Journée des barricades (1588)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Journée des barricades.
Le duc de Guise lors de la journée des barricades, par Paul Lehugeur

La journée des Barricades désigne le soulèvement populaire qui éclate à Paris le 12 mai 1588, durant la huitième guerre de religion. Ce soulèvement est mené par le « Conseil des Seize » (les seize quarteniers dirigeant les seize quartiers de Paris) ainsi que par le duc de Guise.

Ce soulèvement a pour cause principale l’animosité du peuple à l’égard du roi Henri III, soupçonné de vouloir désigner comme successeur Henri de Navarre (futur Henri IV), un protestant. Dès lors, le peuple de Paris se range derrière le duc de Guise, chef de la Sainte Ligue. Celui-ci est en effet, malgré l’interdiction royale, revenu à Paris. Dès lors, méfiant et craignant pour sa vie, Henri III fait venir dans la capitale plusieurs régiments de Gardes Suisses et de Gardes Françaises. Le roi ayant violé un privilège qui veut qu'aucune troupe étrangère n'ait le droit de séjourner à Paris, et les Parisiens craignant de voir les chefs catholiques arrêtés, les esprits s'échauffent.

Le 12 mai, les premières barricades commencent à la place Maubert[1] puis sont montées aux principaux points forts de la ville. C'était la première fois dans son histoire que la ville de Paris érigeait ainsi des barricades, d'où le nom de journée dite « des barricades » (du mot barrique, principal objet utilisé pour les constituer). Le président du Parlement de Paris, Achille Ier de Harlay s'oppose en vain au duc de Guise[2].. La journée se termine par la mort d’une soixantaine de soldats, la victoire du duc de Guise qui prend possession de Paris, et la fuite du roi Henri III d'abord à Saint-Cloud, puis Chartres, Rouen et enfin au château de Blois.

Dès lors en position de force, Henri de Guise en profite pour faire signer l’Édit d'union à Henri III (par lequel ce dernier s'engage à ne jamais conclure « aucune paix ou trêve avec les hérétiques ») et se faire nommer lieutenant-général du royaume. Le roi convoque les États Généraux à Blois.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments de Félix et Louis Lazare, facsimilé de l'édition de 1844, p. 427.
  2. "Encyclopédie des gens du monde : répertoire universel des sciences", volume 13, consultable http://books.google.fr/books?id=NecUAAAAYAAJ&pg=PA469&lpg=PA469&dq=achille+de+harlay+parlement&source=bl&ots=SqCZkJDeOU&sig=gS_9Ae3lLDGlS4_n7RwxJA1GGcw&hl=fr&sa=X&ei=iRQwT9ajEsvUsgay9JDYDA&ved=0CFAQ6AEwCQ#v=onepage&q=achille%20de%20harlay%20parlement&f=false

Source[modifier | modifier le code]

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.