Dominique Davray

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Dominique Davray

Nom de naissance Marie-Louise Gournay
Naissance
Paris (France)
Nationalité Drapeau : France Française
Décès (à 79 ans)
Paris (France)
Profession Actrice
Films notables Casque d'or
Les Espions
Terrain vague
Cléo de 5 à 7
La Puce à l'oreille
Les Valseuses
Séries notables Rocambole
Émile Zola ou la Conscience humaine

Dominique Davray, nom de scène de Marie-Louise Gournay, est une actrice française née le à Paris VIe et morte le (à 79 ans) à Paris XIXe.

Biographie[modifier | modifier le code]

Dominique Davray épouse Lucien Létot le à la mairie du XIIe arrondissement de Paris, et en divorce le .

Elle fait ses débuts au cinéma à la fin des années 1940. Elle joue des rôles secondaires, incarnant les femmes accortes ou légères, mais au caractère bien trempé. On la remarque dans le rôle de « Julie » auprès de Simone Signoret dans Casque d'or de Jacques Becker (1952), en inénarrable « Alsacienne en costume » dans Les Espions de Henri-Georges Clouzot (1957), en « gouvernante fataliste[1] » de Corinne Marchand dans Cléo de 5 à 7 d’Agnès Varda (1962), puis dans le rôle de Madame Mado dans Les Tontons flingueurs.

Plus tard, du milieu des années 1960 jusqu’aux années 1970 et l’âge venant, ses emplois se modifient et elle joue les femmes matures de caractère, qu’elles soient religieuses, infirmières, concierges ou prostituées. Elle tient de nombreux petits rôles dans bon nombre de comédies, notamment aux côtés de Louis de Funès pour plusieurs scènes devenues cultes.

Après avoir personnifié « Gilette La Charonne » dans Notre-Dame de Paris de Jean Delannoy en 1956, elle apparaît pour la dernière fois au cinéma en incarnant un autre personnage de Victor Hugo : « La Magnon », dans la version des Misérables de Robert Hossein (1982).

Elle décède en 1998 à 79 ans et elle est inhumée au cimetière parisien de Pantin (Seine-Saint-Denis).

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dixit Agnès Varda dans le chapitre Peinture pour Paris de l’ouvrage : Varda par Agnès, éditions Cahiers du cinéma, 1994 (ISBN 2866421450).

Liens externes[modifier | modifier le code]