Invariant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

En mathématiques, le mot invariant possède suivant le contexte différentes significations (non équivalentes). Il est utilisé aussi bien en géométrie et en topologie qu'en analyse et en algèbre.

Invariant d'une transformation[modifier | modifier le code]

Si g:EE est une application, un invariant de g est un point fixe, c'est-à-dire un élément x de E qui est sa propre image par g :

g(x)=x~.

Pour une telle application g, une partie de E est dite

  • invariante point par point si tous ses éléments sont des points fixes,
  • globalement invariante si elle est égale à son image directe.

Ces notions interviennent souvent en systèmes dynamiques, pour les transformations géométriques et pour les actions de groupe. En effet, les invariants d'une application peuvent apporter des informations à son sujet.

Propriété invariante[modifier | modifier le code]

Une propriété est dite invariante lorsqu'un procédé ne la modifie pas. Une propriété concerne un objet ou un ensemble d'objets donné. Différentes constructions peuvent être menées pour construire des objets de nature similaire : partie, complémentaire, somme, produits, quotient, recollement, extension…

L'invariance d'une propriété caractérise sa stabilité sous ces constructions.

Au sens de la théorie des catégories[modifier | modifier le code]

Pour une catégorie donnée, un invariant est une quantité ou un objet associé(e) à chaque objet de la catégorie, et qui ne dépend que de la classe d'isomorphisme de l'objet, éventuellement à isomorphisme près.

Le langage des invariants est particulièrement adapté à la topologie algébrique.

En théorie des graphes[modifier | modifier le code]

On dit qu'un nombre associé à un graphe est un invariant (de graphe), si il n'est pas modifié par un isomorphisme de graphes. Par exemple, le nombre chromatique est un invariant de graphe.

Articles connexes[modifier | modifier le code]