Kōgyoku

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kōgyoku Tennō – Saimei Tennō
舒明天皇 – 斉明天皇
L'impératrice Kōgyoku — Saimei
L'impératrice Kōgyoku — Saimei
Titre
35e empereur du Japon
19 février 64212 juillet 645
Prédécesseur Jomei Tennō
Successeur Kōtoku Tennō
37e empereur du Japon
14 février 65517 août 661
Prédécesseur Kōtoku Tennō
Successeur Tenji Tennō
Biographie
Dynastie Lignée Yamato
Date de naissance 594
Date de décès 24 août 661 (à 67 ans)

Kōgyoku
Empereurs du Japon

L'impératrice Kōgyoku (皇極天皇, Kōgyoku Tennō?, 594 - 24 août 661[réf. nécessaire]), qui a régné une seconde fois sous le nom de Saimei (斉明天皇, Saimei Tennō?) était à la fois le trente-cinquième et le trente-septième dirigeant impérial du Japon, selon l'ordre traditionnel de la succession. Elle est une arrière-petite-fille de l'empereur Bidatsu, et son nom de naissance est princesse Takara.

Biographie[modifier | modifier le code]

Épouse et impératrice consort de l'empereur Jomei, elle lui met au monde trois enfants: les princes Naka no Ōe (qui devient plus tard l'empereur Tenji) et Ōama (le futur empereur Temmu) et la princesse Hashihito.

Premier règne[modifier | modifier le code]

À la mort de son époux, elle monte sous le trône en tant qu'impératrice Kōgyoku le 18 février 642. Durant ce premier règne, le clan Soga s'empare du pouvoir. Son fils Naka no Ōe planifie un coup d'État et assassine Soga no Iruka à la cour, en face du trône de Kōgyoku (voir l'article Itsushi no hen). Choquée, celle-ci abdique et laisse le trône en faveur de son fils le prince héritier Naka no Ōe, mais celui-ci insiste pour que ce soit l'empereur Kōtoku, frère de Kōgyoku qui monte sur le trône, le 12 juillet 645. Kōgyoku prend le nom de Sume-mi-oya no Mikoto.

Second règne[modifier | modifier le code]

Après la mort de Kōtoku le 24 novembre 654, et bien que Naka no Ōe soit le prince héritier, il remet sa mère sur le trône en tant qu'impératrice Saimei le 14 février 655, et continue de régner sous ce nom jusqu'à sa mort en 661. Cependant, c'est bel et bien le prince qui détient les rênes de la politique du Japon.

Saimei envoie plusieurs expéditions militaires contre les Ezo du nord de Kyūshū. En 660, le royaume coréen de Paekche est détruit par le royaume voisin de Silla, et le Japon vient en aide aux loyalistes Paekche pour tenter de récupérer leur territoire. Au début de l'année 661, Samei quitte sa capitale de la province de Yamato (Honshū) avec une armée de terre et une marine, et traverse la Mer intérieure d'est en ouest. L'impératrice s'installe alors dans le Palais temporaire d'Ishiyu, dans la province d'Iyo (aujourd'hui Dōgo Onsen). Elle arrive en mai au sanctuaire d'Asakura, au nord de la province de Tsukushi à Kyūshū (aujourd'hui une partie de la préfecture de Fukuoka et fait abattre des arbres pour construire son palais (la foudre tombe sur les bâtiments et les détruit). L'armée alliée des Japonais et des Paekche est alors prête à la guerre contre les Silla, lorsque Saimei meurt juste avant le départ de l'armée pour la Corée. En octobre, son corps est ramené de Kyūshū par la mer au port de Naniwa-zu (l'actuelle Osaka). Sa cérémonie funéraire a lieu au début du mois de novembre 661.

Références[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]