Boufarik

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Boufarik
Mairie de Boufarik
Mairie de Boufarik
Drapeau de Boufarik
Drapeau
Noms
Nom algérien بوفاريك
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Wilaya Blida
Daïra Boufarik
Président de l'APC Kamel Othmani
2012-2017
Code postal 09400
Code ONS 0920
Démographie
Population 71 446 hab. (2008[1])
Densité 1 403 hab./km2
Géographie
Coordonnées 36° 34′ 00″ N 2° 55′ 00″ E / 36.566667, 2.91666736° 34′ 00″ Nord 2° 55′ 00″ Est / 36.566667, 2.916667  
Altitude 63 m
Superficie 50,94 km2
Localisation
Localisation de la commune dans la wilaya de Blida
Localisation de la commune dans la wilaya de Blida

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
Boufarik

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
Boufarik

Boufarik (arabe: بوفاريك) est une commune de la wilaya de Blida en Algérie, située à 14 km de la ville de Blida et à 35 km d'Alger. Elle abrite la base aérienne qui regroupe les escadres de transport aérien tactique de l'armée de l'air algérienne. Connue pour ses oranges, elle est le lieu de naissance de la boisson Orangina.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Boufarik est située au nord de la wilaya de Blida. Son chef-lieu est situé à 35 km au sud-ouest d'Alger et à 13 km au nord-est de Blida.

Communes limitrophes de Boufarik
Benkhelil  ? (Wilaya d'Alger)  ? (Wilaya d'Alger)
Benkhelil Boufarik Chebli
Beni Mered Guerouaou, Soumaa Bouinan

Relief et hydrologie[modifier | modifier le code]

Boufarik est située au centre de la plaine de la Mitidja.

Localités de la commune[modifier | modifier le code]

Lors du découpage administratif de 1984, la commune de Boufarik est constituée à partir des localités suivantes[2] :

  • Boufarik
  • Sidi Madani
  • Sidi Mahfoud
  • Souk Ali
  • Bouamrous
  • Bouyagueb
  • Cité Bellouche
  • Base aérienne
  • Unités agricoles Souidani : Bendalla, Menaa, Medjadji, Boulila, Amiar, Bendar, Aouadi, Zemouri, Iboud, Faïdi, Si Smaïl, Reguieg
  • Partie Sud des unités : Safta, Messous, Karrar

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Sous l'Empire Ottoman[modifier | modifier le code]

Boufarik est visité pour la première fois par des Français en 1830, ce n'est alors qu'une plaine aride entourée d'un vaste marécage. Le site est pourtant important car un immense marché se tient chaque lundi depuis le XVIe siècle.

Le territoire de Boufarik, inclus dans l'Outhan des Beni Khélil, se divisait à l'époque des Turcs en trois cantons, El Merdjia, qui correspondait au marais, El Hamada, sur les hauteurs sèches, et El Outha, sur la plaine du centre.

La fondation et l'essor[modifier | modifier le code]

Blason de Boufarik durant la colonisation française
La célèbre boisson gazeuse Orangina , née à Boufarik

En 1835, des militaires français s'installent de façon permanente sur la plaine, qui devient le Camp d'Erlon.

La ville de Boufarik est fondée près du camp en 1836 par Bertrand Clauzel, celui-ci vend des lots de terre aux colons qui arrivent en masse. Pourtant, la vie est rude pour les Français, à cause de l'insécurité et des maladies qui pullulent dans les marais tout proches, comme la dysenterie ou le paludisme.

Pour remédier à ces problèmes, les colons devaient lutter en permanence contre les "indigènes" et durent entreprendre des travaux d'assèchement. Ces travaux débutèrent en 1843 et les canaux de drainage furent comblés en 1847, alors qu'une église et une école sont construites.

Deux ans plus tard, le camp militaire est fermé et remplacé par une gendarmerie. En 1851, le bourg est érigé en commune et se modernise, les rues sont élargies, des arbres plantés et des monuments tels le théâtre ou la gare voient le jour. Plus tard, la ville accueille un aérodrome.

Boufarik accueille ensuite des colons en masse, et les orangers de la Mitidja inspirent en 1936 à un médecin espagnol une boisson pétillante qui devient Orangina.

Après le 19 mars 1962,, les ""pieds noirs" juifs et chrétiens fuient en masse et l'usine Orangina est transférée à Marseille en 1962.

Administration et politique[modifier | modifier le code]

Premier maire de Boufarik : Pierre Martin BORELY de la Sapie - Maire (1903 et avant) : Jean Antoine Polycarpe GROS (né en 1830 à La Bastide des Jourdans, canton de Pertuis, arrondissement de Apt, Vaucluse, et décédé à Alger le 25/03/1903, propriétaire, chevalier de la Légion d'Honneur).

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2012 en cours Kamel Othmani[3] Parti des travailleurs  
Les données manquantes sont à compléter.

Vie quotidienne[modifier | modifier le code]

Transports[modifier | modifier le code]

La gare ferroviaire de la ville de Boufarik, Blida

La ville de Boufarik est desservie par plusieurs moyens de transport en communs (bus, taxis, trains de banlieue ... etc), elle dispose d'un axe routier important reliant Alger et Blida, d'un chemin de fer modernisée (électrifié et en double voie) reliant Alger au ouest algérien en passant par Blida.

Sports[modifier | modifier le code]

Le club omnisports WA Boufarik, fondé en 1945, comprend une équipe de football, de basket-ball,de gymnastique,vélo et de boxe ainsi une équipe de handball et de volley-ball,de handisport,de bouliste et d’athlétisme.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF]Recensement 2008 de la population algérienne, wilaya de Blida, sur le site de l'ONS.
  2. Journal officiel de la République Algérienne, 19 décembre 1984. Décret n° 84-365, fixant la composition, la consistance et les limites territoriales des communes. Wilaya de Blida, page 1491.
  3. K. Fawzi, « Blida : Le FLN perd des communes », dans Liberté, 15 décembre 2012 (Lire en ligne).