Kōken

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Shōtoku.

L'impératrice Kōken (孝謙天皇, Kōken Tennō?, 718 - 28 août 770), qui a régné une seconde fois sous le nom de Shōtoku (称徳天皇, Shōtoku Tennō?) était à la fois le quarante-sixième et le quarante-huitième Empereur du Japon, selon l'ordre traditionnel de la succession. Elle était la fille unique de l'empereur Shōmu (régnant de 724 à 749 et mort en 756) et de l'impératrice-consort Kōmyō, et son nom de naissance est Abe.

Biographie[modifier | modifier le code]

Kōken monte sur le trône en 749 lorsque son père abdique en sa faveur, mais dans les faits, ce dernier continue à contrôler le gouvernement. Durant son règne, elle a notamment ordonné la construction du Daibutsu du Tōdai-ji[1]. En 758, elle cède le trône à un cousin, le prince Ōi, fils du prince Toreni (lui même fils de l'empereur Temmu), qui devient l'empereur Junnin, et devient religieuse, sous le nom de Takano Tennō.

En 761, le moine bouddhiste Dōkyō la guérit et acquiert sur elle une grande influence. Il manœuvre pour la faire remonter sur le trône, et en 764 elle dépose Junnin, et remonte sur le trône sous le nom de Shōtoku, sans renoncer à ses vœux bouddhistes, ce qui crée un précédent. Contre l'avis de ses ministres, elle donne à Dōkyō le titre de daijō daijin zenji, puis de hō-ō, ce qui fait de lui l'héritier du trône. Shōtoku règne jusqu'à sa mort, due à la variole en 770. À cause de l'influence que Dōkyō avait eu sur Shōtoku, les ministres déclarent alors les femmes inaptes à régner et décident qu'il ne pourrait plus y avoir d'impératrice régnante. L'influence des moines de Nara ne cessant cependant pas d'augmenter, l'empereur Kammu décide en 784 de déplacer la capitale.

Elle ne doit pas être confondue avec le prince Shōtoku (572-622), qui a été l'un des premiers à promouvoir le bouddhisme au Japon.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]


Précédée par Kōken (premier règne) Suivie par
Shōmu
Imperial Seal of Japan.svg Impératrice du Japon Transparent.gif
749-758
Junnin
Précédée par Shōtoku (second règne) Suivie par
Junnin
Transparent.gif Impératrice du Japon Imperial Seal of Japan.svg
764-770
Kōnin

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Louis Frédéric, Le Japon, dictionnaire et civilisation, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins »,‎ 1996, 1419 p. [détail des éditions] (ISBN 2-221-06764-9)

Source de la traduction[modifier | modifier le code]