Fonds mondial pour les monuments

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Fonds mondial pour les monuments (World Monuments Fund, WMF) est une organisation non gouvernementale internationale et indépendante à but non lucratif, créée en 1965 à New York, pour sauver les monuments les plus précieux du monde.

Actions[modifier | modifier le code]

Le Fonds mondial pour les monuments a notamment mis en place en 1995 un observatoire des monuments mondiaux (« World Monuments Watch ») et publie tous les deux ans une liste de 100 bâtiments et chefs-d’œuvre de l’architecture parmi les plus menacés. Cette liste est produite par un panel d’experts internationaux en architecture, archéologie, histoire de l’art et préservation ou restauration de sites patrimoniaux.

En 2007[1], pour la première fois, le facteur modifications climatiques a été introduit dans la liste des menaces pour 100 sites, monuments menacés, les autres menaces principales étant les guerres et conflits politiques, et le développement industriel et urbain anarchique.

Sites menacés par le changement climatique retenus par le WMF (2007-2008)[modifier | modifier le code]

  • L’Île de Herschel (Nord-Canada) : Ce site traditionnel inuit a aussi été un lieu historique de pêche à la baleine. Situé au bord du Yukon, il est aujourd’hui menacé à la fois par l’avancée de la mer et la fonte du pergélisol dans une zone qui semble se réchauffer à une vitesse accrue depuis quelques années.
  • Le camp de Scott (Antarctique) : Ce témoignage d’une période historique d’exploration de l’antarctique, au début du XXe siècle aurait pu perdurer des siècles et millénaires grâce au froid, mais ironiquement, ce site conçu pour suivre le climat local se trouve enfoui sous des chutes de neige de plus en plus importantes, résultant des modifications climatiques du pôle Sud, alors que par ailleurs la glace perd de son épaisseur dans la région.
  • Vieille ville de Leh (Ladakh, Inde): Cette ville médiévale est un témoignage intact rare pour la région de l'Himalaya, qui doit maintenant tenter de trouver un difficile équilibre entre modernité et préservation durable des témoignages architecturaux qui y ont été préservés, tout en devant résister à des pluies plus fortes et fréquentes pour lesquelles ces bâtiments n’ont pas été conçus.

Ressources[modifier | modifier le code]

Le WMF fait appel aux fonds de fondations, adhérents ou donateurs privés et sociétés afin de protéger et restaurer des sites et bâtiments menacés jugés d'importance patrimoniale mondiale.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Communiqué du WMF du 6 juin 2007