive voix recluse, Édisud, 2003.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • La Grande Maison, roman, Le Seuil, 1952 et Points Seuil. Prix Fénéon, 1953.
  • L'Incendie, roman, Le Seuil, 1954 et Points Seuil.
  • Au café, nouvelles, Gallimard, 1955; Sindbad, 1984.
  • Le Métier à tisser , roman, Le Seuil, 1957 et Points Seuil.
  • Un Été africain, roman, Le Seuil, 1959.
  • Baba Fekrane, contes pour enfants, La Farandole, 1959.
  • Ombre gardienne, poèmes, Gallimard, 1960; Sindbad, 1981; La Différence, 2003.
  • Qui se souvient de la mer, roman, Le Seuil, 1962, Points Seuil, Paris, La Différence, coll. "Minos", 2007.
  • Cours sur la rive sauvage, roman, Le Seuil, 1964.
  • Le Talisman, nouvelles, Le Seuil, 1966.
  • La Danse du roi, roman, Le Seuil, 1968.
  • Dieu en barbarie, roman, Le Seuil, 1970.
  • Formulaires, poèmes, Le Seuil, 1970.
  • Le Maître de chasse, roman, Le Seuil, 1973 et Points Seuil.
  • L'Histoire du chat qui boude, contes pour enfants, La Farandole, (1974, pour le texte) et Albin Michel Jeunesse, (2003, illustré par Christophe Merlin).
  • Omneros, poèmes, Le Seuil, 1975.
  • Habel, roman, Le Seuil, 1977, réédition avec une préface de Habib Tengour, coll. Lire et Relire, Éditions de la Différence, 2012.
  • Feu beau feu, poèmes, Le Seuil, 1979.
  • Mille hourras pour une gueuse, théâtre, Le Seuil, 1980.
  • Les Terrasses d'Orsol, roman, Sindbad, 1985; Paris, La Différence, coll. "Minos", 2002.
  • O vive, poèmes, Sindbad, 1987.
  • Le Sommeil d'Ève, roman, Sindbad, 1989; Paris, La Différence, coll. "Minos", 2003.
  • Neiges de marbre, roman, Sindbad, 1990; Paris, La Différence, coll. "Minos", 2003.
  • Le Désert sans détour, roman, Sindbad, 1992, Paris, La Différence, coll. "Minos", 2006.
  • L'Infante maure, roman, Albin Michel, 1994.
  • Tlemcen ou les Lieux de l'écriture, textes et photos avec Philippe Bordas, La Revue noire, 1994.
  • La Nuit sauvage, nouvelles, Albin Michel, 1995.
  • L'Aube Ismaël, récit poétique, éd. Tassili, Paris 1996.
  • Si Diable veut, roman, Albin Michel, 1998.
  • L'Arbre à dires, nouvelles, essai, Albin Michel, 1998.
  • L'Enfant jazz, poèmes, La Différence, 1998.
  • Le Cœur insulaire, poèmes, La Différence, prix des Découvreurs 2000.
  • Comme un bruit d'abeilles, Albin Michel, 2001.
  • L'Hippopotame qui se croyait vilain, conte, Albin Michel Jeunesse, 2001.
  • L.A. Trip, roman en vers, Paris, La Différence, 2003.
  • Simorgh, nouvelles, essai, Albin Michel, 2003.
  • Laëzza, nouvelles, essai, Albin Michel, 2006.
  • Poésies, Paris, "Œuvres complètes", La Différence, 2007.

Bibliographie sélective[modifier | modifier le code]

  • Jean Déjeux, Mohammed Dib, écrivain algérien, Naaman, Sherbrook, 1977.
  • Jean Déjeux, Bibliographie méthodique et critique de la littérature algérienne de langue française 1945-1977, SNED, Alger, 1979.
  • Nourredine Belhadj-Kacem, Le Thème de la dépossession dans la “trilogie”, ENAL, Alger, 1983.
  • Naget Khadda, L'œuvre romanesque de Mohammed Dib, Propositions pour l'analyse de deux romans, Office des publications universitaires, Alger, 1983.
  • Jean Déjeux, Dictionnaire des auteurs maghrébins de langue française, Paris, Éditions Karthala, 1984 (ISBN 2-86537-085-2).
  • Hommage à Mohammed Dib, [à l'occasion du soixante-cinquième anniversaire de la naissance de l'auteur], textes de Jacqueline Arnaud, Zineb Ali Benali, Charles Bonn, Mériem Cadi, Beïda

Chikhi, François Desplanques, Mireille Djaïder, Naget Khadda, Fewzia Sari, Paul Siblot, Kamel Yanat, Mourad Yelles Chaouche, bio-bibliographie de Jean Déjeux, « Kalim », no 6, Office des publications universitaires, Alger, 1985.

  • Beïda Chikhi, Problématique de l'écriture dans l’œuvre de Mohammed Dib, Alger, OPU, 1989.
  • Anthologie de la littérature algérienne (1950-1987), introduction, choix, notices et commentaires de Charles Bonn, Le Livre de Poche, Paris, 1990 (ISBN 2-253-05309-0)
  • Bachir Adjil, Espace et écriture chez Mohammed Dib : la trilogie nordique, préface de Denise Brahimi, L'Harmattan /Awal, Paris, 1995.
  • Chaabane Fadila, Approche sémiotique et bachelardienne de la poésie. Omneros, Feu, beau feu et O Vive de Mohammed Dib, Presses académiques francophones, avril 2014, ISBN 978-3-8416-2961-6.
  • Beïda Chikhi, « Mohammed Dib : les fictions nostalgiques », dans Littérature algérienne, désir d'Histoire et esthétique, Paris, L'Harmattan, 1997.
  • Mohammed Dib, La grande maison de l'écriture; Mohammed Khadda, L'aventure du signe, textes sur Mohammed Dib de Naget Khadda, Christiane Chaulet-Achour, Guy Dugas, Tahar Bekri, Soumya Ammar-Khodja, Mohammed Bahi, Malika Hadj-Naceur, Yamilé Harraoui-Ghebalou, Salim Jay, Mohamed Zaoui, Rachida Saïgh-Bousta, dans Horizons maghrébins, université de Toulouse le Mirail, Toulouse, 1999.
*Jean-Louis Joubert, Mohammed Dib, in Dictionnaire de poésie de Baudelaire à nos jours, sous la direction de Michel Jarrety, Paris, Presses universitaires de France, 2001 (ISBN 2130509401).
  • Mohammed Dib, textes de Naget Khadda, Mohammed Dib, Guy Dugas, Gil Jouanard, Paul Siblot, Pierrette Renard, Denise Brahimi, François Desplanques, Djamel Amrani et Fritz Peter Kirsch, dans Europe, n° spécial Algérie, Paris, 2003.
  • Naget Khadda, Mohammed Dib : cette intempestive voix recluse, Édisud, Aix-en-Provence, 2003.
  • Beïda Chikhi, « Mohammed Dib : pour une poétique du secret. À propos de L'Enfant-Jazz », Balises, Cahiers de poétique 3-4, Bruxelles, AML, 2003.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Italiques, deuxième chaîne de l'ORTF, 17 février 1972

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]