Jacques Becker

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Becker.

Jacques Becker

Naissance
Paris 1er, France
Nationalité Drapeau de la France Française
Décès (à 53 ans)
Paris, France
Profession réalisateur
Films notables Goupi Mains Rouges,
Édouard et Caroline,
Casque d'or,
Touchez pas au grisbi,
Le Trou

Jacques Becker est un réalisateur français, né le à Paris 1er, où il est mort le . Il est le père du réalisateur Jean Becker.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le père de Jacques Becker est administrateur de la société Fulmen et sa mère, d'origine anglaise, tient une maison de couture à Paris, rue Cambon, près de la maison Chanel. La famille se rend régulièrement en vacances à Marlotte-sur-Loing, et fréquente Paul Cézanne, le fils du peintre. Au cours d'un de ces séjours, en 1921, Jacques Becker se lie d'amitié avec Jean Renoir venu visiter les Cézanne. Le jeune homme, de neuf ans son cadet, est alors autant passionné de jazz que de cinéma et fréquente assidument Le Bœuf sur le toit où officie Jean Wiener. Il s'est d'ailleurs fait engager comme steward sur les paquebots qui font la traversée le Havre - New York, pour rencontrer les jazzmen américains. Au cours d'un de ces voyages, en 1928, il rencontre King Vidor qui souhaite l'engager comme acteur, mais le jeune homme s'intéresse plus précisément à la mise en scène. Jacques Becker s'est marié et son père l'a fortement incité à rejoindre la compagnie où il travaille, mais Becker s'y morfond. Il profite d'une de ses absences pour donner sa démission et le hasard fait que le jour même, il retrouve Jean Renoir en tournage en extérieurs pour La Chienne. Il lui demande alors de l'engager et devient, en 1931, son assistant. Jacques Becker souhaite ardemment réaliser et tourne avec Pierre Prévert un court métrage intitulé Le commissaire est bon enfant. Il espère passer au long métrage et coécrit, avec Jean Castanier, un scénario intitulé Sur la cour, mais le producteur pressenti, un ami d'enfance, André Halley Desfontaines, inquiet, confie la réalisation du sujet à Jean Renoir. Ce dernier associe alors Jacques Prévert au projet de ce qui deviendra Le Crime de monsieur Lange. Les deux hommes se brouillent mais se réconcilient pour le tournage de La vie est à nous, Jacques Becker retrouvant sa place de premier assistant auprès de Renoir. En 1938, il parvient enfin à trouver un producteur prêt à financer son premier long métrage, L'Or du Cristobal, mais le tournage est interrompu, faute d'argent, Jacques Becker se refusant à bâcler son premier film. Alors qu'il est mobilisé, les producteurs profitent de son absence et confient à Jean Stelli le soin de le terminer. Fait prisonnier de guerre, Jacques Becker est rapatrié à la suite d'une visite de la Croix-rouge. Il revient à Paris et parvient enfin à tourner son premier long métrage, Dernier Atout en 1942.

Sous l'Occupation, Jacques Becker réalise trois films de factures très diverses, mais qui imposent un style très découpé et fondé sur une caméra extrêmement mobile : Dernier Atout (1942), Goupi Mains Rouges (1943) et Falbalas (1945). C'est sur le plateau de Falbalas qu'est par ailleurs entreposé le matériel détourné (caméra et pellicules) qui servira au tournage du film de La Libération de Paris. À la Libération, reconnu pour ses qualités morales, le cinéaste intervient pour défendre Henri-Georges Clouzot devant la commission d'épuration.

Après la guerre, il tourne plusieurs comédies, Antoine et Antoinette (1947), palme d'or au festival de Cannes, Rendez-vous de juillet (1949), prix Louis-Delluc, Édouard et Caroline (1951) et Rue de l'Estrapade (1953), qui le distinguent comme le cinéaste français « par excellence ». Son goût pour l'observation de la société d'après-guerre, son regard sur ses personnages, son talent dans la direction d'acteurs, et l'équilibre entre la justesse psychologique des dialogues et la minutie de sa mise en scène, caractérisent cette série qui met en scène diverses classes sociales. Comédies de couples qui inspireront la série des Doinel réalisée ultérieurement par François Truffaut.

Avec Casque d'or (1952), où Simone Signoret incarne superbement une célèbre prostituée, il réalise une chronique rigoureuse et poétique des bas-fonds parisiens en 1900. Il signe ensuite le prototype du film noir français, Touchez pas au grisbi (1954), d'après le roman d'Albert Simonin, film qui relance la carrière de Jean Gabin. Après Ali Baba et les quarante voleurs (1954), une farce tournée pour Fernandel, et une adaptation de Maurice Leblanc, Les Aventures d'Arsène Lupin (1957), avec Robert Lamoureux dans le rôle du gentleman cambrioleur, il réalise avec Montparnasse 19 (1958), un mélodrame où Gérard Philipe incarne de façon pathétique le peintre Modigliani. En 1957, il épouse l'actrice Françoise Fabian avec qui il partagera sa vie jusqu'à sa mort en 1960 alors qu'il vient de terminer le montage de l'un de ses plus beaux films, Le Trou (1960), film de moraliste, à la rigueur et la sobriété intenses. Il est inhumé au cimetière du Montparnasse (22e division) à Paris.

Pierre tombale de Jacques Becker au cimetière du Montparnasse

Considération critique[modifier | modifier le code]

Il est à noter que c'est dans un article sur Ali baba et les Quarante Voleurs que François Truffaut, à l'époque critique aux Cahiers du cinéma, aurait pour la première fois utilisé l'expression « politique des auteurs[1] ». Il écrit ainsi : « Ali Baba eût-il été raté que je l'eusse quand même défendu en vertu de la Politique des Auteurs [...]. En dépit de son scénario trituré par dix ou douze personnes, dix ou douze personnes de trop excepté Becker, Ali Baba est le film d'un auteur, un auteur parvenu à une maîtrise exceptionnelle, un auteur de film. »[2]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Assistant réalisateur[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Queval, Jacques Becker, Paris, Seghers, 1962
  • Claude Beylie et Freddy Buache (dir.), Jacques Becker, Locarno, Éditions du Festival international du film, 1991
  • Jean-Louis Vey, Jacques Becker ou la Fausse évidence, Lyon, Aléas, 1995
  • Valérie Vignaux, Jacques Becker ou l'Exercice de la liberté, Liège, Céfal, 2000
  • Claude Naumann, Jacques Becker, Paris, BiFi-Durante, 2001

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Histoire d'une revue, tome 1 : à l'assaut du cinéma (1951-1959, p.153, Antoine De Baecque (ISBN 2-86642-107-8)
  2. François Truffaut, « Ali Baba et la “Politique des Auteurs” », Cahiers du cinéma, no 44,‎ février 1955, p. 45 à 47 Les italiques sont de Truffaut.

Liens externes[modifier | modifier le code]