Enceinte de Charles V

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vue de Paris vers 1600 avec les enceintes de Philippe Auguste (premier plan) et de Charles V (haut de l'image)

L'enceinte de Charles V, construite de 1356 à 1383, est une des sept grandes enceintes ayant chronologiquement entouré Paris. Elle remplace sur la rive droite celle de Philippe Auguste. Dans les années 1640, sa partie occidentale fut élargie à l'enceinte de Louis XIII, les restes intégrés furent démolis. Cette nouvelle enceinte fut à son tour détruite à partir des années 1670, laissant la place aux Grands Boulevards. Il n'en demeure aujourd'hui que peu de vestiges.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'enceinte de Philippe Auguste[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Enceinte de Philippe Auguste.

L'enceinte de Philippe Auguste, créée au début du XIIIe siècle, contenait, sur ses 253 hectares, des terres labourables ou plantées de vignes permettant à la population de résister à un éventuel siège. Mais au fil des années, ces champs avaient été remplacés par des maisons et les cultures avaient été repoussées en dehors des murs de la ville. Plusieurs faubourgs se développaient rapidement, en particulier celui de Saint-Honoré, à l'ouest. La population sans cesse croissante ne pouvait plus être contenue dans la ville. En outre, avec la Guerre de Cent Ans, il devenait nécessaire de construire une nouvelle enceinte afin de protéger la capitale du royaume de France.

Un rempart de terre fortifié[modifier | modifier le code]

Le bastion et les remparts de la Bastille au XVIIIe siècle

Suite au désastre de la bataille de Poitiers en 1356, Étienne Marcel, prévôt des marchands, commence à édifier un premier rempart de terre et un fossé (les fouilles au Carrousel en 1990 ont retrouvé un fossé de 12,70 m de large sur 4 de profondeur), de 1356 à 1358, 500 mètres au-delà de la muraille de Philippe Auguste. Seule la rive droite est concernée par cet agrandissement. Le Roi Charles V, dès 1358, demande que cette butte de terre soit fortifiée contre les tirs d'artillerie et qu'il y soit adjoint un grand et profond fossé qui serait alimenté par l'eau de la Seine. Les travaux ne seront achevés qu'en 1420, sous Charles VI.

L'ensemble s'étend sur une largeur de 90 m, avec de la Ville vers la campagne d'abord un chemin de ronde, puis un rempart de terre de 25 m de large couronné d'une muraille, un fossé en eau, une autre levée de terre de 20 m de large et un autre fossé sec plus étroit.

Le tout est renforcé au début du XVIe siècle (1513-1532), le fossé en eau atteint 30 m de large pour 7 m de profondeur avec des murs d'escarpe et de contrescarpe, l'escarpe ponctuée par des plate-forme d'artillerie.

La nouvelle fortification s'étend à l'ouest au-delà du Louvre, qui perd ainsi sa fonction de forteresse de défense. Charles V, qui avait fui le Palais de la Cité pour ses hôtels du Marais après l'émeute conduite par Étienne Marcel, convertit l'édifice en résidence, sans toutefois en changer les dimensions. Il y installe en particulier sa bibliothèque de 973 livres.

À l'est, la nouvelle demeure du Roi, l'Hôtel Saint-Pol, est mal protégée. Charles V décide l'édification du chastel Saint-Antoine, que les Parisiens appelleront la Bastide Saint-Antoine, puis la Bastille. En 1370, le prévôt Hugues Aubriot pose la première pierre de l'édifice qui sera terminé en 1382.

Paris compte désormais en son sein d'anciens faubourgs : Saint-Paul, le Temple, Sainte-Marguerite, Saint-Martin-des-Champs, les Filles-Dieu, Saint-Sauveur, Saint-Honoré et les Quinze-Vingts. La ville se répand alors sur 440 hectares et accueille plus de 150 000 habitants. Un acte de Charles VI, qui poursuivra l'œuvre de son père à partir de 1380, confirme le propos : « Tant comme nostre bonne ville de Paris sera mieux peuplée et habitée de plus de gens la renommée d'icelle sera plus grande, laquelle renommée augmentera notre gloire ».

L'enceinte, de même que le rempart qui lui sera adjoint par Louis XIII à l'ouest, est détruite à partir de 1670, sur ordre de Louis XIV.

Le tracé[modifier | modifier le code]

Partant en aval de la Seine à partir de la tour du bois située près du pont du Carrousel, l'enceinte remontait en longeant l'ouest de la place du Carrousel vers la rue Saint-Honoré au niveau de l'actuel Palais-Royal, puis par la place des Victoires et la rue d'Aboukir tracée sur l'emplacement du rempart et du grand fossé (la rue Sainte-Foy reprend le tracé du chemin de ronde, la rue de Cléry le chemin de l'autre côté des fossés) jusqu'à la porte Saint-Denis. Elle longeait ensuite les Grands boulevards d'aujourd'hui (de Bonne-Nouvelle, Saint-Martin, du Temple, des Filles-du-Calvaire, Beaumarchais) puis revenait par le boulevard Bourdon jusqu'à la Seine en amont.

La muraille de la rive gauche édifiée sous Philippe Auguste ne sera pas transformée, laissant ainsi le nouveau faubourg Saint-Germain en dehors des murs.

On retrouve le plan complet de l'enceinte et de la ville sur le Plan de la gouache.

Les portes[modifier | modifier le code]

La nouvelle enceinte ne comprend plus que six portes dans la partie septentrionale de la Seine (rive droite).

Les quartiers[modifier | modifier le code]

Après l'édification de cette enceinte, la ville de Paris fut divisée en seize quartiers, chacun ayant à sa tête un quartenier, équivalent à la fois de nos actuels maire et commissaire de police, et dont le rôle eut une grande importance dans l'administration de la ville. Ils participaient à l'élection du prévôt des marchands et étaient assistés de dizainiers et de cinquanteniers. Ce sont les Seize qui dressèrent la ville contre le roi Henri IV au nom de la Ligue lors de la Journée des barricades de 1588.

Cité[modifier | modifier le code]

Rive droite[modifier | modifier le code]

Rive gauche[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :