Chinguetti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chinguetti
(ar) شنقيط
Vue sur la vieille ville
Vue sur la vieille ville
Administration
Pays Mauritanie Mauritanie
Région Adrar
Maire Mohamed Ould Amara
Démographie
Population 4 711 hab. (2000)
Géographie
Coordonnées 20° 27′ N 12° 21′ O / 20.45, -12.35 ()20° 27′ Nord 12° 21′ Ouest / 20.45, -12.35 ()  
Altitude 308 m
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Mauritanie

Voir la carte administrative de Mauritanie
City locator 14.svg
Chinguetti

Géolocalisation sur la carte : Mauritanie

Voir la carte topographique de Mauritanie
City locator 14.svg
Chinguetti

Chinguetti ou Chinguitti (arabe : شنقيط) est une ville du centre-ouest de la Mauritanie, située sur les plateaux désertiques de l'Adrar. Avec d'autres villes anciennes (ksour) de Mauritanie, la ville est classée comme site du Patrimoine Mondial de l'Unesco depuis 1996.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondée à la fin du XIIIe siècle, la ville fut un important centre de commerce caravanier entre l'Afrique du Nord et l'Afrique noire, et surtout la plus grande métropole culturelle de la région depuis le début du XVIe siècle. Elle témoigne d'un mode de vie traditionnel, centré sur la culture nomade, de la population du Sahara occidental. Elle est devenue la 7e ville sainte de l'islam sous le nom de « ville des bibliothèques ».

Géographie - géologie[modifier | modifier le code]

Le mystère de la météorite de Chinguetti[modifier | modifier le code]

C'est à proximité de Chinguetti que le capitaine français Gaston Ripert, alors résident (représentant de l'administration française) de la ville, a dit avoir été conduit, en 1916, face à une météorite "géante" (haute d'une quarantaine de mètres !), sur laquelle les forgerons locaux venaient se fournir en fer. Ce témoignage était complété d'un échantillon effectivement météoritique, qu'il fit parvenir (indirectement) au Muséum national d'histoire naturelle (qui le reçut a priori en 1921). Cette découverte retint l'attention de la communauté scientifique, sans que ne puisse être localisée précisément cette fameuse météorite. Théodore Monod y a consacré plusieurs expéditions (1934, 1987, début 1988, fin 1988, 1989, 1991) et d'autres scientifiques s'y sont intéressés (A. Lacroix en 1924 à la réception de l'échantillon, mission A. Pourquié en 1938, travaux sur photographies aériennes de J. Gallouédec et M.-F. Courel en 1980, à 20° 11’ N - 12° 06’ W[1]).

L'enquête de T. Monod n'a pas pu prouver l'existence de cette météorite (dont les dimensions annoncées étaient déjà fortement mises en doute du fait de l'absence de cratère d'impact, en particulier) et a souligné les nombreuses incertitudes ou imprécisions entourant le témoignage de G. Ripert (localisation, conditions de « découverte », connaissance locale, connaissances a priori avancées de G. Ripert en géologie rendant peu probable une mauvaise interprétation…). T. Monod a cependant identifié que la localisation transcrites par A. Lacroix en 1924 (citant G. Rippert) ne correspondait pas à celle d'une météorite, mais plutôt à l’extrémité d'une longue arête rocheuse (guelb Aouinet - 20° 10’ 30” N - 12° 28’ 24” W, roche sédimentaire[2]).

Des travaux sur l'échantillon envoyé au Muséum national d'histoire naturelle par G. Ripert (G. Raisbeck, F. Yiou, 1989, non publiés[3]), ont par ailleurs montré que ce bloc constituait le fragment principal de l'objet ayant pénétré l'atmosphère terrestre. Il ne peut donc s'agir en aucune manière d'un morceau issu de l'éventuelle météorite « géante »[4].

Population[modifier | modifier le code]

Lors du Recensement général de la population et de l'habitat (RGPH) de 2000, Chinguetti comptait 4 711 habitants[5].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Le minaret carré de la mosquée

Progressivement envahie par les sables, la ville a gardé son tissu urbain élaboré entre le XIIe siècle et le XVIe siècle, avec ses maisons à patio se serrant en ruelles étroites autour d'une mosquée à minaret carré, coiffée de 5 œufs d'autruche. Les matériaux utilisés pour ses constructions étaient essentiellement la pierre, et le banco local de couleur ocre. Les toitures sont faites à partir de troncs et de branches d'arbres ou de palmiers dattiers. On y voit quelques anciennes portes massives en acacia.

Culture[modifier | modifier le code]

Les manuscrits d'une bibliothèque coranique

Chinguetti compte une dizaine de bibliothèques recensées, et de nombreux foyers y possèdent quelques manuscrits. Certaines pièces de ces collections datent du IXe siècle, ont parfois été rédigées sur des peaux de gazelles, ou sont protégés par des couvertures en peau de chèvre. La majorité de ces ouvrages traitent de religion et du Coran, mais beaucoup parlent de science ou de littérature. Ceci est à comparer aux manuscrits de Tombouctou.

La ville est classée comme site du Patrimoine Culturel Mondial de l'Unesco depuis 1996.

Économie[modifier | modifier le code]

Chinguetti possède un aéroport (code AITA : CGT). En janvier 2009, le nouveau rallye Africa Race envisage de faire la journée d'étape à Chinguetti.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. T. Monod, B. Zanda, op. cit. p.93
  2. T. Monod, B. Zanda, op. cit. p.105
  3. T. Monod, B. Zanda, op. cit. p.101
  4. Théodore Monod et Brigitte Zanda, Le Fer de Dieu : Histoire de la météorite de Chinguetti, Actes Sud,‎ 1992, 154 p. (ISBN 978-2-7427-7552-1)
  5. Résultats du RGPH 2000 des Wilayas [1]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Anthony G. Pazzanita, « Chinguetti », in Historical dictionary of Mauritania, Scarecrow Press, Lanham (Maryland) ; Toronto, Plymouth (Royaume-Uni), 2008 (3e éd.), p. 110-111 (ISBN 9780810855960)
  • (es) M. Pastor-Muñoz, « Walata y Chinguetti: ciudades caravaneras de Mauritania », Revista de arqueología, n° 156, 1994, p. 26-37. (ISSN 0212-0062)
  • (fr) Collectif, L'Adrar t.2 : les villes anciennes (Chinguetti, Ouadane et le Gueld er Richat), Sépia, 2000
  • (fr) Théodore Monod, Le Problème de la météorite de Chinguetti, Grande Imprimerie africaine, 1952
  • (fr) Théodore Monod, Tais-toi et marche... : journal d'exploration El-Ghallaouya-Aratane-Chinguetti (décembre 1953-janvier 1954), Actes Sud, 2002
  • (fr) Théodore Monod et Brigitte Zanda, Le Fer de Dieu. Histoire de la météorite de Chinguetti, Actes Sud, 1992

Homonymie[modifier | modifier le code]

Chinguetti est également le titre d'une bande dessinée en trois volumes de LF Bollée (scénariste) et Guillaume Nicolle (dessinateur) : l'action se passe dans le futur en Afrique du Nord, il s'agit de science-fiction, mais fait référence à l'histoire et au passé de la ville. La trilogie est parue aux éditions Emmanuel Proust.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :