Go-Ichijō

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tombe de l'empereur Go-Ichijō et de l'une de ses filles (Kyōto).

L'empereur Go-Ichijō (後一条天皇, Go-Ichijō Tennō?, 12 octobre 1008- 15 mai 1036) était le soixante-huitième empereur du Japon, selon l'ordre traditionnel de la succession, et a régné de 1016 à 1036[1].

Généalogie[modifier | modifier le code]

Avant son avènement au Trône du chrysanthème, son nom personnel (son iminia) était Atsuhira-shinnō (敦成親王)[2]. Il était aussi connu comme Atsunari-shinnō[3].

Son nom posthume lui a été donné en mémoire de celui de l'empereur Ichijō (on peut traduire le préfixe Go-, 後, par « postérieur », ce qui donne donc « Empereur Ichijō postérieur ».)

Go-Ichijō était le second fils de l'empereur Ichijō et de Jōtō Mon'in, une fille de Fujiwara no Michinaga. Son impératrice-consort (chūgū) était une autre fille de Michinaga, Fujiwara no Ishi. Il eut plusieurs enfants, parmi lesquels on peut citer :

  • la princesse impériale Akiko (章子内親王, 1026 - 1105), impératrice (chūgū) de l'empereur Go-Reizei,
  • la princesse impériale Kaoruko (馨子内親王, 1029 - 1093), impératrice (chūgū) de l'empereur Go-Sanjō.

Événements de son règne[modifier | modifier le code]

Go-Ichijō monte sur le trône à 9 ans en 1016, lorsque son cousin Sanjō, devenu aveugle, abdique. Dans la mesure où il n'est pas en âge de gouverner, c'est son grand-père Fujiwara no Michinaga qui prend alors le contrôle du pays, avec le titre de sesshō (régent).

  • Chôwa 5, le 29e du 1re mois (1016): En la cinquième année du règne de Sanjō-tennō (三条天皇5年), l'empereur abdique ; et la succession (la senso) revient à Atsuhira-shinnō, qui était le deuxième fils de l'ancien empereur Ichijō[4]. Ensuite, l'empereur Go-Ichijō, qui n'avait que neuf ans, accède au trône (le sokui)[5].
  • Kannin 1, le 22e du 1er mois (寛仁元年; 1017): Quelques voleurs ayant pénétré pendant la nuit dans le palais impérial furent tués à coups de flèches par Fujiwara-no Nagasuke et Fujiwara-no Yositaka, officiers de le sadaijin, Fujiwara no Michinaga. Go-Ichijō leur accorda des récompenses[6].
  • Kannin 1, le 3e mois (1017): Michinaga se démit de la charge de sadaijin; et l'udaijin, Fuijwara no Akimitsu, lui succéda. Le nadaijin, Kan'in Kinsue, devint udaijin, et le dainagon, Fujiwara no Yorimichi, fils de l'épouse légitime de Michinaga, fut fait nadaijin. Son père lui céda par la suite la place de régent de l'empire (sesshō). Yorimichi avait 26 ans, et son frère cadet, le chūnagon, Fujiwara no Koremichi, fut fait sataishō, ou grand général de la gauche[6].
  • Kannin 1, le 3e du 5e mois (1017): Michinaga distribue des dons à plus de 3,000 pauvres, dans un bâtiment construit par ses ordres[6].
  • Kannin 1, le 9e du 5e mois (1017): Le daijō-tennō Sanjō-in mourut à l'âge de 42 ans[6].
  • Kannin 1, le 27e du 6e mois (1017): Quelques voleurs entrèrent de force dans le trésor de Michinaga, et emportèrent environ 1,300 onces de poudre d'or ; mais quelques mois après, ils furent arrêtés dans la province de Harima[6].

Kugyō[modifier | modifier le code]

Le Kugyō (公卿) est un nom collectif pour les hommes les plus respectés du kuge, les fonctionnaires les plus puissants à la cour impériale, les ministres les plus importants du daijō-kan.

Lors du règne de Go-Ichijō, il y eut des ministres comme:

Ères de son règne[modifier | modifier le code]

Les années du règne de Ichijō sont plus spécifiquement identifiées par plus d'une ère japonais ou nengō[6].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Titsingh, Isaac. (1834). Annales des empereurs du Japon, pp. 156-`60; Brown, Delmer et al. (1979) Gukanshō, pp. 307-310.
  2. Varley, H. Paul. (1980). Jinnō Shōtōki, p. 195; Brown, p. 264. [Jusqu'à l'empereur Jomei, les noms personnels des empereurs (ses iminia) étaient très longs et les gens ne les ont pas employés. Le nombre de caractères dans chaque nom a diminué après ce règne.]
  3. Titsingh, p. 156; Brown, p. 307.
  4. Brown, p. 307; Varley, p. 44.
  5. Titsingh, p. 156; Varley, p. 44. [Un acte distinct de senso n'est pas reconnu avant le règne de l'empereur Tenji; et tous les souverains sauf Jitō, Yōzei, Go-Toba, et Fushimi ont le senso et le sokui en la même année jusqu'au règne de Go-Murakami.]
  6. a, b, c, d, e et f Titsingh, p. 156.
  7. a et b Brown, pp. 308-309.
  8. a, b, c, d, e, f et g Brown, p. 309.