Idoménée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Idoménée (homonymie).
Le Retour d'Idoménée, Palais Niel, Toulouse.

Dans la mythologie grecque, Idoménée (en grec ancien Ἰδομενεύς / Idomeneús), fils de Deucalion et petit-fils de Minos, est roi de Crète.

Mythe[modifier | modifier le code]

Il conduisit les troupes de Crète au siège de Troie, avec une flotte de quatre-vingts vaisseaux, et s'y distingua par quelques actions d'éclat. Après la prise de la ville, ce prince, chargé de dépouilles troyennes, retournait en Crète, lorsqu'il fut assailli par une tempête, où il pensa périr.

Dans le pressant danger où il se trouva, il fit vœu à Poséidon de lui immoler, s'il revenait dans son royaume, le premier être vivant qui se présenterait à lui sur le rivage de Crète. La tempête cessa, et il aborda heureusement au port, où son fils, averti de l'arrivée du roi, fut le premier être qui parut devant lui. On peut s'imaginer la surprise et en même temps la douleur d'Idoménée quand il l'aperçut. En vain, les sentiments de père combattirent en sa faveur ; un zèle aveugle de superstition l'emporta, et il résolut d'immoler son fils au dieu de la mer. Plusieurs auteurs anciens prétendent que cet horrible sacrifice fut consommé, et plusieurs modernes ont suivi cette tradition. D'autres affirment que le peuple, prenant la défense du jeune prince, le retira des mains d'un père furieux.

Le peuple crétois, saisi d'horreur par ce geste de leur roi, se souleva contre lui et l'obligea à quitter ses États. Il se retira sur les côtes d'Hespérie[1] où il fonda Salente. Il fit observer dans sa nouvelle ville les sages lois de son ancêtre Minos, et mérita de ses nouveaux sujets les honneurs héroïques après sa mort.

Pausanias rapporte qu'il a vu sa représentation sur un groupe sculpté où il portait un coq gravé sur son bouclier, en tant que descendant d'Hélios[2].

L'histoire de la promesse d'Idoménée se rapproche de l'histoire biblique de Jephté, juge d'Israël qui fit la promesse à Jéhovah de lui vouer la première personne qui viendrait à sa rencontre à son retour chez lui, si Jéhovah lui accordait la victoire sur les ammonites. Après sa victoire, la première personne qui vint à sa rencontre fut sa fille unique qui consacra sa vie à Jéhovah, le Dieu d'Israël[3].

Évocations artistiques[modifier | modifier le code]

Pages de titre en italien et allemand de l'opéra de Mozart Idomeneo, re di Creta.

Références[modifier | modifier le code]

  1. c'est-à-dire de l'Italie
  2. Pausanias, Description de la Grèce [détail des éditions] [lire en ligne], V, 25,9.
  3. Juges, 11

Source[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :