Place de l'Hôtel-de-Ville - Esplanade de la Libération

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Place de Grève)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Place de l'Hôtel-de-Ville.
4e arrt
Place de l'Hôtel-de-Ville
Esplanade de la Libération
La place de l’Hôtel-de-Ville
La place de l’Hôtel-de-Ville
Situation
Arrondissement 4e
Quartier Saint-Merri
Début 2, quai de Gesvres et quai de l'Hôtel-de-Ville
Fin 31, rue de Rivoli
Morphologie
Longueur 155 m
Largeur 82 m
Historique
Ancien(s) nom(s) place de l’Hôtel-de-Ville (1803-2013)
place de Grève ( -1803)
Géocodification
Ville de Paris 4579
DGI 4665

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
place de l'Hôtel-de-Ville  Esplanade de la Libération
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

48° 51′ 24″ N 2° 21′ 05″ E / 48.856667, 2.351478 ()

La place de l'Hôtel-de-Ville - esplanade de la Libération[1], ancienne place de Grève jusqu'en 1803, est une place de Paris, en France. Cette place est située sur les berges de la Seine, d’où son ancien nom (grève : terrain plat composé de graviers ou de sable en bord de mer ou de cours d'eau).

(M) Ce site est desservi par la station de métro Hôtel de Ville.

Historique[modifier | modifier le code]

L'ancien Hôtel de ville et place de grève vers 1610, par Claude Chastillon

Le site était occupé autrefois par une ancienne grève, donc une sorte de plage faite de sable et de gravier, d'où il était facile de décharger des marchandises arrivant par la Seine.

« La place de Grève, vis-à-vis de l’hôtel-de-ville, fut établie en vertu d’une charte du roi Louis le Jeune [Louis VII de France, dit Louis le Jeune, né en 1120, mort en 1180 à Melun, roi de 1137 à 1180], sur la demande des bourgeois de Paris. Ce monarque y déclara que, moyennant la somme de soixante-dix livres parisis que ces bourgeois lui paieraient, la place resterait libre et qu’on n’y élèverait aucun bâtiment. Depuis ce temps, on fait dans cette place différentes cérémonies, telles que celle du feu de la Saint Jean : la ville y donne des fêtes ; et c’est là que se font ordinairement les exécutions. La première est de l’année 1310, époque à laquelle une femme hérétique, nommée Marguerite Perrette, y fut brûlée. La halle au vin y fut transportée en 1413, et la place au charbon, en 1642. »

La place de Grève est à l’origine du mot « grève », qui désigne un arrêt volontaire du travail. Cette place, qui tire son nom du fait qu'elle était bordée d'une plage de sable et de gravier, était l'un des principaux ports d'accostage des bateaux qui ravitaillaient la ville en bois, en blé et en vin. Un marché s’installa à proximité. Aussi les hommes sans emploi y trouvaient-ils facilement du travail. L'expression "faire grève" a donc d'abord signifié "se tenir sur la place de Grève en attendant de l'ouvrage" avant d'évoluer vers le sens qu'on lui connaît aujourd'hui, à savoir cesser le travail "en se liguant pour obtenir une augmentation de salaire" (Littré, 1872).

Sous l'Ancien Régime, cette place servait aussi aux exécutions et aux supplices publics. C'est précisément « pour l’avoir vue un jour sur une estampe, apportée par un colporteur, qui représentait le supplice du bandit Cartouche, en novembre 1721 » que Nicolas Le Floch la reconnaît d’emblée à son arrivée dans la capitale. Robert François Damiens, qui avait tenté de tuer Louis XV, y fut aussi exécuté. La Révolution continua la tradition : la première exécution par guillotine eut lieu en place de Grève en 1792. En 1775, dans Le Sang des farines, le personnage Nicolas Le Floch y assiste – en tant que magistrat – à la pendaison de Desportes et Lesguille – L’Éguillier –, pendaison qui eut bien lieu en mai 1775, à la suite de l'« émotion populaire » dite Guerre des Farines.

La place de Grève, devenue en 1803 place de l’Hôtel de Ville, abrite le siège de la municipalité parisienne depuis 1357, quand Etienne Marcel, prévôt des marchands, acquiert là à tel effet « la maison aux piliers ». À son retour des guerres d’Italie, François Ier décide de lui substituer un nouvel édifice qu’il commande à l’Italien Dominique Boccador. Le nouveau bâtiment, conçu en 1533, n’est achevé qu’en 1628. Dans la première moitié du XIXe siècle, il fait l’objet d’importants remaniements qui altèrent son style initial. Devenu le siège de la préfecture de la Seine à partir de 1849, il accueille à ce titre le préfet Haussmann dès 1853. Ces fonctions nouvelles se conjuguent avec les remodèlements dont Haussmann est maître d’œuvre pour modifier la physionomie de la place.

Ainsi, très vite s’y installe un port remplaçant le Port Saint Landry situé sur l’île de la Cité. Le port de la Grève devient le plus important de Paris : le bois, le blé, le vin, le foin y sont déchargés, facilitant ainsi l’installation d’un marché. C’est autour de ce port que va ainsi se développer sur la rive droite, un quartier très dense. L'Hôtel de Ville ne va pas tarder à s'y installer, devant lequel s'étendait la « place de Grève » (un quart plus petite que l'actuelle place de l'Hôtel de Ville). Cet endroit était donc devenu le cœur de la cité.

Les ouvriers sans travail vont prendre l'habitude de s'y regrouper à l'aube à la recherche d'un employeur. Il s'agissait d'une main-d'œuvre sous-qualifiée et instable qui échappait au système des métiers réglés. Ainsi, la place de Grève est à l'origine du mot "gréviste", sur la base d'un contresens : il s'agissait de concentrations d'ouvriers qui ne travaillaient pas, mais qui étaient à la recherche d'un travail[2]. Ils allaient en Grève (d'où l'expression : se mettre en grève).

Sous l'Ancien Régime, et après la Révolution cette place servait aussi aux exécutions et aux supplices publics : Robert François Damiens, François Ravaillac entre autres y furent écartelés. C'est également sur la place que l'on brûla, Catherine Deshayes, dite la Voisin pour sorcellerie le 22 février 1680, pour l'affaire des poisons.

On y dressait également le feu de la Saint-Jean qui était traditionnellement allumé par le roi de France en personne, coutume qui perdura jusqu’en 1648, date à laquelle Louis XIV officia pour la dernière fois[3].

Par décision du Conseil de Paris en date du , la place prend officiellement le nom de place de l'Hôtel-de-Ville - Esplanade de la Libération, en hommage aux libérateurs de Paris en 1944[1].

Liste non exhaustive d’exécutions sous l’Ancien Régime[modifier | modifier le code]

Anne du Bourg, pendu puis brûlé en place de Grève en 1559.
1310 : Marguerite Porete (brûlée)
1549 : Jacques Ier de Coucy (décapité)
1559 : Anne du Bourg (pendu puis brûlé)
1574 : le Comte de Montgomery (décapité)
1602 : Guy Éder de La Fontenelle (roué vif)
2 décembre 1603: Julien de Ravalet et sa sœur Marguerite (décapités)
1610 : François Ravaillac (écartelé)
1627 : François de Montmorency-Bouteville (décapité)
1632 : Louis de Marillac (décapité)
1670 : François Sarrazin (poing coupé puis brûlé)
1676 : Marie Madeleine Dreux d'Aubray, marquise de Brinvilliers (décapitée)
1680 : Catherine Deshayes, dite la Voisin (brûlée)
1681 : Anne de Caradas, veuve de François du Saussay, procureur du roi aux eaux et forêts de Rouen, arrêtée le 12 juin, décapitée le 25 juin 1681, sa tête jetée dans le brasier. (brûlée)
1721 : Louis Dominique Cartouche (roué vif)
1757 : Robert François Damiens (écartelé)
1766 : Thomas Arthur de Lally-Tollendal (décapité)

La place de Grève sous la Révolution[modifier | modifier le code]

Première utilisation de la guillotine en place de Grève[modifier | modifier le code]

Le , eut lieu en place de Grève la première exécution par guillotine. Le condamné, Nicolas Jacques Pelletier, était un simple voleur. La foule, accoutumée depuis le Moyen Âge à des supplices plus « raffinés », se montra déçue de la rapidité du procédé. Le lendemain, une chanson courait les rues : Rendez-moi ma potence de bois, rendez-moi ma potence[4].

La guillotine place de Grève en 1794[modifier | modifier le code]

La guillotine devait à nouveau être montée en place de Grève, de novembre 1794 à mai 1795. Parmi les dernières têtes à tomber furent celles du député de la Convention Jean-Baptiste Carrier et de l'accusateur public Fouquier-Tinville.

La place de l’Hôtel-de-Ville de nos jours[modifier | modifier le code]

Place de l’Hôtel-de-Ville en hiver (décembre 2011), avec une patinoire.

La place de l'Hôtel-de-Ville, ainsi nommée le [5], est devenue un espace réservé aux piétons depuis 1982. Aujourd'hui la place de l'Hôtel-de-Ville est un lieu d'animation :

  • pour Paris Plages de 2004 et 2011, une grande partie de la place était transformée en un terrain de volley-ball ;
  • en hiver, on y place souvent une patinoire géante ;
  • des « salons » s'y tiennent, par exemple pour les étudiants ;
  • au printemps, une manifestation pour le don du sang y a lieu ;
  • en juillet 2007, une partie d'une exposition sur les jardins se déroulait place de l'Hôtel-de-Ville ;
  • lors des grands soirées sportives, un écran géant est installée sur la place (Coupe du monde de football, Coupe du monde de rugby à XV);
  • chaque été, elle accueille les concerts gratuits de Paris Plages du festival Fnac Indétendances depuis 2009 (Ces concerts étaient auparavant situés sur les berges de Seine)
  • En mars 2009, la place fut le siège de la ronde des obstinés, une ronde qui dura plus de 1000 heures (>40 jours, nuit et jour, sans interruption)[6]. Cette ronde avait pour but de protester contre le projet Pécresse de réforme des Universités.

Citations[modifier | modifier le code]

Extrait du Livre Deuxième, Chapitre II, de Notre Dame de Paris de Victor Hugo (1831) :
« Il ne reste aujourd'hui qu'un bien imperceptible vestige de la place de Grève telle qu'elle existait alors. C'est la charmante tourelle qui occupe l'angle nord de la place, et qui, déjà ensevelie sous l'ignoble badigeonnage qui empâte les vives arêtes de ses sculptures, aura bientôt disparu peut-être, submergée par cette crue de maisons neuves qui dévore si rapidement toutes les vieilles façades de Paris.[...]
La Grève avait dès lors cet aspect sinistre que lui conservent encore aujourd'hui l'idée exécrable qu'elle réveille et le sombre Hôtel de Ville de Boccador, qui a remplacé la Maison-aux-Piliers. Il faut dire qu'un gibet et un pilori permanents, une justice et une échelle, comme on disait alors, dressés côte à côte au milieu du pavé, ne contribuaient pas peu à faire détourner les yeux de cette place fatale, où tant d'êtres pleins de santé et de vie ont agonisé ; où devait naître cinquante ans plus tard cette fièvre de Saint-Vallier, cette maladie de la terreur de l'échafaud, la plus monstrueuse de toutes les maladies, parce qu'elle ne vient pas de Dieu, mais de l'homme. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Paris : la place de l'Hôtel de Ville devient place de l'Hôtel de Ville - l'Esplanade de la Libération », sur lexpress.fr,‎ 22 avril 2013
  2. Robert Castel, La métamorphose de la question sociale, Paris, Gallimard, 1995
  3. Yves-Marie Bercé, Fête et révolte : des mentalités populaires du XVIe au XVIIIe siècle, Hachette (coll. Le Temps et les hommes), Paris, 1976, p. 62.
  4. 25 avril 1792 : première utilisation de la guillotine sur un condamné - france-pittoresque.com
  5. Site de la ville de Paris, arrêté du 28 ventôse an XI (19 mars 1803)
  6. Article de Libération: http://www.liberation.fr/education/0101558875-la-ronde-des-obstines-s-elargit

Annexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Vue Satellite[modifier | modifier le code]