Mouvement des Indignés

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Indignés)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Indignados.
Manifestation à Grenade le 15 mai 2011.
Manifestation à Paris le 20 mai 2011.
Les slogans et consignes sont écrits sur des papiers et des cartons de récupération.
Documental 15M: «Excelente. Revulsivo. Importante». French subtitles

Le mouvement des Indignés (Indignados en espagnol) ou Mouvement 15-M[1] est un mouvement assembléiste et non violent né sur la Puerta del Sol, en Espagne, le 15 mai 2011, rassemblant des centaines de milliers de manifestants dans une centaine de villes[2], se prolongeant par divers modes d’action (campements, marches) jusqu'à aujourd’hui. S’en est suivi une série de manifestations pacifiques, rassemblant jusqu'à plusieurs dizaines de milliers de personnes, organisées sur les réseaux sociaux et des sites web dont ¡Democracia Real Ya![3] (Une vraie démocratie, maintenant), auxquels se sont joints de 200[4] à 500 organismes soutenants, parmi lesquels les collectifs ATTAC, Anonymous, NoLesVotes et Juventud Sin Futuro (« Jeunesse sans avenir »)[5],[1].

Ce mouvement, inédit par son ampleur et ses revendications, se poursuit encore actuellement. Régulièrement, des manifestants ou des organisations se réclament des Indignés. La principale manifestation est la journée mondiale des Indignés, le 15 octobre 2011. Et le 12 mai 2012, des centaines de milliers de manifestants se sont réunis, principalement en Espagne, pour fêter le premier anniversaire du mouvement[6]. En septembre 2012, la manifestation Rodea el Congreso (« prise du Parlement »), cependant pas directement liée aux initiateurs du mouvement 15M, a rassemblé des dizaines de milliers de manifestants en Espagne.

Le nom des indignés a été donné par les médias et inspiré du titre du manifeste Indignez-vous !, écrit par Stéphane Hessel, connaissant alors d'importantes ventes en Espagne. Les manifestants se réfèrent plutôt au sigle 15M (pour 15 mai, date de commencement du mouvement). Le mouvement se réclame des influences du Printemps arabe[7],[8],[9],[10],[11], ainsi que de celles du mouvement Geração à rasca du 12 mars au Portugal[12] et des mouvements grecs et islandais de 2008[5]. Le mouvement s'est progressivement répandu, avec des variations dans les revendications et en intensité, en Grèce[13], moins intensivement dans le reste de l'Europe, puis en Israël, avec la révolte des tentes, et aux États-Unis avec le mouvement Occupy.

Formation du mouvement[modifier | modifier le code]

Contexte international[modifier | modifier le code]

Le mouvement du 15 Mai naît alors que l’Europe et le monde subissent les conséquences de la crise économique de 2008, née du scandale de la crise des subprimes[14]. La crise s’étend dans tous les pays du monde : en Islande, la population refuse le sauvetage de certaines banques, alors que le sauvetage de la Grèce par la troïka apparaît à beaucoup comme une condamnation[14]. La hausse des prix alimentaires provoque le printemps arabe[14].

Un autre facteur qui apparaît comme fondamental aux activistes du 15M est le réseau Internet, qui permet de nouer des contacts entre personnes partageant les mêmes centres d’intérêt, et une coordination rapide[15].

Contexte espagnol[modifier | modifier le code]

Au début de 2011, des dizaines de petits groupes protestataires ou revendicatifs dénoncent les mécanismes de la crise espagnole, le renoncement de la classe politique à défendre les idéaux des droits de l’homme, la passivité des électeurs, et appellent à mobilisations[15]. Sont cités l’assemblée des centres éducatifs de Madrid, dans le quartier de Vallecas, en mars[16] ; le mouvement Jóvenes sin futuro (« Jeunesse sans futur »), qui naît en janvier 2011, et avec une organisation à la base rassemble 5 000 manifestants le 7 avril[2] ; et quelques autres manifestations où l’esprit dirigiste, hiérarchique, était absent[2].

En pleine campagne pour des élections municipales espagnoles de 2011[2], ces petits groupes se réunissent pour appeler à une manifestation le 15 mai, qui finit sur la symbolique place de la Puerta del Sol[15].

Motivations[modifier | modifier le code]

Bien que les manifestants forment un groupe assez hétérogène, ils ont en commun un désaveu des citoyens envers la classe politique, la volonté d'en finir avec le bipartisme politique entre les deux principaux partis, Parti populaire (PP) et parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE), et avec la corruption[17]. Les membres du mouvement du 15M sont majoritairement des jeunes (entre 20 et 35 ans), diplômés, connaissent l’anglais et sont nés avec une souris entre les mains ; ils sont accoutumés à l’usage de l’informatique pour mettre en forme et communiquer des informations[18], ce qui est un point commun avec le Printemps arabe[8]. Dotés d’esprit critique, ils ne sont pas portés à l’affrontement[18]. Ayant été éduqués dans cet esprit, ils tiennent pour acquis que tous les hommes disposent de certains droits : liberté, égalité, droit à une vie digne (logement, travail, et tout ce qui concourt à des chances égales dans la vie)[18]. Mais en vieillissant, ils ont appris que la réalité était différente, et que les efforts des générations précédentes pour construire une société plus juste avaient été détruits[18]. Cependant, parce que les idéaux des Indignés sont universels, ils rassemblent au sein de la jeunesse tout le précariat, mais aussi plusieurs générations[18].

On retrouve la volonté d’en finir avec la « dictature des marchés » et ses conséquences sociales, environnementales, sur le vivre-ensemble et la démocratie[19]. Mais surtout, il cherche à se démarquer des mouvements précédents en pratiquant la désobéissance civile et surtout la non-violence, voulant éviter que des revendications qu’il estime justes soient délégitimées par un enchaînements d’actions violentes entre la police et les manifestants (quel que soit le camp à l’origine de la première violence)[19]. Il met en avant le fait de n’avoir ni représentants ni porte-parole[20].

Les sensibilités des manifestants varient beaucoup, on retrouve certaines personnes qui réclament seulement un peu plus de compréhension de la part de la classe politique, d'autres veulent une réforme de la loi électorale, d'autres encore désirent une révolution citoyenne qui déboucherait sur la création d'une véritable démocratie.

Campement à La Défense, en novembre 2011.

Le mouvement s'accompagne notamment d'une réflexion critique quant aux systèmes politiques contemporains. Ainsi des concepts comme oligarchie, démocratie représentative, démocratie directe, mandat impératif ou encore aristocratie sont employés. Des questions se posent quant aux revendications du mouvement : doivent-elles porter seulement sur les systèmes politiques, en proposant de réelles démocraties, ou doivent-elles comprendre des propositions sociales et économiques ? Le débat est notamment important sur le forum du mouvement français[21] et en Espagne des critiques fusent quant à l'éparpillement des revendications : « Des demandes unitaires de « démocratie réelle », on serait passé à une collection de chapelles. Ici les féministes, là les animalistes, plus loin les Sahraouis…[22] »

En Espagne, les revendications sont débattues dans les assemblées générales sous proposition de comités. Ainsi un manifeste de propositions a été produit par le campement madrilène[23]: il y est notamment question du respect des droits de base, à savoir : le logement, le travail, la culture, la santé, l'éducation, la participation politique, la liberté de développement personnel et le droit à des produits de première nécessité. La plate-forme a aussi un manifeste[24].

L'appel du 15 mai 2011[modifier | modifier le code]

Le mouvement a commencé par un appel à manifester, pacifiquement, dans 58 villes espagnoles, le 15 mai 2011, afin de revendiquer un changement dans la politique espagnole. Les manifestants considèrent que les partis politiques ne les représentent pas et ne prennent aucune mesure en leur faveur. Ces manifestations se produisent à l'approche des élections municipales, fixées au 22 mai 2011. Selon la presse, elles sont en relation avec la crise économique, le livre Indignez-vous !, de Stéphane Hessel[25], l'exemple du Printemps arabe[7],[8],[9],[10],[11], ainsi que celui du mouvement Geração à rasca du 12 mars au Portugal[26] et des mouvements grecs et islandais de 2008[5]. Le mouvement est aussi souvent comparé à Mai 68 malgré les propositions concrètes avancées par « los indignados. »

L’appel est lancé à un moment où la jeunesse espagnole est plus diplômée que jamais et que, selon l'agence Metroscopia, 89 % des Espagnols croient que les partis politiques ne pensent qu'à eux-mêmes[27]. Beaucoup de manifestants sont jeunes, ces derniers étant deux fois plus touchés par le chômage que le reste de la population (44 % contre 21 % en mars 2011) mais on peut voir aussi des travailleurs, des cadres, des personnes âgées et même de nombreuses familles[28]. Tous ont rappelé la nature pacifique des manifestations[28].

Les indignés en général, comme les appelle la presse, et l'organisation citoyenne ¡Democracia Real Ya! en particulier, se sont désolidarisés publiquement des divers incidents qui se sont produits pendant ces manifestations à Grenade[29].

Pensée du mouvement[modifier | modifier le code]

Le mouvement des indignés est vu comme en cours de renouvellement du corpus intellectuel de gauche en Espagne par Philippe Gorcuff[30].

Un des éléments prégnants du mouvement est la volonté de transcrire les discours politiques dans la réalité, de mise en pratique immédiate de la théorie politique[31]. De cette volonté découlent beaucoup de caractéristiques suivantes, mises en application grâce à un esprit de profond respect mutuel (lui aussi revendiqué[32]) :

  • le mouvement est horizontal, c'est-à-dire qu'aucune hiérarchie n'existe entre les membres du mouvement, qui sont tous protagonistes[33],[34] ;
  • l’égalité du temps de parole ou la publication sous licence libre des livres du mouvement[31] ;
  • certains auteurs du mouvement modifient l’orthographe pour éviter l’emploi du genre masculin comme neutre (avec l’emploi du @ comme contenant à la fois le o du masculin et le a du féminin), cependant chacun est laissé libre d’utiliser les règles classiques[31].
  • le mouvement n'est pas lié à un parti politique ou à une organisation syndicale[5],[16] ;
  • le mouvement est non violent et appelle à la désobéissance civile[35],[19],[36],[32] ;
  • le mouvement transcende les classes[37] ;
  • c'est, avec l’anarchisme, le plus important mouvement progressiste dénonçant le parlementarisme. Les participants dénoncent en effet le manque de représentativité des partis politiques[38] ;
  • c'est un mouvement qui a connu une exportation rapide et de grande ampleur, même si le terme exportation est parfois contesté puisque des mouvements sont nés simultanément et spontanément dans différentes villes à travers le monde et que l'on parle parfois plutôt d'un effet traînée de poudre[39] ;
  • il est le mouvement social le plus important en Espagne depuis la chute du franquisme[40] ;
  • la spontanéité du mouvement et son organisation efficace[41].

Revendications[modifier | modifier le code]

Les médias en général ont présenté le mouvement comme n’ayant pas de programme, ou ne portant pas de revendications claires. Or, le mouvement présente dès le départ des demandes, mais plus larges que des revendications visant à une amélioration ponctuelle de la situation sociale : son ambition assumée est de « changer le monde », ce qui passe par la fin de la société de consommation pour une société redistributrice, garantissant des conditions de vie dignes à chacun[36],[16].

  • entamer une prise de conscience sur la nature oligarchique des systèmes politiques ;
  • réformer le système économique et financier ;
  • lutter contre l'austérité ;
  • lutter contre la corruption ;
  • réformer les systèmes politiques ;
  • faire une révolution citoyenne ;
  • donner une place médiatique aux citoyens ;
  • exiger et créer de véritables démocraties.

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Les indignés adoptent un mode de fonctionnement assembléiste, dont les modalités permettent de débattre à plusieurs milliers[42] (5000 le 29 mai place de Catalogne à Barcelone[42], ou selon le protocole diffusé par l’assemblée de la Puerta del Sol, entre 20 et 30 000)[43].

Historique des actions[modifier | modifier le code]

2011[modifier | modifier le code]

La plate-forme Democracia Real Ya! est une association citoyenne appuyée par des centaines d'associations espagnoles. Elle lance un appel à la mobilisation pour réclamer une véritable démocratie le 15 mai.

Rassemblement du 15 mai[modifier | modifier le code]

Manifestation à Madrid sur la place Puerta del Sol le 15 mai.

Les manifestations du 15 mai rassemblent des centaines de milliers de manifestants, dans une centaine de villes. Dès ce moment, des villes du Portugal et d’autres pays tel que l'Espagne ou la France répondent à l’appel du mouvement[34].

Certains manifestants anticapitalistes et anti-globalisation ont tenté de paralyser la circulation dans la Grand Rue, mais les policiers anti-émeutes les en ont empêché en dispersant la foule, faisant quelques blessés et arrestations[44],[45].

La marche de Madrid de ce jour a réuni, selon la police nationale, quelque 20 000 manifestants. Selon la plateforme de coordination des groupes pour la mobilisation citoyenne, cette manifestation est suivie par 25 000 personnes[46].

Campements et manifestations dans le prolongement du 15 mai[modifier | modifier le code]

La nuit du dimanche 15 mai, près de 200 manifestants se réunissent en assemblée et décident de s'organiser pour passer la nuit sur la Puerta del Sol[47]. Le campement est dispersé par la police à l'aube du 16 mai[34]. Dans certaines villes, la police autorisa le campement des manifestants, comme à La Corogne, où affluèrent plus de 1 000 personnes le dimanche 15 mai[48].

De grands groupes de manifestants défilent à nouveau dans plusieurs villes le 17 mai, dont des dizaines de milliers sur la Puerta del Sol à Madrid[2]. Cette fois, les manifestations ne furent pas appelées par ¡Democracia Real Ya![49]. La manifestation est suivie depuis son début par les polices nationale et municipale[49], et créent une assemblée et des commissions spécialisées ; auparavant, ils avaient reçu l'appui de petits commerces pour l'approvisionnement en nourriture[47].

À Grenade, la police nationale a délogé les manifestants qui campaient sur la Plaza del Carmen[50].

Le 18 mai à Madrid, les manifestants montent une grande tente sous laquelle ils dispersent des cartons avec l'intention de passer la nuit du 17 au 18 sans que la police les en empêche[28]. Selon une reporter de El País, beaucoup arboraient des œillets[réf. nécessaire]. Ils mettent également en place une webcam pour diffuser depuis la Puerta del Sol sur le site Ustream. Les manifestants reçoivent la consigne de ne pas boire d'alcool ni de se regrouper à plus de 20 personnes, actes qui pourraient rendre licite une charge policière.

La police ordonne l'évacuation à Valence, Tenerife et Las Palmas. Deux personnes sont arrêtées dans l'évacuation de Grenade. Des appels à manifester sont maintenus pour l'après-midi. Les manifestations gagnent León et d'autres capitales régionales ou villes. Des groupes se créent sur les réseaux sociaux pour chaque campement. Google Documents et d'autres serveurs reçoivent de nombreuses demandes de téléchargement de documents pour légaliser de nouveaux appels à manifester.

Après un week-end où les manifestations ont été très suivies en Espagne, les élections ont lieu. Le parti socialiste de Zapatero, alors au pouvoir, perd un million de voix, et le parti conservateur en gagne 400 000. De plus l'abstention recule alors que le mouvement prônait le vote blanc. Les conservateurs acquièrent grâce à leur victoire historique un large pouvoir sur les capitales régionales et les régions. Jamais aucun parti n'avait eu depuis la restauration de la démocratie un tel nombre d'élus aux élections locales. Les résultats de ce scrutin classent de fait le mouvement des Indignés sur la gauche de l'échiquier politique. Mariano Rajoy a d'ailleurs critiqué le mouvement, disant : « Je remercie tous les Espagnols qui ont voté. La démocratie, c'est le vote ». Si le mouvement du 15 mai n'avait réuni officiellement que 58 000 personnes, ce sont 8 474 031 personnes qui ont voté pour les conservateurs lors des élections[51].

Organisation entre l’assemblée centrale et les assemblées de quartiers[modifier | modifier le code]

Le 24 mai, deux places voisines de Sol, les plaza Carmen et Benavente, sont utilisées pour des appels à soutien et à organisation : elles rassemblent des manifestants venus, sur la première, des quartiers de Madrid, et sur la seconde, de la communauté de Madrid. Le 28 mai, une centaine d’assemblées ont lieu dans la communauté de Madrid[52],[46], rassemblant environ 30 000 personnes, en lien avec la commission Extension de l’assemblée de la Puerta del Sol. Toutes disposent de commissions spécialisées. Le 29 mai, a lieu à Sol une assemblée des porte-paroles des assemblées de quartiers[52].

Le 27 mai, la place de Catalogne à Barcelone, où se trouvent à ce moment-là 400 indignés, est violemment expulsée par les Mossos d’esquadra, à 7 heures du matin, pour des raisons officielles de nettoyage. Les équipements électroniques (caméras, ordinateurs, appareils photos) sont confisqués ; le bilan est de 40 blessés, tous chez les campeurs[53]. La violence de l’action policière, contrastant avec la non-violence des indignés, plus les thèmes de mobilisation très rassembleurs (lutte contre la corruption), provoquent la plus large manifestation des indignés à Barcelone depuis le 15 mai. À minuit, les rues du centre sont occupées par les manifestants, vides de toute circulation automobile. La police est également très discrète. La solidarité se manifeste : grâce à elle, tout l’équipement confisqué le matin (cuisines, tentes, etc.) est remplacé le soir[54].

Le démantèlement du camp de Madrid, l'acampadaSol, est décidé en assemblée et fixé au 12 juin. Les manifestants déclarent que campements et occupations des places n'étaient que des moyens de protestation et en aucun cas des fins du mouvement et que la mobilisation continue par différentes méthodes[réf. nécessaire] : des appels mondiaux sont lancés, et en Espagne les assemblées sont décentralisées.

Le 12 juin 2011[modifier | modifier le code]

Les indignados quittent la Puerta del Sol. Le démantèlement du camp de Madrid, l'acampadaSol, a été décidé en assemblée et fixé au 12 juin. La mobilisation continue par différentes méthodes : des appels en Espagne et au monde entier sont lancés. À Madrid même plus de 120 assemblées de quartier sont organisées.

Le mouvement du 15 mai s'est développé à l'étranger. Des mouvements similaires sont donc apparus, notamment au Portugal, en France, en Allemagne (voir l'article sur le Wutbuerger), en Italie et en Angleterre. Des manifestations et les revendications dans le monde se réfèrent aux « Indignés ». Par exemple en Grèce, où, le 15 juin un appel à la grève générale est lancé afin de rejoindre les « Indignés » devant le Parlement. En France, le 14 juillet, la préfecture de police de Paris autorise le rassemblement national du mouvement Réelle Démocratie Maintenant de jour mais l'interdit de nuit.

Actuellement, le mouvement est connu dans le monde entier et beaucoup d'organisations se réclament du mouvement du 15 mai en Espagne.

19 juin[modifier | modifier le code]

Les syndicats avaient appelé à manifester le 19 juin contre le Pacte de l’euro[46]. Les assemblées populaires se joignent à l’appel[46]. La mobilisation réunit 260 000 manifestants barcelonais selon les organisateurs (contre 15 000 le 15 mai)[55],[46], plus de 150 000 à Madrid dans six marches différentes auxquelles se joignent des dizaines de cortèges, issus de chaque quartier, soit six fois plus que le 15 mai[46]. Les autres villes connaissent elles aussi un fort accroissement des effectifs des cortèges : on passe de 8000 à 80 000 à Valence, de 8000 à 20 000 à Bilbao, et les 6000 indignés du 15 mai à Séville sont 45 000 un mois plus tard[46]. Des manifestations ont eu lieu dans plus d'une centaine de ville, et beaucoup d'autres cortèges se comptaient en dizaines de milliers de participants[56].

Au niveau européen on a compté des centaines de manifestants à Lisbonne[57], à Bruxelles[58], à Londres et dans des dizaines de villes européennes, ainsi que plus de 10 000 à Athènes et dans toute la Grèce[59].

Marches populaires indignées[modifier | modifier le code]

Le 20 juin, les premières marches populaires indignées sortent de Valence[60] et de Murcie[61]. L’idée avait été lancée à la fin du mois de mai, dans l’assemblée de Barcelone[42], et le projet adopté au niveau national début juin[62]. Les autres départ s’échelonnent jusqu’à la mi-juillet[61] :

Les marches de Bilbao, Santander, Pampelune, Valladolid, Astoria forment la Route du Nord (avec celle de Logroño[42]) ; celles de Saragosse et Barcelone, la Route Nord-Orientale ; celles de Valence, Murcie, Cheste, la Route de l'Est ; celles des Canaries (Route des Canaries avec trois colonnes[63]), de Grenade[42], de Cadix, Malaga, la Route du Sud ; et les marches de La Corogne[42], Ferrol, Saint-Jacques-de-Compostelle, Vigo, Avilès, Gijon, Zamora et Salamanque, la Route du Nord-Ouest[61]. D’autres marches plus ponctuelles ont fusionnées avec celles-ci[64].

La vingtaine de marches rassemblent environ un millier de participants ; chaque soir, elles organisent une assemblée populaire dans la localité d’arrivée ; en route, elles fonctionnent en commissions (avec rotation des charges[65]) ; toutes possèdent leurs blogs et leurs twitters[64]. Les assemblées locales préexistantes préparent l’arrivée des marcheurs[64]. La Route de l’Est (Ruta Este), organisée à partir du 5 juin, partie le 20, parcourt 550 km en 30 étapes (soit 20 km par jour environ)[66]. Elle compte jusqu’à une centaine de marcheurs à partir de début juillet[67].

L’objectif est de propager le mouvement dans les villes traversées[68] et de répandre le mode de fonctionnement assembléiste par l’exemple[69], ainsi que de recueillir les doléances des citoyens des villes traversées[70].

Elles arrivent le 23 juillet, en six cortèges différents, accompagnées de nombreuses personnes qui les avaient aidé, accueillis, rencontrés en route[71]. Le 24 juillet, des dizaines de milliers de personnes manifestent à Madrid[71], et le premier forum social se tient au parc du Retiro, les 24 et 25 juillet[72].

Marche de Bruxelles[modifier | modifier le code]

La Marcha Meseta (marche de la Meseta) part le 26 juillet de Madrid pour rallier Bruxelles par Bayonne et Paris (soit 1 500 km)[73]. Cette marche rassemble des personnes de toute l’Europe, et même du monde[74].

Une autre marche part de Toulouse le 24 juillet, avec le même objectif, et est rejointe par la Marcha Madrid le 9 septembre à Orléans[74]. La Ruta Mediteranea part de Barcelone le 8 août et rejoint les deux autres à Paris. Enfin, une marche part d’Allemagne le 8 octobre et un groupe relie La Haye à Bruxelles en bicyclette du 10 au 14 octobre[74].

L’étape de Paris est le prétexte d’une manifestation le 17 septembre, en lien avec des manifestations mondiales contre les banques[75]. Les marcheurs restent une semaine à Paris, constamment harcelés par la police. Le 19 septembre, 120 marcheurs sont retenus par les CRS en pleine rue[75].

L’arrivée à Bruxelles a lieu le 8 octobre[73]. Là aussi, la police procède à des arrestations (48 le 8 octobre) et confisque les tentes, les marcheurs et le forum social prévu s’installant finalement dans une université abandonnée[76].

Le 15 octobre : première journée mondiale des indignés[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Manifestations du 15 octobre 2011.

Le 15 octobre se produit la première « journée mondiale des indignés », appelée aussi « journée mondiale de la colère »[77], sous le mot d'ordre « Tous ensemble pour un changement mondial ». Les manifestations ont eu lieu dans environ un millier de villes (951[78] à 1087[79]) dans 82[78],[80] à 87 pays[79]. La manifestation de Bruxelles rassemble environ 10 000 personnes[81].

Plusieurs autres appels internationaux ont été lancés sur des sites comme celui d'Occupy Wall Street. Ils n'ont toutefois pas eu le même retentissement au niveau mondial.

2012[modifier | modifier le code]

12 mai 2012[modifier | modifier le code]

C'est le 12 mai 2012, à trois jours de la date anniversaire du mouvement de la Puerta del Sol, qu'a eu lieu la deuxième journée mondiale des indignés[82]. La participation a été inférieure à celle du 15 octobre mais a permis de montrer que le mouvement n'est pas éteint, en Espagne notamment[83], avec des centaines de milliers de manifestants pendant plusieurs jours.

25 septembre 2012[modifier | modifier le code]

13 octobre 2012[modifier | modifier le code]

La date du 13 octobre 2012 a été choisie comme journée mondiale des indignés[82]. Elle a lieu un samedi, 2 jours avant le 15 octobre, ce qui en fait une sorte de date « anniversaire » du 15O (Manifestations du 15 octobre 2011). Les collectifs d'Indignés et d'Occupy prévoient une « casserolade » mondiale.

Traductions et réactions politiques[modifier | modifier le code]

La manifestation provoque des réactions dans les partis politiques qui s'expriment sur le sujet le 16 mai. Jaime Mayor Oreja, membre du PP et du Parlement européen, critique l'intention des manifestants de renoncer à l'exercice de leur droit de vote, rejoint en cela par José Blanco, du PSOE[84]. Izquierda Unida approuve certaines des plaintes des manifestants mais admet ne pas avoir su les prendre en compte. Son coordinateur, Cayo Lara, défend le droit des jeunes à refuser d'être une « génération perdue » et critique l'évacuation de la Plaza del Sol le 16 mai[85].

En France Jean-Luc Mélenchon encourage le mouvement, et déclare que le Front de gauche est la solution que les Indignés recherchent, alors que ces derniers critiquent justement les partis politiques et se prémunissent contre la récupération.

Le 3 août 2011, le président iranien Mahmoud Ahmadinejad déclare que l'existence de mouvements tels que celui des « indignados », en Grèce, en Espagne et dans beaucoup de pays occidentaux et la répression que ces mouvements subissent, montre le manque de démocratie en Europe[86].

Le mouvement commence à avoir des répercussions au niveau politique et dans la vie concrète des citoyens, grâce à la mobilisation selon les principes de l'action directe[87] :

  • des expulsions d'étrangers sont retardées grâce à la mobilisation d'assemblées de quartier ;
  • la loi sur la publication des patrimoines des hommes politiques devrait être votée beaucoup plus tôt, ainsi que la suppression des retraites complémentaires des parlementaires ;
  • certains partis ou hommes politiques renoncent à des avantages liés à leurs fonctions (véhicule de fonction) ;
  • le parti indépendantiste catalan (ERC) et le parti socialiste madrilène (PSM) demandent la formation de commissions chargées de relever les revendications des Indignés.

Parti X, Parti du Futur (Partido X, Partido del Futuro)[modifier | modifier le code]

Au début de l’année 2013, un nouveau parti politique – créé par un groupe de personnes proches du mouvement 15-M – a fait son apparition en Espagne : il s’agit du Parti X, Parti du Futur (Partido X, Partido del Futuro). Cette nouvelle formation politique a été présentée sur Internet le 8 janvier 2013 sur le réseau social Twitter.

Ce parti prône l’instauration d’une forme de démocratie directe – appelée « démocratie 4.0 » – et défend la création de « wikilégislations » (wikilegislaciones), permettant à chaque citoyen de participer à l’élaboration des lois par le biais d’Internet.

Le programme du Parti X, Parti du Futur peut être résumé par la formule : « démocratie, un point c’est tout » (democracia y punto)[88].

À l’heure actuelle, les membres de ce parti préfèrent conserver l’anonymat. Officiellement, le président du Parti X est Greer Margaret Thurlow Sanders[89].

Exportation[modifier | modifier le code]

Le mouvement du 15 mai s'est développé à l'étranger[90], notamment au Portugal, en France, en Allemagne, en Italie et en Angleterre. Les mobilisations, en mai 2011 sont bien moindres en dehors de l'Espagne. Il s'agit le plus souvent de manifestations initiées par des Espagnols expatriés en contact avec le mouvement espagnol[46], et rassemblant entre 30 et 300 personnes ; parfois, des camps sont montés. Le mouvement prend le nom de Take the square dans les pays anglophones[46].

Des mouvements similaires mais qui ne se réclament pas directement des indignés, naissent également en 2012, et lient leur action à celle des Espagnols : Occupy.

Belgique[modifier | modifier le code]

En Belgique, le mouvement des Indignés s'établit dans plusieurs villes du royaume (Bruxelles, Liège, Namur…) et peut compter jusqu'à quelques centaines de personnes. Le 10 juin 2011, la police procède à l'expulsion du campement installé place Sainte-Croix à Ixelles[91]. Le 6 juillet 2011, même intervention pour les indignés de l’esplanade Saint-Léonard à Liège[92] qui ont alors trouvé un autre site où s'établir[93]. Durant la semaine du 9 au 15 octobre, 500 indignés se sont retrouvés à Bruxelles pour préparer la manifestation du 15 octobre 2011 qui aura rassemblé 7000 personnes. Le mouvement a adopté une structure horizontale et, pour l'instant, il n'y a pas de revendications claires en Belgique. Cependant, il existe des assemblées populaires à Bruxelles, à Liège, à Namur et à Charleroi. Une deuxième manifestation a été organisée le 12 mai 2012 à l'occasion de la première année des indignés, celle-ci rassembla 700 participants.

États-Unis[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Occupy Wall Street.

Un mouvement lié à celui de ¡Democracia real ya! est né aux États-Unis, avec l’occupation à partir du 17 septembre 2011 d’une place à Wall Street. Il a essaimé dans 146 villes des États-Unis au 6 octobre[94].

France[modifier | modifier le code]

Campement sur l'esplanade de La Défense en novembre 2011.

En France, en comparaison d'autres mouvements étrangers, la contestation ne décolle pas[95]. Les premières manifestations de soutien aux espagnols voient le jour le jeudi 19 mai 2011, date à laquelle 3000 personnes se rassemblent dans la soirée sur la place de la Bastille[96]. Dans plus d'une cinquantaine de villes, des manifestations et des rassemblements de personnes ont également lieu[97]. Des campements voient le jour dans plus d'une dizaine de villes, pour des durées variables (Paris, Lyon, Toulouse) allant jusqu'à 6 semaines d'occupation de l'esplanade Chaho-Pelletier à Bayonne[98],[99]. Le 29 mai 2011, 3000 personnes se réunissent à nouveau place de la Bastille[96]. Le 16 octobre 2011, à Lyon, plusieurs milliers de personnes, selon les participants, assistent à une journée de mobilisation des Indignés rhônalpins, comprenant des concerts, débats et assemblées populaires. Le 4 novembre 2011 à 17 h, les indignés se donnent rendez-vous à la Grande Arche de la Défense[100].

L'accueil réservé aux assemblées et campements publics dépend des municipalités : certaines sont dispersées par les forces de l'ordre, comme à Paris[101],[102],[103],[104],[105],[106] Poitiers[107] ou à Marseille[108]. Contrairement aux mobilisations ayant lieu dans d'autres pays, ces manifestations ne se transforment généralement pas en campements, sauf à certains endroits comme La Défense à Paris[109] ou la Place des Terreaux à Lyon, en raison notamment de la faiblesse de la mobilisation et du refus, parfois "musclé" (selon la Ligue des Droits de l'homme, comme à Marseille en décembre 2011[110]) des municipalités.

Le 31 mai, le tribunal administratif de Pau autorise le campement des Indignés de Bayonne, quai Chaho[111],[112],[113].

En France, plusieurs villes manifestent en soutien au 19 juin espagnol, mais aucune manifestation ne dépasse le millier de manifestants (600 à Paris, 200 à Montpellier, Bordeaux, Nice)[114] et Lille, et de plus petits rassemblement dans des dizaines d'autres villes, comme Bayonne[115], Perpignan ou encore Manosque.

La préfecture de police de Paris autorise le rassemblement national du mouvement Réelle Démocratie Maintenant le 14 juillet mais l'interdit la nuit.

En mars 2012, différentes marches parties de plusieurs villes françaises (Marseille, Bayonne, Toulouse, etc.) se dirigent vers Paris pour lancer le nouveau printemps des peuples[116],[117].

Avril 2012: Les six marches de Marseille, Bayonne, Toulouse, Angers, Lille précédentes et la marche banlieues indigné-e-s de Paris[118],[119] ont commencé à confluer les jours précédant [120]le jour de la manifestation du 21 avril, organisée à Paris depuis la fontaine des innocents (aux halles de Paris) vers le Trocadéro [121]. Les anonymous ont appelé à les rejoindre dès le 12 avril[122]. Partout en France, des occupations de la place publique ont été organisées (Aix-en-Provence, Bordeaux, Bayonne, Brest, Clermont-Ferrand, Grenoble [123], Lille, Limoges, Lyon, Marseille, Montauban, Montpellier, Nantes, Nice, Nîmes, Niort, Paris, Toulon, Toulouse...). Cette marche s'inscrit dans le projet 2011/2012 de "ROAD TO DIGNITY": les marches vers Paris, se déroulent en même temps que la marche vers athènes (Pas de source, car non médiatisé depuis octobre 2012...), et celle à travers les États-Unis... (idem) et fait écho au #15O et sa marche vers Bruxelles [124],[125] qui mobilisa des milliers de villes dans le monde de manière apartide et apatride. Le Road for Dignity doit déboucher sur le 12M-15M, qui devrait déboucher sur une grève générale mondiale[126].

La manifestation, lors de son arrivée au Trocadéro, a été encerclée par la gendarmerie, qui a interdit pendant quatre heures aux manifestants de sortir de ce cercle, sans commodités, ni possibilité de se nourrir et a également interdit aux pompiers de pénétrer dans ce cercle sécurisé. Leur libération n'a été effectuée qu'à partir de 23 h, en relachant des groupes de 4 à 10 personnes toutes les demi-heure (voir la référence pour trouver les sources primaires et secondaires des 21 et 22 avril)[127]

Depuis septembre 2011 la revue trimestrielle Les Zindigné(e)s, dirigée par le politologue Paul Ariès, reprend le nom du mouvement.

Grèce[modifier | modifier le code]

Le mouvement a véritablement débuté en Grèce le 25 mai 2011. Les indignés espagnols pensent que leur mouvement a inspiré les grecs[128], bien que le rapport de cause à effet ne soit pas établi et que les motivations ne sont pas les mêmes d'un pays à l'autre.

Ainsi, à partir du 25 mai, des campements voient le jour dans les principales villes grecques, et le 5 juin 2011, journée de mobilisation record en Grèce, on compte plus d'un million de manifestant dans tout le pays[réf. nécessaire]. En Grèce c'est la place Syntagma qui est le symbole de la contestation des indignés. Les estimations donnent entre 100 000 et 500 000 personnes rassemblées en ce lieu dans la journée du 5 juin 2011[réf. nécessaire].

Le mouvement en Grèce a pris une telle importance que les centrales syndicales ne sont plus mobilisatrices pour contrer le gouvernement. [réf. nécessaire]

Ainsi, le 15 juin un appel à la grève générale est lancé par l'ADEDY, principale base syndicale du secteur public, afin de rejoindre les « Indignés » devant le Parlement. À cette occasion ceux-ci ont annoncé leur volonté d'empêcher les parlementaires de débattre des nouvelles mesures d'austérités proposées par le gouvernement socialiste[129]. Après un été plutôt calme, le mouvement reprend en septembre[130],[131].

Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Les manifestations et campements nocturnes du 17 mai ont lieu dans 30 villes[132]. Les manifestations du 17 mai ont gagné le soutien de citoyens du Royaume-Uni qui ont organisé un sit-in en face de l'ambassade d'Espagne du 18 au 22 mai[132].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Nous, Indignés... occupons le monde !, ABC’éditions, 2012, ISBN 978-2-919539-15-4
  • (es) Hacia una rEvolución mundial Noviolenta : del 15M al 15O, Editorial Manuscritos, 2011, ISBN 978-84-92497-82-9 (historique du mouvement jusqu’au 16 octobre, écrit par des participants au mouvement)
  • Indignez-vous !, Stéphane Hessel, 13° Édition janvier 2011, ISBN 978-2-911939-76-1

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sites des Indignés[modifier | modifier le code]

À propos du mouvement[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Nous, Indignés… occupons le monde !, ABC éditions, Paris, 2012, ISBN 978-2-919539-15-4, p. 153
  2. a, b, c, d et e (es) Hacia una rEvolución mundial Noviolenta : del 15M al 15O, Editorial Manuscritos, 2011, ISBN 978-84-92497-82-9, p. 42
  3. le site web ¡Democracia Real Ya! (visité le 16 octobre 2011)
  4. Alcaide, Soledad ; Mouvement 15-M : les citoyens exigent de reconstruire la politique, 17 mai 2011 (édition du jour même)
  5. a, b, c et d Gutiérrez, Óscar, de El País; Les samedis d'Islande sont arrivés au 15 mai, 17 mai 2011 (édition du 18 mai 2011).
  6. http://www.francetvinfo.fr/en-europe-les-indignes-reprennent-la-rue-pour-leur-un-an_94627.html
  7. a et b Le Yéti, « Les "indignados" quittent la Puerta del Sol, mission accomplie », Rue89, publié le 13 juin 2011
  8. a, b et c Sylvie Kauffmann, « Diplômés et indignés, une tendance mondiale », Le Monde, 24 juin 2011, p. 23
  9. a et b Interview d’Anne Dufresne par Paule Masson, « Les syndicats sont devenus beaucoup plus réactifs », cahier spécial En direct avec les Indignés d’Europe, publié par L’Humanité, 7juin 2011, p. 21 (idem témoignage bas de page)
  10. a et b Entretien de Jean-Paul Piérot avec Francis Wurte, « La démocratie limitée, ils n’en veulent plus », En direct avec les Indignés d’Europe, op. cit., p. 22
  11. a et b Gérard Mordillat, « La force des choses », En direct avec les Indignés d’Europe, op. cit., p. 24 (voir aussi l’éditorial)
  12. Antoine Reverchon, Anne Rodier, « Les peuples européens à l'épreuve de la rigueur », Le Monde Économie, 31 mai 2011, p. 1
  13. http://www.bastamag.net/article2542.html
  14. a, b et c Hacia una rEvolution, op. cit., p. 37
  15. a, b et c Hacia una rEvolution, op. cit., p. 38
  16. a, b et c Hacia una rEvolution, op. cit., p. 41
  17. Muñoz Lara, Aurora;Le mouvement des indignés occupe à nouveau la Puerta del Sol, 17 mai 2011 (édition du jour même).
  18. a, b, c, d et e Hacia una rEvolution, op. cit., p. 36
  19. a, b et c Hacia una rEvolution, op. cit., p. 10
  20. Hacia una rEvolution, op. cit., p. 12
  21. « http://forum.reelledemocratie.fr/viewtopic.php?f=25&t=21 » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-05-02
  22. http://www.lefigaro.fr/international/2011/05/30/01003-20110530ARTFIG00704-les-indignes-de-madrid-s-interrogent-sur-leur-avenir.php
  23. « http://www.acrimed.org/article3601.html » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-05-28
  24. http://owni.fr/2011/05/22/manifeste-democracia-real-ya-democratie-maintenant/
  25. El País (sección: editorial); Indignados en la calle, 17 mai 2011 (édition du jour même).
  26. Antoine Reverchon, Anne Rodier, « Les peuples européens à l'épreuve de la rigueur », Le Monde Économie, 31 mai 2011, p. 1
  27. Toharia, José Juan; Llaman a la puerta, 17 mai 2011 (consulté le jour même).
  28. a, b et c El Mundo; Des milliers de personnes descendent dans la rue et passent la nuit à la Puerta del Sol, 18 mai 2011 (consulté le jour même).
  29. ABC Sevilla; «Democracia Real Ya» se désolidarise des insultes «ciblées» d'une fraternité grenadine, 16 mai 2011 (consulté le 18 mai 2011)
  30. Philippe Gorcuff, « La gauche est en état de mort cérébrale », Rue89, publié le 4 octobre 2012
  31. a, b et c Hacia una rEvolution, op. cit., p. 15
  32. a et b Hacia una rEvolution, op. cit., p. 44
  33. 2011: les combats d'un monde en colère
  34. a, b et c Hacia una rEvolution, op. cit., p. 43
  35. « http://acampadabaiona.com/2011/11/14/declaration-de-souverainete-populaire/ » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-09-10
  36. a et b Hacia una rEvolution, op. cit., p. 40
  37. parole d'indignados
  38. « http://acampadabaiona.com/manifeste/ » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-09-10
  39. Indignés : les nouvelles formes de protestation
  40. Les 2 motivations des indignés : chômage et mondialisation
  41. « La machine de guerre de Occupy Wall Street » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-05-02
  42. a, b, c, d, e et f Hacia una rEvolution, op. cit., p. 64
  43. Nous, Indignés..., op. cit., p. 117
  44. La manifestation des 'indignés' mobilise plusieurs milliers de personnes dans toute l'Espagne, 15 mai 2011 (édition du 17 mai 2011).
  45. Informativos Telecinco; La manifestation des 'Indignés' se termina avec 24 arrestations et 5 policiers blessés, 16 mai 2011 (édition du 18 mai 2011)
  46. a, b, c, d, e, f, g, h et i Hacia una rEvolution, op. cit., p. 54
  47. a et b Carmen Pérez-Lanzac, « Indignés et campeurs », El País, 17 mai 201.
  48. La Voz de Galicia ; Plusieurs campements réactivent les manifestations des «indignés» en Galice, 17 mai 2011 (édition du jour même).
  49. a et b El Diario Montañés; Des milliers d' « indignés » reprennent la Puerta del Sol, 17 mai 2011 (édition du même jour).
  50. La Police Nationale évacue les 'indignés' qui campaient sur la Plaza del Carmen de Grenade ideal.es
  51. « Espagne: débâcle des socialistes de Zapatero aux élections municipales et régionales », 23 mai 2011, Latin reporters
  52. a et b Hacia una rEvolution, op. cit., p. 46
  53. Hacia una rEvolution, op. cit., p. 49
  54. Hacia una rEvolution, op. cit., p. 50
  55. http://www.eldiariomontanes.es/v/20110620/nacional/destacados/miles-indignados-vuelven-desafiar-20110620.html
  56. http://www.rtve.es/noticias/20110619/minuto-minuto-marchas-indignados-del-19-j-contra-modelo-politico-economico-actual/441858.shtml
  57. http://noticias.terra.com.co/internacional/mas-de-300-indignados-exigen-una-renovacion-de-la-democracia-en-portugal,3cc72d07739a0310VgnVCM4000009bf154d0RCRD.html
  58. http://www.7sur7.be/7s7/fr/3007/Bruxelles/article/detail/1280739/2011/06/19/Des-centaines-d-Indignes-sur-la-place-Flagey-a-Bruxelles.dhtml
  59. http://www.eleconomista.es/internacional/noticias/3168332/06/11/Unos-10000-griegos-vuelven-a-tomar-la-plaza-Sintagma-para-protestar-contra-el-rescate-internacional.html
  60. Hacia una rEvolution, op. cit., p. 55
  61. a, b et c Hacia una rEvolution, op. cit., p. 58-59
  62. Hacia una rEvolution, op. cit., p. 65
  63. Hacia una rEvolution, op. cit., p. 68
  64. a, b et c Hacia una rEvolution, op. cit., p. 60
  65. Hacia una rEvolution, op. cit., p. 69
  66. Hacia una rEvolution, op. cit., p. 65-66
  67. Hacia una rEvolution, op. cit., p. 82
  68. Hacia una rEvolution, op. cit., p. 73
  69. Hacia una rEvolution, op. cit., p. 76
  70. Hacia una rEvolution, op. cit., p. 74, 76 et 78
  71. a et b Hacia una rEvolution, op. cit., p. 61
  72. Hacia una rEvolution, op. cit., p. 106-107
  73. a et b Hacia una rEvolution, op. cit., p. 118
  74. a, b et c Hacia una rEvolution, op. cit., p. 119
  75. a et b Hacia una rEvolution, op. cit., p. 121
  76. Hacia una rEvolution, op. cit., p. 122
  77. Les "Indignés" tentent d'installer le mouvement dans la durée
  78. a et b Journal Le Monde du mardi 18 octobre 2011
  79. a et b Hacia una rEvolution, op. cit., p. 132
  80. Nous, Indignés..., op. cit., p. 161
  81. Hacia una rEvolution, op. cit., p. 123
  82. a et b 12M15M
  83. http://www.courrierinternational.com/article/2012/05/15/le-mouvement-du-15-mai-reveille-la-societe-civile
  84. La Voz de Galicia ; « La vraie démocratie maintenant » a fait réagir les deux principaux partis, 16 mai 2011 (édition du 17 mai 2011).
  85. La Voz de Galicia ; Cayo Lara: « Zapatero donne plus de bénéfices aux possédants et la trique pour ceux d'en-bas », 17 mai 2011 (édition du jour même).
  86. (es) « « Ahmadineyad: los indignados demuestran la falta de democracia en Europa » » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-05-02
  87. Sandrine Morel, « En Espagne, les "indignés" s'efforcent de donner une traduction politique à leurs mots d'ordre », Le Monde, 21 juin 2011, p. 10
  88. El Pais;« Seguidores del 15-M y la cultura libre en Internet ponen en marcha el Partido X, 8 janvier 2013 (édition du jour même).
  89. Wikipedia;[1]
  90. La planète des indignés manifeste dans plus de 700 villes
  91. http://levif.rnews.be/fr/news/actualite/belgique/troubles-sur-la-voie-publique-expulsion-des-indignes-d-ixelles/article-1195032012201.htm
  92. http://www.lesoir.be/regions/liege/2011-07-06/les-indignes-quittent-l-esplanade-saint-leonard-a-liege-849437.php
  93. http://www.rtc.be/infos-flash/263-general/1444493-liege-les-aquotindignesaquot-sinstallent-a-baviere
  94. Frédéric Lemaire, « Les "indignés", indignés par les médias », Acrimed, publié le 7 novembre 2011
  95. Bastien Bonnefous, « Pourquoi les Indignés ne décollent pas », M, le magazine du Monde, semaine du 19 novembre 2011, page 18.
  96. a et b http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/societe/20110529.OBS4126/entre-800-et-3-000-indignes-ont-manifeste-place-de-la-bastille.html
  97. « http://reelledemocratie.fr/?page_id=152 » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-08-16
  98. http://www.eitb.com/fr/infos/societe/detail/666676/les-indignes-bayonne--ne-nous-regardez-pas-rejoigneznous/
  99. http://www.sudouest.fr/2011/07/05/les-indignes-en-partance-444087-4018.php
  100. Occupons la Défense
  101. Les Inrockuptibles, « L’évacuation des "indignés" parisiens place de la Bastille », Les Inrockuptibles-TV, publié le 30 mai 2011, consulté le 5 novembre 2011
  102. Erwan Manac'h, « "Indignés" : la "démocratie réelle" dans l’étau policier », Politis, publié le 15 juin 2011, consulté le 5 novembre 2011
  103. Erwan Manac'h, « La police expulse ls Indignados », Politis, publié le 30 mai 2011, consulté le 5 novembre 2011
  104. Béatrice Turpin, « Une autre police est possible », Attac TV, publié le 30 septembre 2011, consulté le 5 novembre 2011
  105. Les Inrockuptibles, « L’étape parisienne mouvementée des marcheurs indignés », Les Inrockuptibles, publié le 22 septembre 2011, consulté le 5 novembre 2011
  106. Camille Poloni, Emmanuel Raoul, « Comment la police a effacé ma vidéo d’arrestation (mais pas tout à fait) », Les Inrockuptibles, publié le 25 octobre 2011, consulté le 5 novembre 2011
  107. Démocratie réelle et maintenant, « Récapitulatif de la répression au 12 juin », Démocratie réelle maintenant — Poitiers toma la calle, publié le 12 juin 2011, consulté le 5 novembre 2011
  108. "Délogés à coup de matraques et de lacrymogènes", la Provence, 11 décembre 2011.
  109. Ruzé Emmanuel, « "Des réseaux sociaux à l'occupation sur le terrain. Ethnographie (très) participante de l'occupation de La Défense avec le collectif des Indignés (" Démocratie Réelle ")" », Multitudes, no 50,‎ 2012, p. 96-106 (lire en ligne)
  110. selon une dépêche de l'AFP du 10 décembre 2011, reprise par exemple dans le Figaro]
  111. http://www.rue89.com/2011/05/31/la-justice-refuse-levacuation-des-indignes-de-bayonne-207155
  112. http://www.sudouest.fr/2011/06/01/premiere-victoire-414372-642.php
  113. « http://acampadabaiona.com/2011/05/31/victoire-des-indignes-de-bayonne-fete-de-la-victoire-mercredi-a-19h00/ » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-09-10
  114. http://www.nicematin.com/article/nice/nice-la-place-garibaldi-accueille-les-indignes
  115. « http://acampadabaiona.com/2011/06/21/les-indignes-de-bayonne-deguisent-leurs-velos-pour-la-manifestation-internationale-des-indignes/ » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-09-10
  116. [2]
  117. http://www.bfmtv.com/presidentielle-les-indignes-ont-commence-actu24237.html
  118. http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/04/17/le-banlieue-tour-des-indignes_1686355_3224.html
  119. http://www.leparisien.fr/argenteuil-95100/les-indignes-tentent-de-conquerir-la-banlieue-14-04-2012-1954725.php
  120. http://www.leparisien.fr/espace-premium/val-d-oise-95/en-imagemery-sur-oise-hier-apres-midi-18-04-2012-1959654.php
  121. http://paris.reelledemocratie.net/sites/default/files/pictures/Dossier_de_presse_marche_banlieues-05.pdf
  122. « http://actualutte.info/nouvelles-du-monde/france/item/288-21-avril--indign%C3%A9s-et-anonymous-appellent-%C3%A0-la-mobilisation-pour-une-r%C3%A9elle-d%C3%A9mocratie » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-05-02
  123. http://democratie-reelle-nimes.over-blog.com/article-occupygrenoble-21-avril-rassemblement-festif-pour-une-reelle-democratie-103519078.html
  124. http://www.humanite.fr/societe/samedi-15-octobre-grand-rassemblement-international-des-indignes-481657
  125. http://www.lemonde.fr/societe/article/2011/10/15/la-planete-des-indignes-manifeste-dans-plus-de-700-villes_1588071_3224.html
  126. Appel du 12 mai 2012
  127. Résumé et sources descriptives des évènements du 21 avril 2012 à Paris
  128. Les indignés inspireront-ils les grecs et les portugais ?
  129. http://www.lexpress.fr/actualites/2/monde/les-manifestants-grecs-veulent-bloquer-les-deputes_1002200.html?actu=1
  130. http://uk.reuters.com/article/2011/09/03/uk-greece-pm-idUKTRE7821VM20110903
  131. http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5jEW-Fq7tH0J6TqVfTMmN9hBqjgwA?docId=CNG.b005c7c23ad7bd6e2b03ef289e0f2ff7.501
  132. a et b El Mundo; Relais de campeurs jusqu'au 22 mai prochain, 17 mai 2011 (édition du même jour).
  133. Hacia una rEvolution, op. cit., p. 191