Ino

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ino (homonymie) et Leucothoé.
Mosaïque d'Ino, villa romaine du IVe ou Ve siècle de Saint-Rustice, musée Saint-Raymond.

Dans la mythologie grecque, Ino (en grec ancien Ἰνώ / Inố), fille de Cadmos, fondateur de la célèbre cité de Thèbes, et d'Harmonie, est la seconde épouse d'Athamas, de qui elle a deux fils, Léarque et Mélicerte.

Mythe[modifier | modifier le code]

Lorsque Penthée succède à Cadmos sur le trône de Thèbes, il s'oppose à l'introduction du culte dionysiaque dans son royaume. Alors qu'il est caché dans un arbre du mont Cithéron pour épier la bacchanale, il est découvert et mis en pièces par les Ménades, à la tête desquelles figure sa propre mère Agavé et ses deux tantes, Ino et Autonoé. C'est le sujet de la tragédie d'Euripide, les Bacchantes.

Après son mariage avec Athamas, Ino complote contre ses beaux-enfants, Phrixos et Hellé. Ceux-ci sont contraints pour lui échapper d'aller se réfugier en Colchide en enfourchant un bélier ailé à la Toison d'or.

Dionysos, encore enfant, lui fut confié par Hermès pour le soustraire à la jalousie d'Héra, mais celle-ci, réputée pour sa rancune tenace, frappa de folie Ino et Athamas. Ainsi, Athamas, prenant son fils Léarque pour un cerf, le pourchasse et le tue. Ino se précipite, quant à elle, dans la mer avec Mélicerte. Zeus demande alors à Poséidon de les changer tous les deux en divinités de la mer. Sous son nouveau nom de Leucothée (ou Leucothoé), elle devient la protectrice des marins et naufragés et la déesse des mers calmes, habitant les profondeurs marines. Son fils prend également un nouveau nom, Palémon.

Elle secourt Ulysse au moment où il quitte l'île de Calypso : alors que Poséidon se déchaîne sur le héros, elle lui donne un voile qui le protège de la mort et lui permet de rejoindre le rivage.

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :