Déterminant de Gram

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

En géométrie euclidienne ou hilbertienne, le déterminant de Gram permet de calculer des volumes et de tester l'indépendance linéaire d'une famille de vecteurs. Il associe des calculs de produits scalaires et d'un déterminant. Son nom est un hommage au mathématicien danois Jørgen Pedersen Gram (1850-1916).

L'article déterminant montre comment définir le volume orienté d'un parallélotope formé par n vecteurs en dimension n, sans nécessité de munir l'espace d'un produit scalaire. Les déterminants de Gram demandent de définir un tel produit scalaire, permettent le calcul des volumes des parallélotopes de toutes dimensions, mais sans notion d'orientation.

Plus généralement, il est possible de calculer des déterminants de Gram sur un espace quadratique. En dimension finie, le discriminant d'une forme bilinéaire symétrique est un cas particulier de déterminant de Gram.

Définition[modifier | modifier le code]

Soit E un espace préhilbertien réel. Si x1,..., xn sont n vecteurs de E, la matrice de Gram associée est la matrice symétrique de terme général (xi|xj). Le déterminant de Gram est le déterminant de cette matrice

G(x_1,\dots, x_n)=\begin{vmatrix} (x_1|x_1) & (x_1|x_2) &\dots & (x_1|x_n)\\
 (x_2|x_1) & (x_2|x_2) &\dots & (x_2|x_n)\\
\vdots&\vdots&&\vdots\\
 (x_n|x_1) & (x_n|x_2) &\dots & (x_n|x_n)\end{vmatrix}

Matrice de Gram[modifier | modifier le code]

Les vecteurs colonnes de la matrice de Gram admettent les mêmes relations de dépendance linéaire (dans l'espace Rn des n-uplets de réels) que les vecteurs xi dans E ; c'est-à-dire, si on note C1,..., Cn la famille des vecteurs colonnes de la matrice de Gram, pour toute famille de réels a1,..., an :

\sum_{i=1}^n a_ix_i=0_E si et seulement si \sum_{i=1}^n a_i C_i =0_{\mathbf{R}^n}.

Il s'ensuit que la matrice de Gram de la famille de vecteurs x1,..., xn a le même rang que la dite famille de vecteurs.

Déterminant de Gram[modifier | modifier le code]

Propriétés[modifier | modifier le code]

Écriture à l'aide d'une matrice représentative

Soit B une base orthonormale de l'espace engendré par les xi ; elle contient d\leq n vecteurs. Soit X la matrice représentative du système de vecteurs xi dans B. C'est une matrice de taille n\times d, dont chaque colonne contient les composantes d'un des vecteurs xi. La matrice de Gram n'est autre que tX X.


Effet d'opérations élémentaires

  • la multiplication d'un des vecteurs par le réel a provoque une multiplication du déterminant de Gram par a2
  • le déterminant de Gram est invariant par permutation des xi
  • l'ajout à un vecteur d'une combinaison linéaire des autres vecteurs laisse invariant le déterminant de Gram


Propriétés

  • si x_1\perp x_i pour tout i\in\{2,\ldots,n\}, alors on a G(x_1,\dots, x_n)=||x_1||^2\;G(x_2,\dots, x_n)
  • le déterminant de Gram d'une famille de n vecteurs est toujours positif
  • il est nul si et seulement si la famille est liée (ce qui est un cas particulier de l'énoncé sur le rang de la famille de Gram).

Application à la distance d'un vecteur à un sous-espace vectoriel[modifier | modifier le code]

Soit F un sous-espace vectoriel de dimension finie n de E . Soient x1,..., xn, n vecteurs formant une base de F. Tout vecteur x de E admet un projeté orthogonal p(x) sur F.

G(x,x_1,\dots, x_n) = \|x-p(x)\|^2 \cdot G(x_1, \dots, x_n)=d(x,F)^2 \cdot G(x_1, \dots, x_n)

Application au calcul des composantes d'un vecteur dans une base quelconque[modifier | modifier le code]

Soit F un sous-espace vectoriel de dimension finie n de E, muni d'une base (x_1,\ldots,x_n) . Soit x\in F.

On pose  x = \sum_{i=1}^n p_i x_i . Alors pour tout j\in\{1,\ldots,n\} on a la relation

p_j^2\,{G(x_1, \dots, x_n)} = G(x_1, \dots, x_{j-1},x,x_{j+1}, \dots, x_n)

Il ne reste plus qu'à trouver le signe de chaque p_j

Interprétation géométrique[modifier | modifier le code]

Calcul des volumes de parallélotopes[modifier | modifier le code]

Le calcul de la distance à un sous-espace permet de montrer par récurrence que le déterminant de Gram d'une famille de n vecteurs est égal au carré du volume euclidien du parallélotope correspondant.

Pour n=1 c'est bien le cas car G(x)=\|x\|^2.

En supposant la propriété vraie pour toute famille de n vecteurs, on l'établit pour n+1. La distance de xn+1 à F espace engendré par les n premiers vecteurs est le carré de la hauteur du parallélotope, et G(x1, ..., xn) est le carré du volume de la base par hypothèse de récurrence.

Le volume s'obtient donc en prenant la racine carrée du déterminant de Gram, sans qu'il soit possible de lui donner un signe (pour plus de détails sur cette dernière question, consulter l'article orientation).

Application de la formule de Binet-Cauchy[modifier | modifier le code]

La formule de Binet-Cauchy montre comment le volume d'un parallélotope de dimension d dans un espace de dimension n peut être ramené au calcul de volumes de projections orthogonales du parallélotope sur des sous-espaces de coordonnées. Elle s'écrit

\det({}^tA\,A) = \sum_S \det(A_S)^2\,

dans cette expression S décrit les différents sous-ensembles à d éléments de l'ensemble { 1, ..., n }. Pour chaque S, la matrice AS est la matrice carrée de taille d obtenue en ne retenant que les lignes de A dont l'indice appartient à S.

La formule de Binet-Cauchy montre que le carré du volume du parallélotope est égal à la somme des carrés des volumes des projections orthogonales sur les différents sous-espaces de coordonnées de dimension m (dont le nombre est égal au coefficient binomial \begin{pmatrix}n\\m\end{pmatrix}).

Dans le cas m=1, ces projections orthogonales sont des segments, et on retrouve une forme du théorème de Pythagore.

Voir aussi[modifier | modifier le code]