Ōjin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Portrait dit de l'empereur Ōjin, 1908

L'empereur Ōjin (応神天皇, Ōjin Tennō?) est le quinzième empereur du Japon à apparaître sur la traditionnelle liste des empereurs. Aucune date certaine ne peut être assignée pour le règne de cet empereur, mais il semble qu'il ait régné sur le pays pendant le début du Ve siècle. La tradition lui attribue cependant des dates de vie de 210 à 310 et situe son règne à partir de 270, bien qu'aucune de ces dates n'ait de fondement réel.

Il est le premier empereur historique du Japon, ses prédécesseurs étant à présent considérés comme appartenant à la légende du pays. Lui-même a été déïfié comme Hachiman Daimyōjin, protecteur des guerriers et le clan Minamoto en a fait son kami protecteur.

Légende[modifier | modifier le code]

D'après le Kojiki et le Nihonshoki, Ōjin était le quatrième fils de l'empereur Chūai et de sa femme Jingū. Chūai étant mort avant la naissance de son fils, Jingū devient régente et contrôle le pays. Ōjin naît en 210 à Tsukushi au retour de sa mère de l'invasion de la Corée et est nommé prince Hondawake. Sa mère reste régente et il ne lui succède qu'en 270. Durant son règne, des immigrants d'origine chinoise venus par la péninsule coréenne, tels que Wani dont la famille est originaire de la commanderie chinoise de Lelang, et le prince Yuzuki no Kimi descendant de la dynastie chinoise des Qin, viennent s'installer au Japon. Ōjin, qui envoie Takenouchi no Sukune à la conquête de Kyūshū, vit dans deux palais à Osaka et on lui attribue le kofun de Habikino, près d'Osaka, pour tombe.

Certains historiens l'assimilent à l'un des « cinq rois de Wa ».

Tombe[modifier | modifier le code]

Photographie aérienne du tumulus Konda Gobyoyama Kofun, Habikino, préfecture d'Osaka

Les historiens ont identifié la tombe de l'empereur Ōjin comme étant le tumulus Konda Gobyōyama Kofun, situé dans la ville de Habikino (préfecture d'Osaka). En 1848, un certain nombre d'objets ont été extraits d'une tombe satellite du tumulus, le Konda Maruyama Kofun, enregistrés aujourd'hui comme des Trésors nationaux et conservés au sanctuaire Konda Hachimangu. Ils comprennent deux arçons en bronze doré décorés avec des motifs de dragon, un fragment de bribe avec une plaque en forme de miroir, une poignée d'épée en bois de cerf, des ornements de chevaux, des pointes de flèches en fer et des fragments de cuirasse. Les ornements équins montrent selon les historiens une nette influence continentale, et notamment du style des trois royaumes Yan du nord-est de la Chine durant l'époque dite des Seize Royaumes (348-436). Cela tend à démontrer l'existence de relations entre le continent et l'archipel aux IVe et Ve siècles [1].

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Précédé par Ōjin Suivi par
Régence de l'impératrice Jingū
Imperial Seal of Japan.svg Empereur du Japon Transparent.gif
270 - 310 (dates traditionnelles)
Nintoku