Go-Kōmyō

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Go-Kōmyō Tennō
後光明天皇
L'empereur Go-Kōmyō.
L'empereur Go-Kōmyō.
Titre
110e empereur du Japon

&&&&&&&&&&&0400310 ans, 11 mois et 16 jours
Prédécesseur Meishō
Successeur Go-Sai
Biographie
Dynastie Lignée Yamato
Nom de naissance Tsuguhito
Date de naissance
Date de décès (à 21 ans)

Go-Kōmyō
Empereurs du Japon

Go-Kōmyō (en japonais : 後光明天皇 Go-Kōmyō Tennō, nom propre : Tsuguhito) (20 avril 1633 - 30 octobre 1654) est le 110e empereur du Japon[1] selon l'ordre traditionnel de succession[2].

Les années du règne de Go-Kōmyō couvre la période allant de 1643 jusqu'à 1654[3].

Ce souverain du XVIIIe siècle est nommé d'après l'empereur Kōmyō de l'époque Nanboku-chō (XIVe siècle) et go- (後), se traduit littéralement par « plus tard » aussi peut-il être appelé l'« empereur Kōmyō tardif ». Le mot japonais « go » est également traduit pour signifier le « deuxième » et dans quelques sources anciennes, cet empereur peut être identifié comme « Momozono, le second » ou « Kōmyō II ».

Généalogie[modifier | modifier le code]

Avant son accession au trône du chrysanthème, le nom personnel de Go-Kōmyō (son imina) est Tsuguhito (紹仁?)[4] et son titre Suga-no-miya (素鵞宮?)[5].

Il est le quatrième fils de l'empereur Go-Mizunoo. Sa mère est Fujiwara no Mitsuko, la fille du sadaijin (Ministre de la gauche) mais il est élevé comme s'il était le fils de Tōfuku-mon'in[6]. L'impératrice Meishō est sa sœur ainée d'une autre mère.

La famille impériale de Go-Kōmyō vit avec lui dans le dairi du palais de Heian. La famille compte une seule fille et pas de fils [7] :

  • Dame d'honneur : Niwata Hideko (庭田秀子)
  • Première fille : Princesse impériale Takako (孝子内親王) (L'impératrice douairière Reisei (礼成門院))

Événements de la vie de Go-Kōmyō[modifier | modifier le code]

Tsuguhito-shinnō reçoit le titre de prince héritier et l'année suivante accède au trône lorsque l'impératrice Meishō abdique. Sa sœur quitte le trône et la succession ( senso) est reçue par le nouveau monarque. Peu de temps après, l'empereur Go-Kōmyō est considéré comme ayant accédé au trône (sokui)[8]. Les événements durant sa vie mettent en lumière son règne. Les années du règne de Go-Kōmyō correspondent à une période où Tokugawa Iemitsu et Tokugawa Ietsuna sont les dirigeants au sommet du shogunat Tokugawa.

  • 20 avril 1633 : Naissance du prince impérial qui sera connu du nom posthume Go-Kōmyō-tennō[9].
  • 1643 (Kan'ei 20, 29e jour du 9e mois) : L'impératrice cède son trône à son frère en abdiquant et la succession ( senso) est reçue par son frère cadet[8].
  • 14 novembre 1643 (Kan'ei 20, 3e jour du 10e mois) : Go-Kōmyō accepte le titre et il est supposé avoir accédé au trône (sokui)[8]. Il a 11 ans[6]. Son règne est considéré comme ayant commencé[9].
  • 1649 (ère Keian 2, 20e jour du 2e mois) : Très important séisme à Edo[5].
  • 1651 (Keian 4): Tokugawa Ietsuna est proclamé shogun[5].
  • 1653 (Jōō 2, 12e jour du 8e mois) : Un violent incendie détruit une grande partie du palais impérial et de nombreux temples qui se trouvent à proximité. Peu de temps après, plusieurs filles, âgées de 12-14 ans, sont emprisonnées pour crime d'incendie volontaires impliquant ce sinistre ainsi que d'autres incendies à Kyoto[5].
  • 1654 (Jōō 3, 6e jour du 7e mois) : Ingen, un prêtre bouddhiste qui va devenir très influent, arrive à Nagasaki en provenance de Chine. Son intention est de réformer la pratique du bouddhisme au Japon[5].
  • 30 octobre 1654 (Jōō 3, 20e jour du 9e mois) : Décès de l'empereur[9]. Il est inhumé au Sennyū-ji le 15e jour du 10e mois[10]. Il est probable que l'empereur est mort de la variole[7].

Go-Kōmyō est vénéré dans le mausolée impérial Tsuki no wa no misasagi, situé dans le Sennyū-ji dans l'arrondissement Higashiyama-ku de Kyoto. Les prédécesseurs impériaux immédiats de cet empereur, Go-Mizunoo et Meishō, sont également vénérés à cet endroit. Les successeurs impériaux immédiats de Go-Kōmyō sont également immortalisés dans ce misasagi dont Go-Sai, Reigen, Higashiyama, Nakamikado, Sakuramachi, Momozono Go-Sakuramachi et Go-Momozono[11].

Kugyō[modifier | modifier le code]

Kugyō (公卿?) est un terme collectif pour le très peu d'hommes les plus puissants attachés à la cour de l'empereur du Japon durant les ères pré Meiji. Même pendant les années où l'influence réelle de la cour à l'extérieur des murs du palais est minime, l'organisation hiérarchique persiste.

En général, ce groupe d'élite ne comprend que trois ou quatre hommes à la fois. Ce sont des courtisans héréditaires dont l'expérience et la formation les amènent à l'apogée de la carrière de toute une vie. Pendant le règne de Go-Kōmyō, ce sommet des daijō-kan comprend :

Ères du règne de Go-Kōmyō[modifier | modifier le code]

Les années du règne de Go-Kōmyō sont identifiées par plus d'un nom d'ère ou nengō[5].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]


Précédé par Go-Kōmyō Suivi par
Meishō
Imperial Seal of Japan.svg Empereur du Japon Transparent.gif
1643-1654
Go-Sai

Notes et références[modifier | modifier le code]

Japanese Imperial kamon — a stylized chrysanthemum blossom
  1. Imperial Household Agency (Kunaichō): 後光明天皇 (110)
  2. Ponsonby-Fane, Richard. (1959). The Imperial House of Japan, pp. 115–116.
  3. Titsingh, Isaac. (1834). Annales des empereurs du Japon, pp. 412–413.
  4. Ponsonby-Fane, p. 9.
  5. a, b, c, d, e, f, g et h Titsingh, p. 412.
  6. a et b Ponsonby-Fane, p. 115.
  7. a et b Ponsonby-Fane, p. 116.
  8. a, b et c Titsingh, p. 412; Varley, p. 44; n.b., un acte distinct de senso n'est pas reconnu avant l'empereur Tenji et tous les souverains, sauf Jitō, Yōzei, Go-Toba et Fushimi ont leur senso et sokui la même année jusqu'au règne de l'elpereur Go-Murakami
  9. a, b et c Meyer, Eva-Maria. (1999). Japans Kaiserhof in der Edo-Zeit, p. 186.
  10. Titsingh, p. 413.
  11. Ponsonby-Fane, Richard. (1959). The Imperial House of Japan, p. 423.

Source de la traduction[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :